Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 octobre 2007

Comment la classe politique alimente son divorce avec le peuple français

Les discussions au sujet des tests ADN, qui mobilisent depuis plus de deux semaines une grande partie de la classe politique, auront une nouvelle fois montré aux Français combien nos représentants et nos dirigeants, loin de se pencher avec sérieux sur les problèmes de fond, s’égarent en réalité à se donner la réplique dans ce qui s’apparente à une pièce de théâtre. N’étaient ses conséquences, cette pièce pourrait être rangée au registre de la comédie. À la décharge de nos « élites » politiques, les observateurs extérieurs sont souvent mieux placés pour saisir tout le pathétique, et même le grotesque, de la scène. Les comédiens vivent au rythme de leurs répliques, ce qui les empêche très souvent de prendre un recul pourtant salutaire.

Je ne reviendrai pas sur le fait que ces tests ADN rompent avec un principe fondamental, ni qu’ils ravivent une blessure encore vive de l’Histoire de France. Ces deux points ont été amplement commentés. Je souhaite que nous nous penchions sur la pertinence de leur objectif, qui était de disposer d’un moyen de dépister, parmi les nouveaux entrants, les éventuels fraudeurs aux liens de filiation. Première question : existe-t-il vraiment de tels fraudeurs ? Réponse : oui ! Deuxième question : ces fraudeurs sont-ils très nombreux ? C’est-à-dire, sont-ils si nombreux qu’il faille légiférer, et aller pour cela jusqu’à rompre avec des principes moraux extrêmement forts qui honorent la France mais aussi le peuple français ; des principes qui sont partie intégrante de l’identité du peuple de France ? Lorsque je pose la question de leur nombre, cela sous-entend qu’il nous faut le comparer au nombre de migrants qui alimentent les autres sources de l’important flux qui converge vers la France. Réponse : d’après l’administration, le flux de « l’arnaque au lien biologique » serait constitué de 300 à 800 personnes par an. Suite à la levée de boucliers, que je comprends et que j’approuve, contre l’instauration de tests ADN, la restriction au lien maternel ferait tomber ce chiffre à environ 40 personnes susceptibles d’être contrôlées chaque année. La France remboursera ces tests ADN, et la Justice n’étant pas suffisamment engorgée dans notre pays, un juge sera saisi à chaque mise en œuvre de cette disposition.

Comparons à présent ces 40, ou même ces 800 cas, au flux d’immigration annuel total. Plusieurs chiffres circulent au sujet du solde migratoire global. Selon les sources, l’estimation va du simple au double. Mon propos n’est pas de chipoter sur les chiffres avancés, mais de relever que dans tous les cas, ils sont extrêmement élevés, et autrement plus conséquents que 800. L’Insee estime que le nombre d’étrangers en situation légale s’accroît de 100 000 par an. Certains chercheurs précisent, à juste titre, qu’il serait plus conforme à la réalité d’évoquer, dans le même temps, les 150 000 papiers d’identité française octroyés chaque année. À ces chiffres, il nous faut ajouter celui de l’immigration dite clandestine. Cette immigration n’a en réalité de clandestin que le nom, puisqu’il est manifestement possible de la décompter. Ainsi, en avril 2006, le Ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy affirmait-il que résidaient en France entre 200 000 et 400 000 clandestins, et que 80 000 à 100 000 clandestins supplémentaires entraient chaque année sur le territoire français.

Doit-on alors se féliciter du fait que le gouvernement, l’Assemblée Nationale, le Sénat, la commission paritaire qui va bientôt se réunir, le Conseil Constitutionnel qui va très vraisemblablement être saisi, se penchent sur la question de 800 fraudeurs biologiques potentiels ?

Pour toutes les raisons que j’invoque dans « Le puzzle de l’intégration », le flux considérable d’immigration auquel se trouve confrontée la France n’a aucune chance de pouvoir être absorbé. Nous le savons, cette immigration rencontre de sérieuses difficultés d’insertion dans la société française. Cela signifie qu’un accompagnement vigilant s’impose, ce qui implique une concentration, et certainement pas une dispersion, de l’attention. Les conséquences de cette incapacité d’absorption sont payées, chaque jour, au prix fort par les enfants de l’immigration déjà présents sur le territoire français, par ceux qui y pénètrent chaque année, et bien entendu par les Français de souche qui ont d’ailleurs, contrairement aux « élites », déjà compris qu’un afflux migratoire si conséquent ne représentait pas « une chance » pour leur pays, mais bien une sérieuse source de perturbations, les inconvénients en étant depuis longtemps bien supérieurs aux avantages.

Lors du congrès national de l’UMP qui s’est tenu samedi 6 octobre, le Premier ministre François Fillon a affirmé que l’amendement ADN du texte sur l’immigration était en réalité un « détail ». Nous sommes donc d’accord sur un point, c’est que la fraction de l’immigration visée par un amendement qui floue l’un de nos principes républicains représente bien un élément négligeable. À un peuple français de plus en plus inquiet sur le sujet de l’immigration-insertion-intégration, on a donc une fois de plus présenté un miroir aux alouettes. Alors, que penser d’une classe politique qui se permet, aujourd’hui, dans une société tendue à l’extrême et au bord de la rupture, de mobiliser autant d’énergie sur un « détail » et de provoquer, par la même occasion, l’émoi d’une partie non négligeable de la population ?

