Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 novembre 2007

Si le Conseil constitutionnel n’existait pas, il faudrait l’inventer !

Un grand merci au Conseil constitutionnel !

Le Conseil constitutionnel a rendu sa décision au sujet de la loi relative à la maîtrise de l’immigration, à l’intégration et à l’asile. Les sages ont purement et simplement censuré le recours aux statistiques ethniques. Nous devons cette décision à la qualité exceptionnelle des membres de ce Conseil, qui compte en effet des hommes et des femmes de très grande envergure, profondément attachés au socle des valeurs fondamentales de notre pacte républicain, et qui ont montré au long de leurs parcours leurs forts engagements au service de l’idéal français. Même si le grand public pense d’abord aux illustres personnalités politiques qui y siègent, telles que Jacques Chirac ou Jean-Louis Debré, il nous faut également en remercier tous les autres membres, qui ont su garder la tête froide alors que l’enjeu avait été éminemment politisé.

Voici un extrait de la décision du Conseil :

« Considérant que, si les traitements nécessaires à la conduite d’études sur la mesure de la diversité des origines des personnes, de la discrimination et de l’intégration peuvent porter sur des données objectives, ils ne sauraient, sans méconnaître le principe énoncé par l’article 1er de la Constitution, reposer sur l’origine ethnique ou la race ; […] Article premier.- L’article 63 de la loi relative à la maîtrise de l’immigration, à l’intégration et à l’asile est déclaré contraire à la Constitution. »

Les Français, qui ont déjà compris que la force de la France réside dans une France « une et indivisible », doivent demeurer vigilants et veiller à sensibiliser leurs proches à ce sujet. Il relève véritablement de la responsabilité de chaque citoyen que d’œuvrer à freiner la « libanisation » actuelle de la France, et même à la faire reculer jusqu’à l’annihiler. Je crois la mission encore possible, à condition qu’une véritable prise de conscience s’opère en chacun de nous sur les défis d’envergure qui se posent au peuple français. Celui-ci doit demeurer soudé, à une époque où de nombreux problèmes sont si corrélés entre eux que leur analyse et leur traitement s’en trouvent encore complexifiés.

22:45 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags: immigration, conseil constitutionnel, comptage ethnique, libanisation |

29 octobre 2007

« Tribune de l’actualité » sur Fréquence Protestante

J’ai participé samedi 27 octobre sur Fréquence Protestante à la « Tribune de l’actualité » animée par Jacques Fischer, consacrée à la loi sur l’immigration. J’y étais invitée aux côtés des personnalités suivantes :

  • M. Dominique Paillé, Secrétaire général adjoint de l’UMP, conseiller auprès de l’Élysée ;
  • le professeur de droit Jacques Robert, ancien membre du Conseil constitutionnel ;
  • le professeur Didier Sicard, Président du Comité Consultatif National d’Éthique ;
  • M. Bernard Sichère, philosophe.

Vous pouvez retrouver ci-dessous l’enregistrement de l’émission.

Partie 1 (durée: 15 min.)


Partie 2 (durée: 13 min.)


Partie 3 (durée: 15 min.)


Partie 4 (durée: 15 min.)

19:00 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags: immigration, adn, comptage ethnique, hortefeux, politique, fréquence protestante |

12 octobre 2007

Les négationnistes de l’Histoire

La Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration a ouvert ses portes mercredi 10 octobre. Aucune personnalité politique actuellement au pouvoir n’a manifestement souhaité participer à l’inauguration. Christine Albanel, Ministre de la Culture, s’est contentée d’y faire un saut mercredi en fin de journée, guidée dans sa visite par Jacques Toubon, qui préside la Cité avec Jean-François Roverato. Je souhaite relever au passage que le ministère de la Culture est maître d’ouvrage, et qu’il finance plus de 40% du budget total de la Cité jusqu’en 2009. Je me permets de souligner que Madame Albanel possède un curieux sens de la hiérarchie des événements à inaugurer, puisque c’est elle qui a, hier soir au Grand Palais, ouvert les portes de l’exposition consacrée au talentueux peintre Gustave Courbet.

