Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

avril 2011 | Page d’accueil | juin 2011

26 mai 2011

France 2

J’étais ce soir invitée à réagir dans le journal de France 2 au sujet du parcours scolaire des enfants issus de l’immigration. J’ai été enregistrée pendant 15 minutes. Le téléspectateur n’en aura vu que moins d’une minute. J’aurais souhaité que fût diffusée ma demande de placer les évaluations nationales en début de CM1 et non en CM2, comme c'est le cas actuellement. Il faut pouvoir disposer d’un temps suffisant pour que les enseignants puissent enclencher des processus d’aide aux enfants qui se trouvent encore en grande difficulté. Le maximum doit en effet être fait avant l’entrée au collège ! Mais bon, c’est la règle du jeu du JT, et je remercie très vivement France 2 de m’avoir invitée.

Je ne comprends pas la polémique déclenchée sur cette question scolaire. Pourquoi une partie des intellectuels, de la classe politique, des syndicats, des médias, empêchent-ils toute réflexion sur les conditions qui rendent l’instruction possible ? Ce que je vois de l’intérieur de ce monde-là est peu reluisant. Certains se sont égarés pendant très longtemps, ont caché la vérité aux populations de l’immigration, se sont bien gardés de leur transmettre les codes de la réussite au sein de notre société, et les ont ainsi maintenues dans un statut de grande fragilité. Aussi préfèrent-ils la fuite en avant de peur de perdre leur statut. Mais si l’erreur est humaine, persévérer est diabolique. Ils ont participé à mettre de nombreux enfants de la République en danger scolaire. Dans le même temps, nombre d’entre eux veillaient, parfois en assaillant les inspecteurs d’académie, à ce que leurs propres enfants ne soient surtout pas mélangés. Pour remettre les pendules à l’heure, il serait intéressant que l’on sache dans quels types d’établissements leurs chers enfants ont été écolés. Cela permettrait de lever toute ambiguïté : croient-ils vraiment à leurs propres discours ?

Dans mes écrits, j’aborde des facteurs tels que la concentration, le calme, la taille des fratries, le manque chronique de sommeil dont certains enfants souffrent et qui altère leur capacité d’apprentissage, le manque de respect à l’égard des enseignants qui est, en partie, le fruit d’un laxisme ambiant (chose que je n’ai jamais eu à observer en Algérie, où parents et enfants étaient respectueux de l’enseignant et où, malgré les plus de trente élèves que nous étions souvent par classe, les apprentissages se déroulaient dans de bonnes conditions). J’aborde également, et très longuement, la question de la distance culturelle, qui complique singulièrement le parcours scolaire de ces enfants, ainsi que la question centrale des flux migratoires qui nuisent gravement à l’intégration, comme l’avait très bien prévu Michel Rocard alors Premier ministre : « Nous ne pouvons plus, en effet, recevoir un flux massif et incontrôlé sans que cela n’hypothèque gravement et tout ensemble d’abord l’équilibre social de la Nation, ensuite les chances d’intégration des étrangers installés, enfin l’avenir même de nouvelles vagues d’arrivants et des pays d’où ils viennent […] C’est justement pour assurer le respect de nos valeurs et préserver efficacement la dignité des étrangers eux-mêmes que nous ne devons en accueillir qu’autant que nous pouvons en intégrer. »

Pour terminer, je vous encourage à lire ce rapport OCDE, dont voici un extrait :

« Dans la majorité des pays évalués, au moins 25 pour cent des élèves issus de l’immigration pourraient être confrontés à des défis considérables au cours de leur vie professionnelle et privée : leurs résultats à l’évaluation PISA 2003 indiquent qu’ils ne possèdent pas les savoir-faire élémentaires en mathématiques.

