Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les yeux grands fermés | Page d’accueil | Combien l’État consacre-t-il à la politique d’immigration ?

27 mars 2010

De la violence en milieu scolaire

À écouter absolument ! Répliques d'Alain Finkielkraut du samedi 27 mars 2010.

Pour ceux qui ont lu Le puzzle de l’intégration, vous noterez, à l’écoute de l’émission, que j’avais déjà presque tout décortiqué dans mon ouvrage. J’y avais même proposé l’ensemble des solutions qu’il était urgent de mettre en œuvre. Véronique Bouzou a signé son livre « Ces profs qu’on assassine » ; c’est en réalité la France qu’on assassine, et il est grand temps que les Français le réalisent, car l’Histoire pourrait bien les qualifier de complices de ce crime. Que cette complicité soit passive ou active, peu importe, car le résultat est le même !

 
Véronique Bouzou
Ces profs qu’on assassine
J.C-Gawsewitch - avril 2009
 

Ces profs qu’on assassine

« Ménage-toi ou tu vas finir à la Verrière ! » Cet avertissement, c’est un professeur qui l’adresse à un collègue au bout du rouleau. La Verrière est un hôpital psychiatrique qui accueille des enseignants en dépression ou atteints de névroses en tout genre. Des murs de l’école à ceux de l’asile, il n’y a souvent qu’un pas…

Régulièrement agressés verbalement, physiquement, abandonnés par leur hiérarchie, traînés devant les tribunaux, les enseignants sont aujourd’hui à bout de forces. Le taux élevé de suicides dans la profession témoigne de ce mal-être. Alors que les médias se font l’écho de ces événements tragiques, le désespoir des enseignants demeure un sujet tabou dans l’Éducation nationale.

Professeur de français depuis douze ans en zone dite « sensible », Véronique Bouzou tire la sonnette d’alarme. À travers une enquête menée sur le terrain, elle cherche à expliquer les désarrois du corps enseignant plus que jamais démobilisé, en quête de repères.

10:01 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags: alain finkielkraut, bouzou, violence, école |