Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 janvier 2012

Le courage ? Oui, mais pour faire quoi, au juste ?

Il est beaucoup question de courage ces derniers temps. Vous vous souvenez de ce que ce mot évoque pour moi, à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’hommes et de femmes politiques. Accomplir leur simple mission ne peut en aucun cas être qualifié de courage ! De vous à moi, s’il s’agit d’augmenter des impôts et autres taxes ou d’aller prélever dans la poche de certains pour redistribuer à d’autres – sans autre forme de procès –, en quoi cela dénote-t-il du courage ? Le courage politique, à mes yeux, c’est celui dont ont fait preuve des de Gaulle ou Churchill qui ont osé se mettre en travers d’une histoire qui semblait écrite d’avance.

J’observe avec incrédulité les discussions à n’en plus finir sur la dette et le renflouement de la sécurité sociale, sans qu’aucune réflexion de fond ne soit menée sur l’origine des dépenses, le retour sur investissement, et encore moins sur le fameux « tonneau des Danaïdes » que j’évoque longuement dans mon dernier ouvrage, et qui pose la question du projet politique collectif. Se sont-ils donné le mot ?

Dans un autre registre, je suis indignée par la chasse aux Français de souche qui est menée au travers d’approches comme celle que décrit cet article du Figaro : « À l’inverse, les enfants de cadres et de professions libérales sont surreprésentés dans toutes les filières, surtout en classes préparatoires (50,9 %). » Qu’ils aient donc le courage de dire aux Français de souche européenne qu’ils sont proportionnellement trop nombreux à leur goût, et qu’ils souhaitent limiter leur présence dans certaines formations et entreprises ! Ça serait du courage pour le coup que de l’assumer clairement !

Autre extrait du même article : « Salima Saa se dit, quant à elle, favorable à une pondération entre les épreuves écrites et orales : “Les épreuves orales défavorisent certains jeunes car les jurys ont inconsciemment tendance à choisir des gens qui leur ressemblent.” » Pas de chance, des études ont été menées qui ont prouvé le contraire, à savoir qu’à l’oral les étudiants du Sud réussissent mieux qu’à l’écrit, car les examinateurs ont tendance à être plus « cléments » envers eux, intégrant toutes les difficultés que ces étudiants ont vraisemblablement dû affronter dans leurs parcours (famille nombreuse, absence de calme et de respect des exigences du travail scolaire, parents ne disposant pas d’un niveau de formation suffisant pour aider leurs enfants…)

Nos « élites » font semblant d’ignorer que l’école ne sert pas seulement à délivrer des bouts de papier – diplômes –, mais qu’elle a aussi pour mission, outre celle de préparer des citoyens avertis, de former ceux qui créeront les richesses de demain sans lesquelles nous serions, tôt ou tard, condamnés à perdre la maîtrise de notre destin.

Vous souhaitez un autre exemple de la mise de côté des Français de souche et du châtiment du tonneau des Danaïdes infligé à notre pays ? Prenons le logement social. Voici ce que déclarait Benoist Apparu (secrétaire d’État au logement) le 10 janvier dernier sur France Info, dans l’émission Tous en campagne : « Nous aurons construit cette année 120 000 logements sociaux, l’année dernière 130 000. Pendant tout ce quinquennat nous aurons fait 600 000 logements sociaux, record toutes catégories depuis 30 ans. À l’époque de Lionel Jospin Premier ministre, on faisait 38 000 logements sociaux par an (…) Il faut construire plus de logements sociaux en France et il faut les construire surtout, et c’est ça l’essentiel, là où c’est nécessaire. Aujourd’hui, on fait deux fois plus de logements en Auvergne qu’en Île-de-France. Eh bien, il faut inverser la tendance. C’est en Île-de-France qu’on a besoin de construire des logements (…) » Chacun sait bien quelle est la démographie de l’Auvergne, et quelle est celle de l’Île-de-France. Voici un passage de mon dernier ouvrage où j’évoquais également la question de la pauvreté en Auvergne : « Ce ne sont pas les territoires peuplés par les populations de l’immigration extra-européenne qui sont aujourd’hui les plus démunis dans notre pays. Parmi les territoires les plus pauvres, les départements ruraux de la Creuse, de l’Aude et du Cantal (…)[1] » L’intérêt sélectif de notre classe politique est insupportable et inacceptable !

