Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mai 2011

Entretien dans le Figaro Magazine

Dans le Figaro Magazine de cette semaine, supplément du week-end du Figaro (page de couverture avec B. Obama : « La revanche de l’Amérique »), vous pourrez lire mon entretien avec Patrice de Méritens. C’est un bel entretien de 5 pages qui s’intitule « Tout immigré doit puiser en lui la force de s’insérer dans la société française ».

Il ne me semble pas que l’entretien soit disponible en ligne, ni qu’il le sera. Aussi, je vous recommande vivement l’achat du Figaro de ce jour, avec lequel est diffusé le Figaro Magazine (ainsi que le Figaro Madame).

Je remercie bien vivement Patrice de Méritens ainsi que l’ensemble de l’équipe de rédaction du Figaro, qui m’offre ainsi l’heureuse possibilité de parler directement à nos concitoyens.

Suite à mon entretien dans Valeurs actuelles, j’ai reçu une avalanche de courriels. Cela a également été le cas pour Valeurs actuelles, qui a tenu à me le signaler et en a publié quelques-uns dans le numéro du jeudi 5 mai, sous le titre « Malika Sorel plébiscitée ».

Suite à cet entretien, un grand nombre des courriels que j'ai reçus émanaient d’enseignants et de militaires. Ce sont des messages de remerciement qui m’ont tous beaucoup émue. L’école et l’armée, deux des principaux piliers de notre nation…

Par cruel manque de temps, je ne suis pas en mesure de répondre à chacun de vos messages. Aussi, je souhaiterais saisir l’occasion de ce billet pour vous remercier tous. Votre soutien m’est très précieux. Je voudrais simplement vous dire que pour moi, la France est ma mère, car c’est elle qui m’a fait naître à la vie, la vraie, à savoir la vie d’individu libre (croyez-moi, il n’y a rien qui soit plus important que la liberté d’être) ; que le peuple français est mon unique famille, car c’est celle pour laquelle mon cœur bat à chaque instant. Aujourd’hui encore, je continue d’être quotidiennement émue par la gentillesse des Français, par leur humanisme profond. Jamais je n’accepterai l’effroyable injustice dont les Français sont victimes, ni les mensonges par lesquels on tente de les déposséder du choix de leur destin.

Ajout du 9 mai : le Figaro vient de publier mon entretien sur la Toile. Vous pouvez donc participer à le diffuser autour de vous. Un grand merci à chacun d’entre vous !

09:26 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags: figaro, patrice de méritens |

01 mai 2011

Le bloc-notes d’Ivan Rioufol et RTL

Dans son bloc-notes publié dans le Figaro du vendredi 29 avril, le journaliste Ivan Rioufol a parlé de mon dernier ouvrage. J’ai beaucoup aimé son article, que vous pouvez également lire en ligne. Extrait : « Son livre fait d’ailleurs prendre conscience de l’énormité des désinformations mises au service de la vaine méthode Coué, pauvre artifice qui voudrait faire croire qu’il suffit d’obtenir la nationalité pour devenir français, tout en se réclamant de ses différences. »

Au micro de RTL le 28 avril dernier, il avait également salué mon engagement au service de notre pays, et recommandé la lecture de mon « Langage de vérité ».

22:56 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags: rioufol, figaro, rtl |

18 mars 2010

Identité nationale : levons les tabous !

Merci au Figaro, qui m’a autorisée à reproduire mon article publié dans ses colonnes en date du 13/03/2010, dans sa rubrique « Débats et Opinions ».

Identité nationale : levons les tabous !

La France s’est construite en intégrant l’apport de ses migrants et de leurs descendants. Ces derniers ont contribué à faire vivre les principes fondamentaux du peuple français. Aujourd’hui, défiant tout bon sens, on voudrait persuader les Français que nul lien n’existerait entre identité française et immigration, alors même que le niveau des flux migratoires est sans précédent ? Qu’est-ce qui pousse alors notre classe politique à vouloir contourner nos principes fondamentaux si ce n’est la conviction, fausse au demeurant, que l’intégration des flux migratoires extra-européens ne pourra réussir sans le renoncement à des marqueurs essentiels de l’identité française ?

L’identité possède une vérité charnelle qui se décline au quotidien en une myriade d’attitudes, et surtout en un regard porté sur les autres et sur le monde. Les principes qu’un peuple érige en fondamentaux sculptent son identité. Ce sont eux qui lui confèrent sa singularité et en font le peuple qu’il est, et pas un autre. Ce sont autant de marqueurs que les parents transmettent à leurs enfants, au travers de la vie familiale, le plus souvent de manière tout à fait inconsciente. Ces marqueurs entrent systématiquement en jeu dans l’élaboration du projet collectif, celui qui dessine le modèle de société. Ils interviennent également lorsqu’il s’agit ensuite d’appliquer et de respecter ce projet. Aussi est-il légitime que les Français s’interrogent sur le contenu de leur identité, à un moment où chacun de ses éléments constitutifs est remis en cause. Quels principes et quelles valeurs pour bâtir le socle de notre société de demain ? Cette question n’est pas secondaire ; elle est majeure.

