Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 juin 2011

Ferry / Julliard sur LCI

Dans l’émission Ferry / Julliard du vendredi 3 juin animée par Jean-François Rabilloud et diffusée sur LCI, Luc Ferry a fait l’éloge de mon dernier livre dans les termes suivants : « Le titre est très bien choisi. C’est à ma connaissance, peut-être avec le livre d’André Gérin qui s’appelle “Les ghettos de la République”, André Gérin je le rappelle est le maire communiste de Vénissieux ; c’est le meilleur livre, je trouve, que j’aie lu sur ces sujets et c’est un livre, je ne suis pas toujours d’accord avec elle, mais c’est vraiment un livre qui parle de la réalité, des faux-semblants, des fausses solutions et de la réalité de ces banlieues qu’on connaît si mal vu des centres-villes, et je trouve que Malika Sorel, elle a beaucoup de courage de dire ce qu’elle dit dans cet ouvrage. C’est vraiment, encore une fois, avec le livre de Gérin, le meilleur livre que j’aie lu sur la réalité réelle, si je puis dire, des banlieues. Elle connaît très bien. Elle sait exactement de quoi elle parle et elle en appelle évidemment à… [Luc Ferry n’a pas fini sa phrase], alors elle est extrêmement républicaine. C’est vraiment quelqu’un qui est dans l’idée républicaine à fond, qui est dans la logique de l’intégration – presque de l’assimilation – à fond, mais surtout, ce qu’elle raconte sur la réalité de ces banlieues est tout à fait, tout à fait, j’allais dire, inédit, vraiment elle dit la vérité, voilà. C’est un livre formidable parce qu’à la fois il est très dur, et en même temps c’est écrit par une femme qui est vraiment démocrate républicaine. On n’est pas ni dans le Front National ni dans la démagogie, et donc elle est vraiment, vraiment passionnante ! »

22:56 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags: ferry, julliard, lci |

25 mai 2010

Le sursaut intellectuel

Voilà le titre que j’ai donné à mon article qui vient de paraître dans le numéro spécial anniversaire des 30 ans de la revue Le débat.

La question « de quoi l’avenir intellectuel sera-t-il fait ? » avait été posée à des personnalités telles qu’Alain Finkielkraut, Pascal Bruckner, Luc Ferry, Régis Debray… J’exprime mon infinie reconnaissance à Pierre Nora et Marcel Gauchet, respectivement directeur et rédacteur en chef de la revue, qui m’ont choisie pour répondre aujourd’hui à la même question.

22:15 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags: le débat, nora, gauchet, alain finkielkraut, ferry |

17 mai 2010

Mon lundi républicain

Après Luc Ferry le 3 mai, le Ministre Éric Besson m’a invitée à la tribune des Lundis républicains du 10 mai dernier. Il faut mesurer à quel point cela constitue un grand pas pour tous ceux qui souhaitent que l’on se penche enfin sur la réalité des difficultés de l’intégration. Le Ministre contribue ainsi à faciliter ma marche au service des valeurs qui symbolisent la France ; je l’en remercie bien vivement. Je tiens également à saluer son sens de l’écoute et sa capacité à accepter le débat. Je peux témoigner du fait que ces qualités ne sont pas aussi répandues qu’elles devraient l’être dans le monde politique.

15:16 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (45) | Tags: identité, besson, ferry |

25 janvier 2010

Luc Ferry : Dati et Yade ne servent à rien !

Lors d’une émission sur France 2, Luc Ferry, philosophe et ancien ministre de l’Éducation Nationale, a dit au sujet de Rachida Dati et de Rama Yade qu’elles ne servaient à rien et n’avaient rien fait.