On prévoit que les élèves qui se situent au-dessous du niveau 2 seront exposés à des défis potentiels considérables en termes de perspectives professionnelles, financières, et de pleine participation à la vie de la société. Les résultats de l’enquête indiquent que seul un petit pourcentage d’élèves autochtones n’atteint pas le niveau 2, alors que la situation est fort différente pour les élèves issus de l’immigration. Plus de 40 pour cent des élèves allochtones en Belgique, en France, en Norvège et en Suède, et plus de 25 pour cent des élèves allochtones en Allemagne, en Autriche, au Danemark, aux États-Unis, au Luxembourg, aux Pays-Bas et en Suisse, ainsi que dans la Fédération de Russie, affichent des performances inférieures à celles attendues au niveau 2. […]

Les facteurs contextuels caractérisant les élèves non autochtones et les caractéristiques des établissements scolaires n’expliquent qu’en partie les différences de performance en mathématiques.

[…] Des écarts de score subsistent entre élèves issus de l’immigration et élèves autochtones, ceci après avoir tenu compte des caractéristiques liées au milieu. […] Cela semble indiquer que les niveaux de performance relatifs des élèves issus de l’immigration ne peuvent pas être attribués exclusivement à la composition des populations immigrées en termes des milieux éducatif et socio-économique dont elles proviennent. »

22:56 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags: france 2, école, échec scolaire |

25 mai 2011

« Du grain à moudre » sur France Culture

Cet après-midi, j’ai participé à l’émission « Du grain à moudre », animée par Brice Couturier et Louise Tourret, sur le thème « L’intégration à la française : échec ou réussite ? » J’ai débattu avec Joël Roman, philosophe, essayiste et directeur de la collection « Pluriel ». Vous pouvez réécouter l’émission ci-dessous.

23:11 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags: france culture, immigration, intégration, école |

25 mai 2011

RMC

Ce matin, j’ai participé à l’émission « Les Grandes Gueules » animée par Alain Marschall et Olivier Truchot. C’est une émission que j’ai trouvée très agréable. Vous pouvez la réécouter ci-dessous :

Partie 1 (durée: 46 mn)

Partie 2 (durée: 46 mn)

Partie 3 (durée: 40 mn)

14:38 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags: rmc |

24 mai 2011

Michel Field sur LCI

J’étais aujourd’hui à 17h15 chez Michel Field dans son émission sur LCI. J’étais invitée à réagir à l’intervention récente du ministre de l’Intérieur Claude Guéant sur Europe 1 concernant l’immigration, l’intégration et l’échec scolaire.

Je suis désolée de ne pouvoir vous dire si cette émission sera rediffusée à l’antenne, ni si elle peut être retrouvée sur le Net.

19:28 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags: fields, lci, guéant, immigration, intégration, échec scolaire |

16 mai 2011

Dépêche AEF

Voici le contenu d’une dépêche publiée par l’AEF :

Dépêche n°149949
Paris, Vendredi 13 mai 2011, 12:33:19

« Quel avenir pour l’école républicaine ? » (écho d’un colloque organisé par l’Ader)

« L’autonomisation des établissements, c’est non ! Il faut résister car nous avons à faire face à un projet politique collectif : que voulons-nous pour nos enfants demain ? », avance Malika Sorel, membre du HCI, jeudi 12 mai 2011, intervenant en clôture d’un colloque organisé à Paris par l’Ader, association de défense de l’école républicaine[1], intitulé « Quel avenir pour l’école républicaine ? ». « Le problème, ce n’est pas l’école, c’est toute la société. Elle entraîne des conditions d’enseignement qui rendent presque impossible la mission de l’école », poursuit Malika Sorel. Jean-Paul Brighelli, enseignant et auteur de « La fabrique du crétin » (AEF n°60783), Sophie Coignard, journaliste et auteur du « Pacte immoral » (AEF n°144243), Dominique Reynié, professeur de sciences politiques à Sciences Po et directeur général de Fondapol, François Portzer, président de l’Ader et du Snalc-CSEN et Claire Mazeron, vice-président du syndicat ont participé à ce débat.