Pourquoi cette polémique, et a-t-elle une raison d’être ? Elle nous montre à quel point la tentation d’établir des amalgames injustes, l’incapacité de s’extraire des évènements actuels pour regarder le passé de manière objective, l’infantilisation qui conduit à se laisser gouverner par les humeurs du moment, conduisent à la négation de pages de l’Histoire de France. Vouloir nier que l’immigration a pu jouer un rôle positif pour la France, cela procède de la même veine que vouloir nier que la France a pu jouer un rôle positif au cours de sa période coloniale, dans les territoires qui constituaient son empire colonial. J’ai trop longtemps vécu au Maghreb pour pouvoir souscrire à l’effacement de la reconnaissance de tout ce que les Français y ont apporté. L’injustice et l’ingratitude sont terribles de conséquences sur les enfants issus de l’immigration maghrébine et africaine.

Il est curieux de voir comment des personnes évoluant apparemment sur des positions qui se font face, et saisissant le moindre prétexte pour se défier, peuvent à ce point servir le même objectif (non conscient), qui est d’empêcher les Français d’assumer dans son intégralité l’Histoire de leur pays. L’Histoire de France n’a pas à être filtrée. Elle doit être regardée avec objectivité, et surtout elle doit être acceptée avec sérénité. Elle possède des pages d’ombre et des pages de lumière. Aucune nation, aucun peuple sur Terre, ne peut prétendre n’avoir dans son livre d’Histoire que des pages glorieuses. Accepter sa propre histoire, c’est s’accepter et c’est enfin retrouver un peu de la fierté d’être soi-même. Le peuple français doute terriblement de lui-même. Il est secoué d’une crise identitaire profonde qui n’est pas nouvelle, mais dont la durée devient à présent alarmante.

Les négationnistes de l’Histoire empêchent le peuple français de se réconcilier avec lui-même. C’est pourtant une condition essentielle pour qu’il trouve la force de relever les défis auxquels il est actuellement confronté dans une multitude de domaines. Sur le sujet de l’immigration-insertion-intégration, nous devons bien entendu éviter le piège qui consiste à tirer prétexte du passé pour ne pas traiter les difficultés auxquelles la France est actuellement confrontée. La lumière du passé ne doit pas aveugler le présent, ce qui conduirait à coup sûr à terriblement obscurcir l’avenir. Mais nous n’avons pas non plus le droit de tout amalgamer et de nier la participation à l’oeuvre de la Nation qui fut celle des immigrés venus d’Italie, de Pologne, d’Espagne, de Russie, d’Arménie, du Portugal, d’Algérie, du Maroc, de Tunisie, du Vietnam, de Chine, d’Afrique…

Je vous encourage à aller visiter la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration. Vous y trouverez des informations détaillées sur deux cents ans d’histoire de l’immigration en France. J’ai trouvé la Cité très bien conçue. Elle mériterait d’être enrichie d’un volet qui présenterait aux visiteurs l’autre face de la même pièce de l’immigration, à savoir ce que la France a apporté à ses immigrants.

Je voudrais partager avec vous la citation de Gérard Noiriel que vous trouverez sur un panneau au bas du majestueux escalier du bâtiment de la Cité : « Mon rêve serait que la Cité fonctionne à la manière d’une université populaire. Je déteste le misérabilisme, la victimisation, c’est une logique qui enferme au lieu d’ouvrir. Je ne veux pas que ce soit un endroit où après avoir célébré nos ancêtres les Gaulois, on célèbre nos ancêtres les immigrés, en recréant un “eux et nous.” »

14:10 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags: immigration, négationnisme, histoire, colonisation, albanel |

08 octobre 2007

Comment la classe politique alimente son divorce avec le peuple français

Les discussions au sujet des tests ADN, qui mobilisent depuis plus de deux semaines une grande partie de la classe politique, auront une nouvelle fois montré aux Français combien nos représentants et nos dirigeants, loin de se pencher avec sérieux sur les problèmes de fond, s’égarent en réalité à se donner la réplique dans ce qui s’apparente à une pièce de théâtre. N’étaient ses conséquences, cette pièce pourrait être rangée au registre de la comédie. À la décharge de nos « élites » politiques, les observateurs extérieurs sont souvent mieux placés pour saisir tout le pathétique, et même le grotesque, de la scène. Les comédiens vivent au rythme de leurs répliques, ce qui les empêche très souvent de prendre un recul pourtant salutaire.