« Quand quelqu’un se fout de l’Europe comme de l’an 40 et qu’il tire la principale liste aux élections européennes, ce n’est pas bon pour la politique. Tout le monde sait qu’elle s’est fait virer du gouvernement dans des conditions où elle ne voulait pas partir. Après, qu’elle nous raconte qu’elle adore l’Europe et qu’elle est ravie d’aller faire député européen, tout le monde sait que c’est faux, et en plus on en a la preuve puisqu’elle oublie de fermer son micro et nous dit que c’est une catastrophe. »

« Rama Yade, c’est une femme adorable, elle est charmante, pleine de qualités. Je prétends que vous mettez une commission de gens qui sont passionnés de sport et vous leur demandez de sortir un nom de ministre des sports, je doute qu’ils vous sortent Rama Yade. Si le critère de sélection pour être ministre c’est d’être capable de faire la Une de Gala, je dis non, c’est pas ça qui m’intéresse ! Rama Yade, il faut la mettre ailleurs, lui dire “voilà tu es formidable à faire je sais pas quoi” et qu’on la place à un endroit où elle sera formidable ! »

J’ai un point de désaccord avec Luc Ferry : Rama Yade et Rachida Dati ne servent malheureusement pas à rien ; elles servent la cause communautariste, et ne s’en sont d’ailleurs jamais cachées. S’il faut leur reconnaître une qualité, c’est bien celle de la franchise et de la transparence. J’en avais d’ailleurs déjà parlé dans plusieurs de mes notes.

Avec Rachida Dati, le pouvoir pense récolter plus facilement une partie des voix des « Arabes », et avec Rama Yade une partie de celles des « Noirs de France ». La cause communautariste a même reçu dernièrement le renfort de Valérie Pécresse avec ses quotas d’admission dans les grandes écoles. Le pouvoir pense, mais sur ce point, le pouvoir se trompe, et rien de bon pour la cohésion nationale n'en sortira !

20:05 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags: ferry, dati, yade |

24 novembre 2008

Luc Ferry : « la discrimination positive est une catastrophe ! »

Le philosophe Luc Ferry, ancien ministre de l’Éducation nationale, membre de la commission Balladur sur la réforme des institutions, était l’invité du journal du matin de France Culture le 21 novembre dernier.

Il a tenu des propos très forts et des plus encourageants pour tous ceux qui continuent, malgré le parti pris des médias, de défendre la nécessité de mettre en échec les politiques qui travaillent à communautariser encore davantage la société française :

« Je crains quelque chose de pire. Le vrai risque aujourd’hui, c’est ce que j’appellerais la constitutionnalisation des communautarismes, de la fragmentation sociale. Je pense que la discrimination positive, l’effet Obama, va relancer cette affaire de discrimination positive. Là, il y a un vrai danger, parce que constitutionnaliser les communautés, ce qu’on appelle la “diversité” entre guillemets on reste dans le flou, on va en effet abandonner la tradition républicaine à laquelle je suis très attaché. Non pas parce qu’elle est française. Je m’en fous qu’elle soit française. Ce n’est pas le problème. S’il y avait une tradition française qui n’est pas bonne, bien il faudrait la changer. On avait la tradition française de ne pas donner le droit de vote aux femmes, on l’a changée. Bon, ce n’est pas parce que je suis Français que je suis attaché à l’idée républicaine. C’est parce que le principe républicain est à mon avis le seul qui permet véritablement l’intégration réussie et qui évite en effet la fragmentation sociale.

Quand je vois, nous, avec Olivier Duhamel, dans la commission présidée par Balladur de la réforme des institutions, nous avions refusé de nous occuper du préambule de la Constitution parce que nous savions en fait que derrière cette mission, il y avait la volonté d’introduire de la diversité, c’est à dire de la discrimination positive dans le préambule de la Constitution et nous ne voulions pas le faire, en tout cas majoritairement dans la commission. Nous ne voulions pas le faire et c’est pourquoi le Président de la République a nommé Madame Simone Veil pour justement tenter d’introduire cette fichue discrimination positive dans le droit français et je pense que c’est honnêtement une catastrophe ! »

21:49 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags: ferry, sarkozy, balladur, veil, discrimination positive, diversité, communautarisme |