Est-il rationnel d’espérer faciliter l’intégration de descendants d’immigrés en envoyant dans le même temps, à l’opinion publique, une multitude de signes qui suggèrent que cette immigration, même à la troisième ou quatrième génération, ne serait pas intégrable à la communauté nationale ? C’est pour elle que l’ensemble de l’échiquier politique tente en effet, depuis de nombreuses années, de retourner la maison France de la cave au grenier : affaiblissement continu des programmes et des exigences scolaires ; tentatives d’élimination de l’excellence dans notre système éducatif ; assauts répétés contre le principe d’Égalité ; suppression des épreuves de culture générale dans les concours administratifs ; abandon des classes moyennes au profit quasi-exclusif des classes défavorisées…

C’est dans la difficulté d’articulation entre l’univers familial et celui de l’école que prennent racine la plupart des obstacles que rencontrent les enfants de l’immigration. Au lieu de s’employer à dégrader le contenu des savoirs et le niveau d’exigence en compétences comportementales, les pouvoirs publics serviraient l’intérêt général en aidant ces enfants à acquérir les éléments de culture française qui leur permettront de surmonter ces obstacles. En effet, lorsque ces derniers deviennent infranchissables, ils placent systématiquement l’enfant dans l’incapacité d’assumer son rôle d’élève, et le poussent même parfois à empêcher ceux qui l’entourent d’assumer le leur. C’est en maternelle-CP-CE1 que les moyens doivent être intensifiés, car c’est là que l’effet de levier est le plus important. Les graines de l’ouverture à d’autres possibles doivent être semées au plus tôt afin d’en maximiser les chances de germination. La transmission culturelle remplit deux missions : elle permet aux enfants d’intérioriser les principes de notre société en vue de réussir leur insertion, et elle leur permet également de se construire, jour après jour, des points d’accroche affectifs avec la France. C’est ce lien affectif qui les aidera à surmonter les douloureuses tensions identitaires dont ils seront inévitablement le siège, s’ils décident un jour de s’intégrer à la communauté française. Se préoccuper du sort de ces enfants à l’entrée au collège est voué à l’échec, car la grande majorité ne sera déjà plus réceptive au pacte proposé. Il faut être bien ignorant de la réalité de leur détresse, ou bien vouloir en tirer un profit personnel, pour véhiculer l’idée que la fabrication d’une élite originaire du Maghreb ou d’Afrique pourrait faire pousser à ces enfants les ailes de la réussite.

Mais qu’attend au juste notre société des migrants et de leurs descendants ? Qu’ils s’insèrent dans notre société en respectant les règles de vie et d’organisation, ou bien qu’ils s’intègrent à la communauté nationale en participant à faire valoir l’héritage que les Français ont reçu indivis ? Si la première option est décrétable, la seconde, qui se joue entièrement sur le registre affectif et moral, ne l’est pas et ne pourra jamais l’être. La France devrait le savoir, elle qui s’est longtemps hasardée à vouloir apporter la preuve du contraire en Algérie, avec les drames que l’on sait. Mais une chose est certaine : ce n’est ni en prônant le culte de la différence, ni en encourageant les individus à se rattacher à des communautés particulières, ni en présentant le peuple français comme un peuple qui rejette et discrimine, que l’on cultivera la volonté d’insertion, et encore moins le désir d’intégration. Notre société récolte désormais les fruits de la haine que ces approches ont semée dans le cœur des enfants de l’immigration.

Un certain nombre de conditions doivent être respectées pour qu’un ensemble d’individus puissent continuer de former un peuple capable de construire et porter un projet politique commun. Ernest Renan les avait recensées ; parmi elles : la fusion des populations ; le désir de vivre ensemble ; la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis ; le partage d’un long passé d’efforts, de sacrifices et de dévouements ; le culte des ancêtres…, résumées en une phrase restée célèbre : « l’existence d’une nation est un plébiscite de tous les jours ». Ce plébiscite, les enfants de l’immigration peuvent à leur tour y participer et se fondre dans la France de demain, une France réconciliée autour de ses valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité.

21:00 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags: figaro, identité |

13 mars 2010

Article dans le Figaro

Dans le Figaro d’aujourd’hui daté de samedi 13 mars - dimanche 14 mars, vous trouverez ma tribune sur l’intégration : « Un jour viendra, tôt ou tard, j’en ai la ferme espérance, où la France verra de nouveau s’épanouir, sur son vieux sol béni déjà de tant de moissons, la liberté de pensée et de jugement. » Marc Bloch

Chaque petite pierre blanche peut participer à l’édifice de notre maison commune…

08:43 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags: figaro, intégration |

03 février 2010

Tout va très bien, Madame la Marquise !

