Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’avertissement de Max Gallo : il existe des analogies entre 1789 et 2009 | Page d’accueil | Insulte reçue de personnes d'origine étrangère : "traître à ta race !"

01 octobre 2009

L'insoutenable légèreté…

Voici ce que je vous écrivais récemment : « Voilà bien les gouvernants de la France d’aujourd’hui : trop souvent, ils parlent et décident d’abord, et ce n’est qu’ensuite qu’ils réfléchissent aux conséquences de leurs paroles et de leurs actes. »

Une nouvelle illustration nous en est donnée avec la « Proposition de loi tendant à assurer une mixité sociale dans les collèges situés en zone d’éducation prioritaire ou dans le réseau “ambition réussite” », texte de M. Alain DUFAUT, déposé au Sénat le 1er septembre 2009 :

« La suppression progressive de la carte scolaire engagée en mai 2007 par le ministre de l’Éducation nationale, conformément à la demande du Président de la République, avait pour but d’améliorer la mixité sociale des établissements les plus demandés, principalement ceux des quartiers favorisés, tout en mettant un terme à l’hypocrisie des systèmes dérogatoires.

Le choc en retour de cette libéralisation des règles s’est très rapidement manifesté à travers la fuite des meilleurs élèves des établissements des quartiers défavorisés. Les élus de terrain constatent ainsi que le remède s’est parfois avéré pire que le mal, aggravant la ségrégation au détriment des collèges situés en zone d’éducation prioritaire et, en particulier, ceux qui sont classés en réseau “ambition réussite”. Cette évolution perverse va dans le sens diamétralement opposé à notre volonté républicaine de mixité sociale. »

J’aborde la question de la sectorisation dans Le puzzle de l’intégration, dans lequel j’attirais déjà l’attention sur les effets pervers que ne manquerait pas de produire la libéralisation de la carte scolaire. Vous pourrez en retrouver quelques éléments dans cet article, et dans celui-là.

Moralité : il est urgent que les Français apprennent à se choisir des représentants qui réfléchissent avant d’agir. Pour maximiser les chances de choix selon ce critère, sans oublier celui de la défense de l’idéal français, il faudra que les citoyens jettent aux oubliettes la méthode du « choix partisan ».

Puisque c’est le destin de la France qui se joue désormais, remémorons-nous les sages paroles d’un véritable homme d’État, qui a su braver l’adversité pour notre pays :

« La France, c’est tout à la fois, c’est tous les Français.

C’est pas la gauche, la France ! C’est pas la droite, la France !

Naturellement, les Français, comme de tout temps, ressentent en eux des courants. […]

Prétendre faire la France avec une fraction, c’est une erreur grave, et prétendre représenter la France au nom d’une fraction, cela c’est une erreur nationale impardonnable. »

11:01 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags: carte scolaire |