Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juin 2010

Côté coulisses

À mon arrivée dans le salon invités de France 2, je découvre que je participe à un plateau de 10 personnes, quand je pensais être invitée à un plateau de 5 personnes. Ma réaction intérieure ? « Ma pauvre petite, si tu parviens à prononcer ne serait-ce qu’un seul mot intelligible, ce sera vraiment très très bien ».

Je m’attendais à un débat autour de Pierre Nora à l’occasion des 30 ans de la revue Le Débat, je découvre que le sujet sera autre. Ce point ne me pose pas de difficulté. C’est le nombre d’intervenants autour de la table qui m’interroge. Il paraît clair que le temps indispensable au développement des idées ne sera pas là. J’entre alors en concentration. Il me faut me placer en mode « pilotage automatique ». C’est mon cerveau qui prendra les commandes. Je lui fais entièrement confiance. Je découvrirai ensuite le résultat, en visionnant l’émission après coup.

Au moment d’entrer sur le plateau, Franz-Olivier Giesbert me dit très gentiment « souriez, car à la télé ça passe mieux si on sourit, et surtout parlez dès que vous le souhaitez ». C’est in situ que je vais comprendre ce que signifie la seconde partie de son très amical conseil. Pour pouvoir m’exprimer, Franz-Olivier Giesbert s’attend à ce que je coupe la parole à celui ou ceux qui sont en train de parler. Ce que je vais refuser de faire, malgré les nombreux encouragements qu’il va m’adresser tout au long de l’émission et que vous ne voyez pas à l’antenne. Heureusement qu’il me donnera tout de même la parole à deux reprises. Je vais tout de même finir par couper la parole à Mara Goyet, dont le misérabilisme dégoulinant me fait bondir. C’est là que j’évoque la nécessité que les aides sociales ciblent directement les enfants. Sous-entendu, lorsque ces aides passent par les parents, elles n’atteignent pas forcément les enfants.

Voici, pêle-mêle, quelques-unes des pensées qui m’ont traversé l’esprit durant l’émission, au fil des paroles de certains orateurs :

  • Il y aurait donc actuellement, sur le territoire français, consensus sur la République, et tout le monde serait soudé autour de la laïcité ? Il y en a qui ne vivent pas sur la même planête que nous ! Les extra-terrestres possèdent finalement la même apparence physique que les terriens…
  • Le bonheur ? Qu’est-ce que le bonheur ? A-t-il été de tous temps une finalité, ou n’est-ce pas cette dictature du bonheur qui a entraîné la société contemporaine dans une fuite en avant et qui a rendu les Européens aussi vulnérables ? Soyez heureux, et surtout montrez que vous l’êtes. Souriez à pleines dents. Adoptez le consensus mou et la pensée molle. Honte à vous si vous n’avez pas trouvé le bonheur…
  • Est-il seulement capable d’imaginer qu’une foi puisse exister en un projet qui ne soit pas d’inspiration religieuse ? Visiblement non. Comme il a fait des études de philo, alors il est estampillé philosophe, et tout le monde se doit d’être d’accord avec lui. Ceux qui ne le sont pas prennent le risque d’être classés ignares ou incultes. J’assume faire partie de cette catégorie de pauvres péquenauds qui ne se vivent pas à l’heure bobo gauche-droite de la mondialisation. Je suis une péquenaude qui va jusqu’à se réjouir de la glaise de son territoire qui reste accrochée à ses chaussures.
  • Ce débat va dans tous les sens. Là, ça fait de longs moments qu’ils discutent de capitalisme et ils mélangent un peu tout, toutes les notions, tous les concepts. La crise ne serait donc pas réelle, elle serait de l’ordre du ressenti… ;
  • Alors là, avec tout ce qu’elle a dit dans son livre, je m’attendais à tout autre chose de sa part. Venir nous dire, après tout ce qu’elle a dû endurer dans ses classes : « ces pauvres parents, ils n’y peuvent rien si leur réveil ne sonne pas à 7 heures ». D’autre part, je suis choquée d’entendre un enseignant employer des mots grossiers. Se pourrait-il que les profs, entendant des grossièretés à longueur de journée, finissent par s’y habituer et se trouvent contaminés par ce mauvais virus ? Ce syndrôme me fait penser à ces générations de parents qui pensaient aider leur bébé en se mettant à lui parler bébé au lieu de s’exprimer convenablement…
  • Je comprends ce qui est sous-jacent aux chemins de Compostelle, mais ce qui ressort de cette discussion me semble un peu surréaliste. Pauvre deviendrait chic ? J’ai envie d’intervenir pour dire que goûter à la pauvreté quand elle est pleinement choisie et s’accompagne d’emblée d’un contrat à durée déterminée n’a strictement rien à voir avec une pauvreté dont vous ignorez le terme. Si vous savez que dans quelques semaines, un frigo bien garni vous attend, alors là, oui, être pauvre peut devenir une expérience très tendance. Vous ferez pâlir d’envie vos semblables, à qui vous raconterez votre aventure dans un autre monde. L’échange autour de la pauvreté me fait repenser au Ramadan : les gens ne mangent pas de la journée. Le but est de communier avec les pauvres, de partager leur souffrance. Mais à partir de midi, tout le monde ne pense plus qu’à manger. Les hommes quittent leur travail très tôt pour aller acheter tout ce qu’ils peuvent, et les femmes mettent en route les fourneaux. Ceux qui le peuvent dorment une partie de la journée. Le Ramadan est un mois quasi-mort pour l’économie, et pour la transmission des savoirs dans les établissements scolaires. Le soir venu, ce sera la multiplication des mets sur la table. Le mois du Ramadan, c’est celui où les gens mangent le plus. Où est la communion avec les pauvres ? Quels pauvres ? L’objectif premier a disparu des esprits…