Je ne reviendrai pas sur le fait que ces tests ADN rompent avec un principe fondamental, ni qu’ils ravivent une blessure encore vive de l’Histoire de France. Ces deux points ont été amplement commentés. Je souhaite que nous nous penchions sur la pertinence de leur objectif, qui était de disposer d’un moyen de dépister, parmi les nouveaux entrants, les éventuels fraudeurs aux liens de filiation. Première question : existe-t-il vraiment de tels fraudeurs ? Réponse : oui ! Deuxième question : ces fraudeurs sont-ils très nombreux ? C’est-à-dire, sont-ils si nombreux qu’il faille légiférer, et aller pour cela jusqu’à rompre avec des principes moraux extrêmement forts qui honorent la France mais aussi le peuple français ; des principes qui sont partie intégrante de l’identité du peuple de France ? Lorsque je pose la question de leur nombre, cela sous-entend qu’il nous faut le comparer au nombre de migrants qui alimentent les autres sources de l’important flux qui converge vers la France. Réponse : d’après l’administration, le flux de « l’arnaque au lien biologique » serait constitué de 300 à 800 personnes par an. Suite à la levée de boucliers, que je comprends et que j’approuve, contre l’instauration de tests ADN, la restriction au lien maternel ferait tomber ce chiffre à environ 40 personnes susceptibles d’être contrôlées chaque année. La France remboursera ces tests ADN, et la Justice n’étant pas suffisamment engorgée dans notre pays, un juge sera saisi à chaque mise en œuvre de cette disposition.

Comparons à présent ces 40, ou même ces 800 cas, au flux d’immigration annuel total. Plusieurs chiffres circulent au sujet du solde migratoire global. Selon les sources, l’estimation va du simple au double. Mon propos n’est pas de chipoter sur les chiffres avancés, mais de relever que dans tous les cas, ils sont extrêmement élevés, et autrement plus conséquents que 800. L’Insee estime que le nombre d’étrangers en situation légale s’accroît de 100 000 par an. Certains chercheurs précisent, à juste titre, qu’il serait plus conforme à la réalité d’évoquer, dans le même temps, les 150 000 papiers d’identité française octroyés chaque année. À ces chiffres, il nous faut ajouter celui de l’immigration dite clandestine. Cette immigration n’a en réalité de clandestin que le nom, puisqu’il est manifestement possible de la décompter. Ainsi, en avril 2006, le Ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy affirmait-il que résidaient en France entre 200 000 et 400 000 clandestins, et que 80 000 à 100 000 clandestins supplémentaires entraient chaque année sur le territoire français.

Doit-on alors se féliciter du fait que le gouvernement, l’Assemblée Nationale, le Sénat, la commission paritaire qui va bientôt se réunir, le Conseil Constitutionnel qui va très vraisemblablement être saisi, se penchent sur la question de 800 fraudeurs biologiques potentiels ?

Pour toutes les raisons que j’invoque dans « Le puzzle de l’intégration », le flux considérable d’immigration auquel se trouve confrontée la France n’a aucune chance de pouvoir être absorbé. Nous le savons, cette immigration rencontre de sérieuses difficultés d’insertion dans la société française. Cela signifie qu’un accompagnement vigilant s’impose, ce qui implique une concentration, et certainement pas une dispersion, de l’attention. Les conséquences de cette incapacité d’absorption sont payées, chaque jour, au prix fort par les enfants de l’immigration déjà présents sur le territoire français, par ceux qui y pénètrent chaque année, et bien entendu par les Français de souche qui ont d’ailleurs, contrairement aux « élites », déjà compris qu’un afflux migratoire si conséquent ne représentait pas « une chance » pour leur pays, mais bien une sérieuse source de perturbations, les inconvénients en étant depuis longtemps bien supérieurs aux avantages.

Lors du congrès national de l’UMP qui s’est tenu samedi 6 octobre, le Premier ministre François Fillon a affirmé que l’amendement ADN du texte sur l’immigration était en réalité un « détail ». Nous sommes donc d’accord sur un point, c’est que la fraction de l’immigration visée par un amendement qui floue l’un de nos principes républicains représente bien un élément négligeable. À un peuple français de plus en plus inquiet sur le sujet de l’immigration-insertion-intégration, on a donc une fois de plus présenté un miroir aux alouettes. Alors, que penser d’une classe politique qui se permet, aujourd’hui, dans une société tendue à l’extrême et au bord de la rupture, de mobiliser autant d’énergie sur un « détail » et de provoquer, par la même occasion, l’émoi d’une partie non négligeable de la population ?

11:00 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags: immigration, insertion, intégration, adn |