Pour Jean-Paul Brighelli, « l’Éducation nationale est morte, du moins moribonde ». « Le respect de la laïcité, c’est terminé. Au nom de cultures plurielles, on a cessé d’enseigner la culture. Il n’y a pas non plus d’Éducation nationale d’État avec l’autonomie des établissements. Il n’y a plus d’objectifs nationaux et bientôt, il n’y aura plus de contrôles nationaux », ajoute-t-il. « Plus personne ne s’occupe de la transmission des savoirs, l’essentiel étant que les enfants soient heureux. Pourtant, ce qui fait l’école c’est un bonheur différé, reculé à la fin des études », estime-t-il.

DIVERSIFIER LE CONTENU DES PROGRAMMES ?

De son côté, Dominique Reynié liste « plusieurs éléments qui ont modifié le rapport que l’on peut avoir avec l’école et son efficacité ». L’élément « l’école a raison » a « disparu », explique-t-il précisant qu’il s’agit du fait « que la famille soutienne et soit complice de l’école ». Il note d’autres phénomènes comme « la culture de l’écran », qui témoigne « d’un changement culturel » mais également « l’hétérogénéité radicale des classes » et la « recomposition ethno-culturelle de nos sociétés ».

Dominique Reynié invite à « l’autonomisation des établissements ». « Il s’agit d’insérer les établissements dans des univers spécifiques et de faire émerger les solutions adéquates, adaptées au cadre de l’établissement. » Il propose également de « diversifier les contenus des programmes ». « Un tiers des établissements n’en font rien car ils sont trop ambitieux. En proposant des programmes différents, ces établissements en feraient plus », estime-t-il. Et d’ajouter : « Cela suppose des filières différenciées sous le contrôle des enseignants qui feraient passer un élève d’un univers à un autre en fonction de son potentiel ». « Je mets au défi quiconque de montrer que l’on peut faire assimiler le même programme à tout le monde et notamment aux élèves en difficultés qui ne sont pas soutenus par leur famille. Bourdieu parlait de “destin d’exception”, il faut organiser des fuites permettant de reproduire les mécanismes qui ont permis à certaines personnes de réussir », conclut-il.

« RÉSISTER »

Pour Claire Mazeron, vice-présidente du Snalc-CSEN, « la situation de l’école républicaine s’est rapidement dégradée ». « Il y a un combat à mener », indique-t-elle estimant que « le socle commun qui devait être la base des connaissances est devenu le plafond ». « L’école a entériné trop de renoncement », estime-t-elle. Intervenant dans la salle, une professeur d’histoire-géographie dans un lycée parisien indique : « Moi pour l’instant je fais de la résistance aux nouveaux programmes. » « Des professeurs que je connais font de même en faisant signer aux parents des papiers les autorisant à faire une dictée par semaine, pour se couvrir en cas de poursuites judiciaires. Il faut se battre sur les contenus. Aujourd’hui, on assassine l’histoire », poursuit-elle estimant que ceux « qui éduquent les enfants aujourd’hui, ce sont ceux qui font de la résistance pédagogique ».

« L’école ne peut pas tout. Les parents ne sont plus complices de l’école. Par un processus inconscient, les élèves n’apportent plus la culture de l’école républicaine à la maison. Il faut faire comprendre à notre société que les parents doivent assumer leurs responsabilités pour que les enseignants puissent faire leur métier », estime Malika Sorel. « Les politiques font preuve d’une insoutenable légèreté de l’être et méconnaissent ce sujet. Ils ne vivent pas dans notre monde et il leur est difficile de reconnaître qu’ils ont fait une erreur », avance-t-elle. « Il faut tenir et ne pas se décourager », conclut Malika Sorel.

____________________________

[1] Cette association a été créée en 2006 par des syndicalistes issus de la CSEN souhaitant « dépasser le cadre du syndicalisme et intégrer les personnes de la société civile dans le débat sur l’école républicaine », explique François Portzer, son président.

14:50 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags: école, instruction |