Puisque j’étais en pilotage automatique, j’ai découvert le résultat après coup, en visionnant l’émission. J’ai également lu les courriels qui m’ont été adressés. Au vu des quelques minutes où je me suis exprimée, je ne suis finalement pas mécontente du résultat, alors que le sentiment qui m’habitait au sortir du plateau, c’était plutôt une grande déception.

Mon « pilote automatique » a réussi à placer des éléments majeurs en très peu de temps : 1- la responsabilité est politique ; 2- l’école et les enseignants ne sont pas des magiciens et ne peuvent pas tout ; 3- les parents doivent adhérer au contenu du pacte républicain - sous-entendu, lorsque ce n’est pas le cas, c’est dans cette direction qu’il faut chercher, en priorité, la raison de l’échec de leurs enfants ; 4- il faut renouer avec l’esprit de responsabilité, donc de responsabilisation ; 5- il faut tourner le dos à l’idéologie de la repentance et au misérabilisme.

La radio et la plume conviennent bien mieux à ma personnalité. À la télé, pour bien faire passer son message, il est préférable de sourire de tout et donner l’impression d’être détaché de tout. J’en suis totalement incapable. La France est en train de mourir à petit feu sous les yeux de ses propres enfants. Ces derniers seront jugés coupables de non-assistance à personne en danger par le tribunal de l’Histoire s’ils ne parviennent pas à la sauver. Je ne vois rien de drôle dans tout cela.

Henri Guaino : « Tout le monde n’est pas républicain […] L’indivisibilité de la République face au communautarisme, c’est un débat tout à fait d’actualité. C’est pas du tout quelque chose de secondaire ou d’anecdotique. TOUS LES JOURS, les assauts sont extrêmements forts […] C’est vrai pour la laïcité aussi. Derrière ce débat sur la République, la question qui est posée c’est : dans quelle société voulons-nous vivre ? Avec quels droits, quels devoirs et sur quelles valeurs ? C’est Georges Pompidou qui disait, je crois, un pays ce n’est pas une page blanche. Non, un pays n’est pas une page blanche. Il y a des mentalités, des représentations collectives, une histoire, des souvenirs, une mémoire individuelle et collective. Nous, tout cet héritage, nous l’avons appelé la République. »

00:56 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (34) | Tags: nora, guaino, giesbert, nation, république, france 2 |

04 juin 2010

Les dévoiements du politiquement correct

À lire dans le Nouvel Économiste actuellement en kiosque, ou directement sur le site internet du journal, un article remarquable écrit par Caroline Castets, Rédactrice en chef adjointe du Nouvel Économiste. La version au format journal est à cette adresse.