Nous avons besoin de grands hommes qui savent s’entourer, et certainement pas de techniciens qui ne nous tracent aucune perspective vers des lendemains qui garantissent la préservation de l’unité de la France. D’où venons-nous, où en sommes-nous et où voulons-nous aller ? Où est en effet le projet politique en tant que peuple ? Comment faire pour que la campagne présidentielle et celle des législatives abordent les vrais sujets, à savoir ceux dont dépend l’avenir du peuple français ?

_____

PS : je connais Salima Saa, car nous avons siégé ensemble au Haut Conseil à l’Intégration. Je peux vous dire que sur les sujets qui nous concernent ici, nous n’étions pas sur la même longueur d’onde et ne combattions pas dans le même camp…

____________________________

[1] Voir Laurent Auzet, Magali Février, Aude Lapinte, « Niveaux de vie et pauvreté en France », Insee Première n°1162, octobre 2007. ↩

10:17 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags: politique, discrimination positive, wauquiez, éducation |

04 mai 2011

Les Français apatrides sur leur propre terre, celle de leurs ancêtres

L’inquisition a frappé, par la voix de Mediapart. La ministre Chantal Jouanno a donc fait rouler la tête du directeur technique, qui n’aura même pas eu droit à un procès, fût-il stalinien. Laurent Blanc, lui, verra peut-être sa tête sauvée car, dixit Chantal Jouanno : « Pour le connaître, il prône plutôt le métissage ». Il faudra que le soviet suprême nous dise un jour ce que « métissage » signifie exactement.

Il est aujourd’hui important de se remémorer le comportement inqualifiable de certains joueurs de l’équipe de France de football lors de la dernière coupe du monde. Les langues s’étaient alors déliées pour porter à la connaissance du grand public l’absence totale de cohésion, le regroupement selon l’ethnie d’origine, la dictature exercée par certains joueurs pour lesquels on était allé jusqu’à imposer un certain nombre de contraintes à l’ensemble de l’équipe, y compris d’ordre alimentaire et sanitaire (douches séparées). Se souvient-on encore du préjudice énorme que cette « équipe » avait alors fait subir à la France en salissant son image devant les téléspectateurs du monde entier ?

Au micro de RTL, Christophe Dugarry révèle que le soir de 1998 où la France vient d’être sacrée championne du monde, alors que les joueurs prennent des photos dans les vestiaires, Lilian Thuram lance un : « allez les blacks, venez on va faire une photo tous ensemble ! » Imaginez que c’eût été un joueur blanc qui ait lancé « allez les blancs, venez on va faire une photo tous ensemble ! »… Alors, c’était donc ça, la France black-blanc-beur de Jacques Chirac ?

Un problème notable existe aussi du fait du comportement de joueurs dotés d’une double nationalité. Le Monde : « Lors de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, neuf footballeurs français ont joué la compétition avec une autre équipe que les Bleus, alors qu’ils avaient porté le maillot de l’équipe de France en sélection de jeunes. Ces “binationaux” sont nés et ont grandi dans l’Hexagone, mais ont choisi de jouer pour le pays d’origine de leurs parents. »

La gauche comme la droite pratiquent depuis fort longtemps la discrimination positive au profit des personnes d’origine étrangère. J’en avais longuement parlé dans Le puzzle de l’intégration. Le critère ethnique est même mentionné en toutes lettres dans la Charte de la diversité instituée en octobre 2004 par Jean-Pierre Raffarin, alors Premier ministre.[1] Engagement n°3 de la Charte de la diversité : “Nous [les entreprises signataires] nous engageons à chercher à refléter la diversité de la société française et notamment sa diversité culturelle et ETHNIQUE dans notre effectif, aux différents niveaux de qualification.”

La Charte de la diversité incite, dans les faits, les entreprises à favoriser le recrutement de ceux qui ne sont pas d’origine européenne. Cela se transforme en discrimination négative vis-à-vis des Français de souche européenne.

Voici un extrait d’Immigration-intégration : le langage de vérité.

