Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

novembre 2020 | Page d’accueil

24 décembre 2020

Joyeux Noël aux Chrétiens d'Occident

Une fois l'an, il est devenu usuel de lire ou entendre d'aucuns avoir une pensée pour les Chrétiens d'Orient frappés par la tragédie que nous savons, et verser une larme avant de s'en aller, pour certains, faire ripaille. Moi, c'est aux Chrétiens d'Occident que je pense. Je vis dans le regret de n'avoir pu faire davantage. Ce sont les Français qui, par leur choix, en ont décidé ainsi...

Je suis née à Marseille et ai grandi dans ses faubourgs. J'en ai conservé un petit accent qui s'entend sitôt que mon débit de parole s'accélère. Aussi, en cette veillée de Noël, j'ai choisi de vous offrir le Santa Maria de Mireille Mathieu, enfant de la Provence, un chant que nous écoutions lorsque j'étais enfant. Un chant d'une infinie beauté et majesté, tout comme Miss Provence April Benayoum.

 

Santa Maria de la mer

La statue regarde la mer qui vagabonde
Sous le bleu d'un ciel sans hiver au bout du monde
Et la mère qui porte l'enfant a le cœur tendre
Aux prières des paysans qui lui demandent

Plein de pluie sur nos plaines
Santa Maria
Plein de blé sur nos terres
Dans nos maisons plein de fleurs
Protégez ceux que j'aime
Santa Maria
Donnez-leur la lumière
D'un sourire au cœur

La statue a des amoureux pleins de promesse
Et parfois je la prie des yeux quand tu me blesses
Et la mère qui porte l'enfant n'a qu'une histoire
Et c'est celle de tous ces gens venus pour croire.

Plein de pluie sur nos plaines
Santa Maria
Plein de blé sur nos terres
Dans nos maisons plein de fleurs
Protégez ceux que j'aime
Santa Maria
Donnez-leur la lumière
D'un sourire au cœur

Plein de pluie sur nos plaines
Santa Maria
Plein de blé sur nos terres
Dans nos maisons plein de fleurs
Protégez ceux que j'aime
Santa Maria
Donnez-leur la lumière
D'un sourire au cœur
Donnez-leur la lumière
D'un sourire au cœur

20:35 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (0) |