Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Du rôle central de l’école maternelle dans l’Égalité des chances | Page d’accueil | On en parle dans l’hebdomadaire Jeune Afrique

11 janvier 2008

La gratuité des musées atteindra-t-elle son objectif ?

Depuis peu, le gouvernement a lancé une expérience de gratuité de musées. L’objectif déclaré est d’y attirer les populations qui ne les fréquentent habituellement jamais ; en un mot, de populariser l’accès à la culture.

L’expérience de gratuité des musées a déjà été conduite notamment en Grande Bretagne, dans le but d’inciter les classes défavorisés à intégrer la culture artistique dans leurs programmes d’épanouissement/détente. L’expérience s’est soldée par un cuisant échec. Il a certes été observé, au cours des premiers mois, une nette augmentation de la fréquentation des musées, avant que celle-ci ne se stabilise, mais l’analyse des chiffres a montré que cette gratuité avait surtout bénéficié aux populations habituées des musées, qui se sont ruées sur la bonne aubaine qui leur permettait d’accroître le rythme de leurs visites. L’incidence sur les populations initialement visées y fut par contre négligeable.

En France, la gratuité peut-elle être une motivation suffisante pour le public visé ? Si ce dernier se détourne des musées pour des raisons budgétaires, alors l’initiative pourrait être couronnée de succès, à condition, cela va de soi, d’être convenablement médiatisée auprès de ce public. Mais si la barrière n’est pas d’ordre matériel, et trouve ses fondements dans des raisons beaucoup plus profondes, alors l’initiative de gratuité des musées sera vouée à l’échec. J’évoque certaines de ces questions dans Le puzzle de l’intégration :

« Très peu de familles de l’immigration emmènent leurs enfants dans les musées, dans les manifestations scientifiques, sur les sentiers botaniques, au concert, à la rencontre de l’Histoire du pays d’accueil au travers des livres ou en visitant ses villes et villages. Ce n’est donc pas un hasard si la majorité de ces enfants ne développent pas les dispositions nécessaires à leur insertion dans la société d’accueil. » …

« Les différences culturelles conduisent, dans la plupart des cas, à des appréciations différentes quant à la part de son budget qu’une famille doit accepter de consacrer à son enfant, pour lui assurer des conditions d’évolution satisfaisantes au regard de son référentiel. Par conséquent, le schéma d’affectation des ressources financières de la cellule familiale n’intègrera pas forcément les charges inhérentes à l’éducation intellectuelle, culturelle ou artistique des enfants, lorsque ces domaines ne font pas partie du référentiel culturel. C’est pourtant autour de ces activités connexes à l’école que se creusera le plus grand fossé entre les enfants qui en auront bénéficié tout au long de leur enfance, et les autres. Ces activités sont capitales pour le bon développement d’un enfant au sein d’une société ambitieuse, car elles permettent à l’enfant d’acquérir bon nombre des dispositions affectives et intellectuelles qui favorisent la réussite. » …

« Offrir aux enfants l’accès à cette culture, c’est aussi les prédisposer au goût de la variété intellectuelle, et surtout à l’ouverture d’esprit à tous les possibles. Ce sont ces dispositions qui vont façonner en grande partie la curiosité intellectuelle qui habitera plus tard l’élève et l’aidera à persévérer dans l’acquisition des savoirs. »

Je considère que si gratuité des musées il y a, elle doit être destinée aux établissements scolaires, et en priorité aux écoles maternelles et primaires. Pour de nombreux enfants des classes défavorisées, et notamment pour ceux qui sont « venus d’ailleurs », c’est en effet l’un des rares moyens qui leur permettra une sensibilisation à l’art. Il ne faut en effet pas s’attendre à ce que des parents qui n’ont ni la culture des arts, ni la volonté d’y faire accéder leurs enfants, consacrent du temps à cette activité, même si elle est gratuite.

Plusieurs axes devraient être conjointement suivis pour développer le goût des arts chez les enfants, qui ressentiront, une fois adultes, le besoin et le plaisir de fréquenter les musées :

  • planification, au cours de l’année scolaire, d’un temps consacré à la sensibilisation aux œuvres artistiques, à leurs auteurs ainsi qu’à l’histoire de l’art, par des intervenants extérieurs qualifiés ;

  • gratuité des visites de musées pour les établissements scolaires. Les visites devraient être guidées par le personnel qualifié des musées, et accompagnées si possible d’ateliers artistiques comme savent déjà très bien en organiser nos musées pour éveiller la curiosité artistique des petits ;

  • veiller à inclure dans les illustrations des manuels scolaires la reproduction d’œuvres d’art, afin de familiariser les enfants avec l’histoire de l’art. L’art doit devenir un élément familier de leur environnement.

C’est en guidant un être au long de son enfance dans l’univers culturel que l’on se donne les meilleures chances de semer en lui les graines du désir de cet univers. Espérer, avec la gratuité des musées, faire germer des graines qui n’existent pas, c’est tout simplement prétendre au miracle, et au miracle nul n’est tenu !

17:05 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags: art, culture, albanel, gratuité des musées, musée |