« Sur le terrain, la pratique de la discrimination positive se transforme, de manière très concrète, en discrimination négative envers les Français de souche européenne : “L’Oréal fait de la discrimination positive et l’assume […], déclare le directeur général du groupe Jean-Paul Agon. Aujourd’hui, lorsque nous rencontrons un candidat qui a un prénom d’origine étrangère, il a plus de chances d’être recruté que celui qui porte un prénom français de souche.[2]” Ces propos discriminatoires à l’égard des Français de souche ont été tenus par le dirigeant d’un groupe qui emploie 12 000 personnes en France. Autre illustration : “À compétences égales, eh bien désolée, on choisira la femme ou on choisira la personne venant d’autre chose que le mâle blanc pour être clair.[3]” Ces propos discriminatoires à l’égard des hommes blancs ont été tenus par Anne Lauvergeon, patronne d’un groupe français qui emploie 50 000 personnes. Imaginons que de tels propos aient été tenus à l’encontre d’autres couleurs que la couleur blanche ; toutes les associations de France et de Navarre auraient rué dans les brancards. Là, il ne s’est rien passé. Comment expliquer, par ailleurs, que de tels propos et attitudes n’aient pas été sanctionnés par la loi ? Parce que le racisme est devenu, comme je l’ai précédemment évoqué, un concept à géométrie variable, qui ignore superbement les comportements qui frappent les Français de souche européenne. Le 14 mai 2009, le ministre de l’Immigration félicitait le groupe L’Oréal pour sa politique de recrutement et le gratifiait du “label diversité” [4]
[…]
Par exemple, le racisme dirigé contre les Français de souche européenne ne semble guère les émouvoir. Leur indignation est sélective. Eux qui font feu de tout bois, se gardent bien de s’interroger sur cette tendance aujourd’hui à l’œuvre sur le sol français : “Entre le 1er janvier et le 30 septembre 2010, 485 cimetières et lieux de culte ont été dégradés : 410 l’ont été au préjudice de sites chrétiens, dont 179 cimetières et 231 lieux de culte.[5]” Autrement dit, 85 % des dégradations de lieux de culte ont visé en 2010 des sites chrétiens ! Les Français ont-ils le sentiment que cette information a été relayée par les médias, ou que leurs représentants politiques ont témoigné la moindre compassion, à défaut d’indignation ? Le comportement de ces censeurs porte de surcroît atteinte au vrai combat contre le racisme, car, mettait en garde Claude Lévi-Strauss, “en banalisant la notion de racisme, en l’appliquant à tort et à travers, on la vide de son contenu, et on risque d’aboutir au résultat inverse de celui qu’on recherche.[6]
 »

Si vous y réfléchissez bien, nous ne sommes plus du tout en France dans une politique de méritocratie républicaine, mais dans une politique clairement fondée sur un critère de préférence extra-nationale. Et comme l’avait très bien relevé notre ami Jugurta, les Français d’origine extra-européenne qui ont réussi leur intégration et se sont assimilés subissent le même sort que les Français de souche européenne.

Voici ce que déclarait Nicolas Sarkozy le 26 octobre 2005, en tant que Ministre de l’Intérieur, dans une conférence-débat sur le thème Un défi républicain : la discrimination positive à la française, le ministère de l’Intérieur s’engage : « La première fois, Ministre de l’Intérieur, où j’ai réuni les préfets, j’ai demandé à mes collaborateurs : “Y-a-t-il quelque chose qui vous choque ?” Ils m’ont répondu : “Rien du tout. Tout est normal.” Ben moi y’a quelque chose qui me choquait. Parmi les préfets, il n’y avait que des Christophe. Enfin, des Pierre, des Louis, des Jean et c’est amusant, et parmi les préfets ils étaient tous de la même couleur. Je vous laisse la deviner. »

Encore un extrait d’Immigration-intégration : le langage de vérité : « Les Français se sentent aujourd’hui apatrides sur leur propre terre, celle de leurs ancêtres. Pour qu’ils reprennent confiance en eux et en l’avenir de la France, il est urgent qu’ils se réapproprient le droit élémentaire qui leur a été confisqué – celui d’exprimer et d’assumer ce que “Français” signifie dans leur tête, leur cœur, leur âme et surtout leur inconscient collectif ».