Extrait : « Résultat : une dictature verbale qui, quelles que soient ses origines – culpabilité latente par rapport à un passé honteux, peur de l’étiquette ou idéal soixante-huitard – n’est pas sans danger pour les causes qu’elle prétend défendre. Celles de minorités d’abord, que l’on ne juge plus que par le prisme de leur différence, mais aussi celles du vivre-ensemble et de la démocratie, menacés par cette “chape de plomb” – comme l’appelle Malika Sorel, du Haut Conseil à l’Intégration – qui, en interdisant de nommer certaines réalités, interdit également de les combattre. Un dévoiement qui permet aujourd’hui au politiquement correct de servir d’autres causes. À commencer par celle de l’extrémisme. »

Autre information : sur France 2 ce soir à 23h15, Franz-Olivier Giesbert recevra dans « Vous aurez le dernier mot ! » Jean Tulard, Pierre Nora, Henri Guaino, Malika Sorel… et d’autres invités.

09:42 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags: liberté, démocratie |

25 mai 2010

Le sursaut intellectuel

Voilà le titre que j’ai donné à mon article qui vient de paraître dans le numéro spécial anniversaire des 30 ans de la revue Le débat.

La question « de quoi l’avenir intellectuel sera-t-il fait ? » avait été posée à des personnalités telles qu’Alain Finkielkraut, Pascal Bruckner, Luc Ferry, Régis Debray… J’exprime mon infinie reconnaissance à Pierre Nora et Marcel Gauchet, respectivement directeur et rédacteur en chef de la revue, qui m’ont choisie pour répondre aujourd’hui à la même question.

22:15 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags: le débat, nora, gauchet, alain finkielkraut, ferry |

18 mars 2010

Identité nationale : levons les tabous !

Merci au Figaro, qui m’a autorisée à reproduire mon article publié dans ses colonnes en date du 13/03/2010, dans sa rubrique « Débats et Opinions ».

Identité nationale : levons les tabous !

La France s’est construite en intégrant l’apport de ses migrants et de leurs descendants. Ces derniers ont contribué à faire vivre les principes fondamentaux du peuple français. Aujourd’hui, défiant tout bon sens, on voudrait persuader les Français que nul lien n’existerait entre identité française et immigration, alors même que le niveau des flux migratoires est sans précédent ? Qu’est-ce qui pousse alors notre classe politique à vouloir contourner nos principes fondamentaux si ce n’est la conviction, fausse au demeurant, que l’intégration des flux migratoires extra-européens ne pourra réussir sans le renoncement à des marqueurs essentiels de l’identité française ?

L’identité possède une vérité charnelle qui se décline au quotidien en une myriade d’attitudes, et surtout en un regard porté sur les autres et sur le monde. Les principes qu’un peuple érige en fondamentaux sculptent son identité. Ce sont eux qui lui confèrent sa singularité et en font le peuple qu’il est, et pas un autre. Ce sont autant de marqueurs que les parents transmettent à leurs enfants, au travers de la vie familiale, le plus souvent de manière tout à fait inconsciente. Ces marqueurs entrent systématiquement en jeu dans l’élaboration du projet collectif, celui qui dessine le modèle de société. Ils interviennent également lorsqu’il s’agit ensuite d’appliquer et de respecter ce projet. Aussi est-il légitime que les Français s’interrogent sur le contenu de leur identité, à un moment où chacun de ses éléments constitutifs est remis en cause. Quels principes et quelles valeurs pour bâtir le socle de notre société de demain ? Cette question n’est pas secondaire ; elle est majeure.

