Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 février 2008

Faites vos jeux, rien ne va plus !

Selon Rama Yade, la gauche l’attaquerait non pas sur la base de considérations politiques, mais en raison de son origine raciale. Rama Yade accuse donc l’un des trois partis les plus importants de la vie politique française d’être raciste : « Cette gauche qui dit défendre les modestes, les minorités et les immigrés, c’est cette gauche qui s’en prend à moi, qui ne suis que numéro 3 de la liste, je le rappelle, qui s’en prend à moi parce que je suis Noire. » (Colombes, le 16 février 2008)

Est-il anodin qu’un ministre de la France porte une telle accusation ? Non, car il est évident que sa voix, celle d’un représentant de l’État, sera entendue comme une vérité par tous ceux qui seraient enclins à s’identifier à elle en raison de la couleur de leur peau. Est-il responsable de jouer avec le feu en attisant la haine ambiante ? Non, c’est totalement irresponsable.

Alors qu’elle participait le 30 janvier dernier au dîner annuel du CRAN (Conseil représentatif des associations Noires), Rama Yade avait déjà illustré sa propension à se vivre comme Noire avant tout : « Après tout, les Blancs votent à droite, à gauche ! Bon, pourquoi, nous, nous devrions tous voter dans le même sens ? […] Ne serait-ce que par intérêt. Y’a Ségolène Royal, y’a Sarkozy. Sarkozy avait 50% de chances. Qu’est-ce qu’on fait s’il gagne ? Et il a gagné. Qu’est-ce qu’on fait ? C’est fini pour les Noirs ? […] »

Rama Yade a été vice-présidente, et reste administratrice, du Club XXIe siècle (créé, entre autres, par Rachida Dati). Ce club affiche publiquement sa détermination à œuvrer pour favoriser l’ascension des personnes d’origine étrangère dans les cercles du pouvoir. Rien ne vous choque ? Imaginez donc la création, demain, d’une organisation qui afficherait comme ambition de favoriser l’ascension des Français de souche… Allô, M. Louis Schweitzer (HALDE) ?

Le 21 décembre 2007, le Roi du Maroc installait le Conseil de la Communauté marocaine à l’étranger (CCME). Parmi les missions qu’il assigne à ses membres, figure celle d’œuvrer à « l’essor de leur mère patrie, au renforcement de son rayonnement international ». Quoi de plus naturel pour des citoyens marocains, me direz-vous ? Bien sûr, sauf que parmi les membres de ce conseil figurent des personnalités très actives au sein de structure nationales françaises à caractère politique. Je vous laisse juges :

  • Najat Belkacem, membre du cabinet du maire de Lyon et porte-parole de la candidate Ségolène Royal aux dernières élections présidentielles ;
  • Abdellah Boussouf, vice-président du Conseil français du culte musulman (CFCM), nommé Secrétaire général du CCME ;
  • Najat Azmy, Conseillère municipale de la ville de Roubaix, présentée par le PS à la députation pour la circonscription de Tourcoing ;
  • Driss El Yazami, membre du Conseil d’administration et du Conseil d’orientation de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration en France, nommé Président du CCME.

Trouverait-on acceptable que demain, des Français possédant aussi la nationalité américaine, en position d’influencer les plus hautes sphères du pouvoir politique de la France, puissent accepter une mission officielle de la part de George Bush pour œuvrer à l’essor de leur mère patrie, les États-Unis d’Amérique ? Ou que des concitoyens de sensibilité juive acceptent une telle mission au service de l’État d’Israël ?

Rachida Dati ne figure pas parmi les membres du conseil installé par le Roi du Maroc, mais voici, dans le même registre, ce qu’elle confessait dans un entretien que je cite dans Le puzzle de l’intégration et qu’elle avait accordé le 31 août 2006 à un journal marocain : « C’est toujours comme ça, je bascule entre les affaires d’ici et de là-bas [Maroc] […] Je me sers de mon carnet d’adresses. J’aide aussi des Marocains résidant en France à régler certains problèmes. J’ai créé le Club XXIe siècle avec des personnes d’origine maghrébine qui aident les gens de très haut niveau à être visibles dans la société française […] Je suis toujours allée au Maroc en disant “on est votre première vitrine”. Peut-être considèrent-ils qu’on n’est pas assez malléables. C’est dommage, ils [les pouvoirs politiques marocains] se privent d’une vraie représentation […] Moi, je donne pour le Maroc, j’aimerais aussi un peu de retour. J’ai toujours entendu dire au plus haut niveau de l’État [marocain] qu’on était les bienvenus et qu’on était des Marocains. Tant que ce discours ne sera pas contredit, je continuerai à me battre pour mettre le pied dans la porte de ce pays. »

Un Président de la République française qui se rend au dîner annuel du CRIF escorté d’une armada de ministres ; Alain Juppé qui se dit respectueux des principes républicains, et fait néanmoins ses emplettes municipales guidé par le marketing communautariste, et dans le panier duquel on retrouve, aux élections de Bordeaux, la présidente régionale du CRAN… Pour compléter le décor de cette France atomisée par le manque de vision de sa classe politique, ne manque plus que la création du Conseil représentatif des Français de souche. Faites vos jeux, rien ne va plus !

15:20 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags: yade, dati, cran, juppé, sarkozy, crif |

10 juin 2007

Quelques témoignages de personnalités

J’ai reçu un certain nombre de témoignages de personnalités au sujet du livre Le puzzle de l’intégration. C’est avec plaisir que je vous en livre quelques-uns :

M. Jean-Pierre Chevènement (avec qui j’ai eu un long entretien téléphonique), Président d’honneur du MRC (Mouvement Républicain et Citoyen) et Président de la Fondation Res Publica, qui a également occupé les postes de Ministre de l’éducation nationale, Ministre de la défense et Ministre de l’intérieur : « Le puzzle de l’intégration est un livre très fin et profond ».

M. Jean-François Cordet, Préfet de la Seine-Saint-Denis : « Je vous adresse mes félicitations pour la qualité de l'ouvrage et la pertinence des réflexions que vous engagez… Ce long et douloureux examen, cette introspection de la société française sert la République et ses serviteurs. Bravo encore. »

M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil Constitutionnel, ancien Président de l’Assemblée Nationale, dit avoir lu le livre avec beaucoup d’intérêt : « L’intégration est un défi considérable que notre pays doit relever. Comme vous le savez, je crois, tout comme vous, aux vertus du modèle républicain dès lors que l’on a la volonté de le faire vivre »

M. Max Gallo, historien : « C’est un livre que je trouve remarquable ! »

M. Claude Hagège, linguiste, Professeur au Collège de France : « Je trouve excellente et féconde votre distinction entre Intégration et Insertion. Elle est très illustrative. J'espère qu'elle aura le succès qu'elle mérite ! »

M. Alain Juppé, Maire de Bordeaux, ancien Ministre des affaires étrangères, ancien Premier ministre : « Loin du politiquement correct, vous dénoncez avec fermeté l'idéologie de la victimisation faisant de tout immigré une victime en puissance. »

M. Dominique de Villepin, ancien Premier ministre, ancien Ministre des Affaires étrangères et Ministre de l’intérieur : « Votre combat pour l’intégration et l’égalité des chances est aussi le mien. Je les ai toujours défendues et les défendrai encore, car je crois en notre modèle républicain. »

10:50 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags: chevènement, cordet, debré, gallo, hagège, juppé, villepin |