____________________________

[1] La Charte de la diversité en entreprise a été instituée en octobre 2004 (Jean-Pierre Raffarin). Elle comprend actuellement 3076 entreprises signataires, dont la liste peut être consultée ici

[2] Jean-Paul Agon, « L’Oréal fait de la discrimination positive et l’assume », propos recueillis par Nathalie Brafman et Stéphane Lauer, Le Monde, 13 juillet 2007.

[3] Propos tenus par Anne Lauvergeon lors du Women’s Forum à Deauville, Journal de France 2, 16 octobre 2009.

[4] La création de ce label « diversité » a été annoncée par le Président de la République dans son discours à l’École polytechnique sur l’égalité des chances. Ce label a été créé par décret le 17 décembre 2008.

[5] Lettre adressée par Brice Hortefeux, Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités territoriales à Thomas Hammarberg, commissaire aux Droits de l’homme au Conseil de l’Europe, rendue publique le 2 novembre 2010.

[6] Claude Lévi-Strauss, Didier Éribon, De près et de loin, Odile Jacob, 1988.

23:25 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (70) | Tags: discrimination positive, diversité, racisme, raffarin, sarkozy, jouanno, dugarry, thuram |

07 janvier 2010

Soutien total à la Conférence des Grandes Écoles

On l’aura bien compris, la tentative actuelle d’introduction du critère « boursier » pour l’accès aux grandes écoles vise en réalité les enfants de l’immigration. Le critère « boursier » n’est en effet qu’un subterfuge pour masquer le recours à l’ethnie ou la race. Souvenons-nous que la Commission Veil avait refusé d’inscrire la « diversité » dans le Préambule de la Constitution…

J’ai déjà eu l’occasion d’aborder la question des examens et des concours dans Le puzzle de l’intégration ainsi que sur ce blog. Je ne reviendrai donc pas ici sur les tenants et les aboutissants des passe-droits : la suspicion qui s’abat sur les bénéficiaires de mesures dérogatoires ; l’indispensable légitimité qui aide à la construction d’un sentiment de confiance en soi ; les ressentiments que peuvent éprouver ceux qui ont été écartés, bien que disposant d’un meilleur niveau, au profit d’une personne moins douée ; l’illégalité de la discrimination positive ; l’abandon des classes moyennes ; la rigueur nécessaire dans la formation des ingénieurs appelés à construire des avions, des trains...

Le système des grandes écoles est l’un des rares pans de notre système éducatif qui fonctionne encore, et il faudrait que nos élites le torpillent aussi ? Je rappelle que les copies des concours sont anonymes. Pourquoi imposer un critère qui n’a strictement aucun rapport avec les savoirs ? Au lieu de vouloir abaisser les exigences, nous devons, bien au contraire, les maintenir et sensibiliser les étudiants au fait qu’ils doivent être encore plus investis dans leurs apprentissages que ne l’étaient leurs aînés, car pèse à présent fortement sur eux l’avenir de notre économie, donc de notre modèle social du fait de la mondialisation. Nous devons exiger le meilleur pour la France. Je suis sidérée par la mauvaise foi et l’inconséquence de ceux qui veulent absolument abonder dans le sens du nivellement par le bas de notre système éducatif. J’apporte mon total soutien à la Conférence des Grandes Écoles !

Notre pays n’a aucune chance de s’en sortir dans la mondialisation, s’il n’ancre pas notre société dans l’innovation. Avoir en permanence un train d’avance dans la conception des nouveaux produits devient vital pour la France et pour l’Europe. C’est la seule voie qui nous permettra de créer de nouveaux emplois ainsi que de la richesse. Pour cela, nous devons veiller à ce que la démocratisation de l’enseignement soit réelle, et non factice. Les grandes écoles ont pour mission de former des têtes aussi bien faites que possible, et non de pallier les déficiences de l’État qui aura été incapable d’aider les enfants des familles défavorisées quand il était encore temps, à savoir dans les premières années de leur cursus scolaire.