Est-il rationnel d’espérer faciliter l’intégration de descendants d’immigrés en envoyant dans le même temps, à l’opinion publique, une multitude de signes qui suggèrent que cette immigration, même à la troisième ou quatrième génération, ne serait pas intégrable à la communauté nationale ? C’est pour elle que l’ensemble de l’échiquier politique tente en effet, depuis de nombreuses années, de retourner la maison France de la cave au grenier : affaiblissement continu des programmes et des exigences scolaires ; tentatives d’élimination de l’excellence dans notre système éducatif ; assauts répétés contre le principe d’Égalité ; suppression des épreuves de culture générale dans les concours administratifs ; abandon des classes moyennes au profit quasi-exclusif des classes défavorisées…

C’est dans la difficulté d’articulation entre l’univers familial et celui de l’école que prennent racine la plupart des obstacles que rencontrent les enfants de l’immigration. Au lieu de s’employer à dégrader le contenu des savoirs et le niveau d’exigence en compétences comportementales, les pouvoirs publics serviraient l’intérêt général en aidant ces enfants à acquérir les éléments de culture française qui leur permettront de surmonter ces obstacles. En effet, lorsque ces derniers deviennent infranchissables, ils placent systématiquement l’enfant dans l’incapacité d’assumer son rôle d’élève, et le poussent même parfois à empêcher ceux qui l’entourent d’assumer le leur. C’est en maternelle-CP-CE1 que les moyens doivent être intensifiés, car c’est là que l’effet de levier est le plus important. Les graines de l’ouverture à d’autres possibles doivent être semées au plus tôt afin d’en maximiser les chances de germination. La transmission culturelle remplit deux missions : elle permet aux enfants d’intérioriser les principes de notre société en vue de réussir leur insertion, et elle leur permet également de se construire, jour après jour, des points d’accroche affectifs avec la France. C’est ce lien affectif qui les aidera à surmonter les douloureuses tensions identitaires dont ils seront inévitablement le siège, s’ils décident un jour de s’intégrer à la communauté française. Se préoccuper du sort de ces enfants à l’entrée au collège est voué à l’échec, car la grande majorité ne sera déjà plus réceptive au pacte proposé. Il faut être bien ignorant de la réalité de leur détresse, ou bien vouloir en tirer un profit personnel, pour véhiculer l’idée que la fabrication d’une élite originaire du Maghreb ou d’Afrique pourrait faire pousser à ces enfants les ailes de la réussite.

Mais qu’attend au juste notre société des migrants et de leurs descendants ? Qu’ils s’insèrent dans notre société en respectant les règles de vie et d’organisation, ou bien qu’ils s’intègrent à la communauté nationale en participant à faire valoir l’héritage que les Français ont reçu indivis ? Si la première option est décrétable, la seconde, qui se joue entièrement sur le registre affectif et moral, ne l’est pas et ne pourra jamais l’être. La France devrait le savoir, elle qui s’est longtemps hasardée à vouloir apporter la preuve du contraire en Algérie, avec les drames que l’on sait. Mais une chose est certaine : ce n’est ni en prônant le culte de la différence, ni en encourageant les individus à se rattacher à des communautés particulières, ni en présentant le peuple français comme un peuple qui rejette et discrimine, que l’on cultivera la volonté d’insertion, et encore moins le désir d’intégration. Notre société récolte désormais les fruits de la haine que ces approches ont semée dans le cœur des enfants de l’immigration.

Un certain nombre de conditions doivent être respectées pour qu’un ensemble d’individus puissent continuer de former un peuple capable de construire et porter un projet politique commun. Ernest Renan les avait recensées ; parmi elles : la fusion des populations ; le désir de vivre ensemble ; la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis ; le partage d’un long passé d’efforts, de sacrifices et de dévouements ; le culte des ancêtres…, résumées en une phrase restée célèbre : « l’existence d’une nation est un plébiscite de tous les jours ». Ce plébiscite, les enfants de l’immigration peuvent à leur tour y participer et se fondre dans la France de demain, une France réconciliée autour de ses valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité.

21:00 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags: figaro, identité |