11:00 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags: immigration, insertion, intégration, adn |

20 septembre 2007

Dans « Répliques », Alain Finkielkraut s’appuie sur « Le puzzle de l’intégration »

Dans son émission Répliques du samedi 1er septembre, intitulée « Identité française et immigration », Alain Finkielkraut s’est appuyé à plusieurs reprises sur Le puzzle de l’intégration, dont il a cité quelques passages, afin de donner la réplique à Patrick Weil, Directeur de Recherche au CNRS et spécialiste des questions d’immigration.

De même, Jean-Philippe Moinet, ancien Secrétaire général du Haut Conseil à l’intégration et fondateur de l’Observatoire de l’extrémisme, a fait appel à mes propos pour asseoir ses démonstrations.

Je les en remercie d’autant plus chaleureusement, que la diffusion de mon livre fait face au redoutable barrage de la « bien-pensance » des milieux journalistiques (radio et papier), qui n’est en vérité que de la « bien-errance », et qui a largement participé à creuser le tombeau des enfants issus de l’immigration.

16:40 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags: immigration, identité, alain finkielkraut, france culture |

02 juillet 2007

Brice Hortefeux : Attention aux errements !

Brice Hortefeux était l’invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI le 1er juillet. Il a insisté sur la nécessité de « défendre la culture de l’héritage français en ayant à cœur de préserver la cohésion de la communauté nationale ». Je partage entièrement ce point de vue.

Parmi les objectifs qu’il se fixait, il a notamment évoqué « remettre à l’honneur les valeurs de la République », ainsi que « mettre fin à des décennies d’autodénigrement et d’auto-flagellation ».

J’espère que Brice Hortefeux saura atteindre ces deux objectifs et qu’il réussira son action pédagogique, en commençant par convaincre les membres du gouvernement auquel il appartient de cesser de donner le mauvais exemple en la matière. Ainsi, il serait utile qu’il obtienne de Rama Yade, Rachida Dati et Fadela Amara qu’elles abandonnent leur rhétorique favorite, qui est que si les enfants de l’immigration ne réussissent pas, c’est en grande partie la faute de la France et des Français. Il serait intéressant aussi qu’il nous démontre sa réelle volonté de tourner le dos à l’idéologie victimaire, en empêchant Rachida Dati de créer des pôles anti-discrimination au sein des parquets de France, comme elle l’envisage.

Pour Brice Hortefeux, le co-développement doit s’appuyer sur les immigrés déjà présents sur le territoire national. C’est pourquoi l’envoi de contributions financières vers leurs pays d’origine est fiscalement encouragé (loi Sarkozy votée au printemps 2006). Or, comme je l’explique dans Le puzzle de l’intégration, autant l’aide d’État à État est louable, autant l’aide directe des immigrés à leur pays d’origine est hautement nuisible au processus d’insertion, car elle se fait au détriment de l’argent qu’ils consacrent à l’éducation de leurs enfants présents sur le territoire français. Il ne faut donc pas s’étonner que le fossé entre ces enfants et ceux des Français de souche s’accroisse chaque jour davantage, avec les conséquences dramatiques que nous avons à subir. Cette politique est donc une erreur lourde de conséquences, aussi bien pour les enfants issus de l’immigration que pour la société française dans son ensemble.

Brice Hortefeux a longuement évoqué la nécessité, avant tout accord de regroupement familial, d’un minimum de maîtrise de la langue française par les candidats à l’immigration. Or, est-il utile de rappeler que les immigrés d’Afrique et du Maghreb parlent déjà dans leur grande majorité ce minimum de français, et que, comme nous le constatons, cela n’est en aucun cas un gage de facilité d’intégration, ni même d’insertion ? A contrario, faut-il rappeler que les immigrés des précédentes vagues (Russes, Polonais, Arméniens, Espagnols, Portugais…) ne parlaient pas un mot de français à leur arrivée, ce qui ne les a nullement empêchés de s’intégrer !

Le ministre a évoqué le contrat d’accueil de l’immigré comme s’il s’agissait d’un élément nouveau. Or, ce contrat existait déjà. Il est d’ailleurs largement signé par les migrants, cette signature ne signifiant au demeurant pas le respect des engagements contractés…

Brice Hortefeux a rappelé qu’il considère la discrimination positive comme une mesure d’équité : « La discrimination positive, c’est donner plus à ceux qui ont moins ; donc j’y suis favorable ». Pour lui, la raison principale de l’échec de l’intégration est le manque d’emplois. Il a enfoncé le clou en affirmant que quelqu’un qui détenait un emploi était de ce fait intégré. Or, les Français savent parfaitement que détenir un emploi n’est pas un gage suffisant d’intégration. Brice Hortefeux démontre ainsi qu’il ne possède, sur le problème de l’intégration, rien de plus que les connaissances sommaires colportées depuis vingt-cinq ans par l’ensemble de notre classe politique.

Comme on le constate, il y a donc des éléments à retenir dans l’intervention de Brice Hortefeux, et il y en a d’autres à rejeter. Un seul souhait : qu’il approfondisse sa connaissance du dossier qui lui a été confié. C’est un sujet important, et nous n’avons à présent plus droit à l’erreur, car trop de temps a été perdu !