Bien sûr, nous ne pouvons le nier, il existe un différentiel énorme entre les élèves qui ont eu la chance de naître dans une famille où les parents sont conscients de leurs responsabilités et les assument, et ceux qui ont vu le jour dans une famille où les enfants sont livrés à eux-mêmes et doivent pousser, seuls, tels des champignons dans la forêt. Pour réduire ce différentiel, c’est très tôt que l’État doit intervenir pour pallier les négligences et déficiences des parents, et non à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Environ 190 000 jeunes sortent chaque année de notre système éducatif sans aucun diplôme, et l’urgence serait de faire entrer 30% de boursiers dans les grandes écoles ? C’est cela qui empêcherait le paquebot France de continuer de sombrer ?

Depuis des années, une grande partie de l’énergie de notre pays est accaparée par les questions qui tournent de près ou de loin autour de l’échec de l’intégration des dernières vagues d’immigration : école, emplois des jeunes, sécurité, aides sociales... Pas un jour ne passe sans que les médias n’évoquent ce sujet, directement ou indirectement. Combien de milliards ont-ils déjà été dépensés, et pour quels résultats ? Les Français ont le droit de savoir.

Comment faire accepter à l’opinion publique des flux migratoires au nom desquels une grande partie de notre classe politique s’évertue, depuis des années, à vouloir tirer la France vers le bas ? L’immigration, une réelle chance pour la France ?

Si les flux migratoires avaient entraîné notre classe politique à proposer, pour faciliter leur intégration, des solutions qui tirent la France vers le haut, la situation serait profondément différente, et dans le bon sens. Nos politiques seraient bien avisés de réfléchir avant d’émettre des propositions qui ne font que dégrader l’image de l’immigration extra-européenne ; car jamais les flux d’immigration intra-européens n’avaient conduit l’État à imposer à la France des mesures de régression dont chaque jour apporte son lot : aujourd’hui la volonté de faire disparaître l’excellence dans notre système éducatif, hier la dégradation des conditions de transmission des savoirs dans certains territoires de la République, l’abdication sur le respect des principes républicains... Jusqu’où iront-ils ?

10:17 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (37) | Tags: grandes écoles, discrimination positive, méritocratie |

05 octobre 2009

Illustration...

En guise d'illustration de mon précédent billet, voici une prochaine conférence à laquelle participeront ministres et hauts représentants de l'UMP.

Lors de ces conférences, il n'est question que du sort des « élites » (représentation des personnes issues de l'immigration à l'Assemblée nationale, dans les hautes fonctions de l'entreprise…) Dans les faits, ces personnes ne travaillent pas pour aider les enfants issus de l'immigration à réussir, mais bien pour se trouver elles-mêmes des affectations haut placées… Nous devons faire prendre conscience que le sort des élites importe peu, et que c'est véritablement celui de la masse qui pose problème !

Notez bien la ruse : les tenants de la diversité recourent désormais à des opérations jumelées ; ici, ce sera avec la question de la parité hommes-femmes.

 


Par Les Marianne de la diversité :

Fadila MEHAL, Présidente-Fondatrice des Marianne de la diversité, et Soumia MALINBAUM, présidente de l’AFMD (Association Française des Managers de la Diversité) vous convient au colloque :

“La parité et la diversité dans l’entreprise : une égalité (encore) sous condition”

Animation de Nadia BEY, journaliste à Radio Orient

Vous trouverez ci-dessous le programme prévisionnel de cet événement qui se tiendra le lundi 12 octobre 2009 à 13h30 à l’Assemblée Nationale, salle Colbert, 126, rue de l’université Paris 75007 (métro : Invalides)

Quelles avancées pour les femmes dans l’entreprise, quels progrès a-t-on enregistrés depuis 5 ans, en matière de promotion et de représentation dans les COMEX, dans les conseils d’administration des grandes entreprises et les médias ?

A partir du rapport de Brigitte Grésy, inspectrice des affaires sociales, remis en juillet à Xavier Darcos, ministre du travail, pour préparer la négociations avec les syndicats, les Marianne de la diversité, en partenariat avec l’AFMD, organisent un colloque pour faire le point sur cette question.

Femmes chefs d’entreprises, syndicalistes, institutionnels, ils seront tous présents ce 12 octobre à 13h30 à la salle Colbert de l’ Assemblée Nationale.



10:16 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags: diversité, copé, darcos, morano |