La France va bien. Elle va même très bien ! Ses perspectives de croissance, liées à son entrée dans la société de la connaissance, sont époustouflantes. La démocratisation de l’enseignement s’est en effet révélée réelle, et non factice. La confiance entre les politiques et les citoyens a été pleinement restaurée car les Français ont pu voir, dans leur vie quotidienne, la traduction concrète de la compétence et de l’esprit visionnaire de leur classe dirigeante. Le niveau de confiance est tel que les Français se sont remis à faire des enfants, y compris les femmes diplômées de l’enseignement supérieur (une sur cinq n’enfantait pas).

La France va si bien que ses ministres se sont retrouvés en situation de se « rouler les pouces ». Il était donc naturel de veiller à leur trouver d’urgence de nouvelles occupations, afin que leur science infuse soit pleinement mise au service des Français. C’est pour cette raison qu’une majorité d’entre eux se sont engagés dans les élections régionales. Il eût été véritablement criminel de priver nos régions de leurs compétences, alors qu’ils possèdent de surcroît la capacité de se démultiplier.

Dans la catégorie « surdoués du service de l’intérêt général », nous retrouvons :

Benoist Apparu, secrétaire d’État au Logement, adjoint au maire de Châlons-en-Champagne, vice-président d’agglomération de Châlons-en-Champagne ;

Nora Berra, secrétaire d’État aux Aînés, conseillère municipale de Lyon ;

Dominique Bussereau, secrétaire d’État aux Transports, président du Conseil général de Charente-Maritime ;

Luc Chatel, ministre de l’Éducation nationale, maire de Chaumont, porte-parole du gouvernement ;

Xavier Darcos, ministre du Travail ;

Hubert Falco, secrétaire d’État à la Défense et aux anciens combattants, maire de Toulon, président de la communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée ;

Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur ;

Chantal Jouanno, secrétaire d’État à l’Écologie ;

Alain Joyandet, secrétaire d’État à la Coopération, maire de Vesoul ;

Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État à l’Économie numérique, maire de Longjumeau ;

Valérie Létard, secrétaire d’État en charge des Technologies vertes et des négociations sur le climat, présidente de la communauté d’agglomération de Valenciennes Métropole, première adjointe au maire de Valenciennes ;

Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture, conseiller municipal d’Évreux ;

Alain Marleix, secrétaire d’État aux Collectivités ;

Nadine Morano, secrétaire d’État à la Famille ;

Hervé Morin, ministre de la Défense, maire d’Épaignes, président de la communauté de communes du canton de Cormeilles ;

Hervé Novelli, secrétaire d’État au Commerce, maire de Richelieu en 2008, conseiller régional d’Indre-et-Loire ;

Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur ;

Marie-Luce Penchard, ministre chargée de l’Outre-mer ;

Henri de Raincourt, ministre chargé des Relations avec le Parlement ;

Rama Yade, secrétaire d’État aux Sports, conseillère municipale de Colombes.

Cette liste des responsabilités qu’ils sont censés assumer est probablement incomplète.

La situation n’est pas nouvelle puisque, comme le rappelle le Figaro, la moitié des membres du gouvernement étaient déjà activement engagés dans les élections régionales de 2004.

D’aucuns pourraient penser que ce grave problème du cumul des fonctions, véritable cancer qui ronge notre démocratie, ne concerne en rien la réflexion que je mène autour du problème de l’intégration, et pourtant ! Je vérifie en effet, chaque jour davantage, la justesse de ce que j’avais écrit à ce sujet dans Le puzzle de l’intégration :

« L’accumulation de fonctions et d’honneurs ne laisse plus à nos élus le temps de réfléchir à ce pourquoi nous les avons élus. C’est la raison pour laquelle ils vont chercher dans d’autres pays des recettes ou du “prêt à poser”, souvent sans même se demander si elles sont compatibles avec l’héritage culturel et social des Français. Rares sont les citoyens qui croient qu’il puisse être possible, vu la complexité des sujets à traiter, à une seule et même personne d’assumer de manière satisfaisante plusieurs responsabilités simultanément. De plus, une trop grande concentration des pouvoirs entre les mains de trop peu de gens les rend superpuissants, de cette superpuissance qui fait peur, lie les langues et fait grossir les rangs des courtisans.

La solution ? Répartir ce pouvoir entre davantage de mains, et surtout limiter son exercice dans le temps ; car on agit avec une plus grande liberté d’esprit et d’action si l’on sait que l’homme ou la femme politique qui est en face s’y trouve pour une durée déterminée, et non pas indéfinie. On ne peut agir librement lorsque l’on se sait condamné à rencontrer les mêmes personnalités dans toutes les structures du pouvoir. Il faut donc limiter le nombre des mandats, ainsi que celui des fonctions et même des mandats honorifiques. Ces emplois sont loin d’être anodins. Ils verrouillent en réalité toute possibilité d’évolution sociale pour un plus grand nombre. C’est vrai dans le monde politique, ça l’est également dans le monde de l’entreprise où on observe la même concentration des pouvoirs.

Chacun sait qu’une eau qui n’est pas animée d’un courant finit par stagner. Ce courant, il faut le créer en libérant des postes, permettant ainsi d’accueillir autant de nouvelles intelligences venues d’horizons professionnels diversifiés. C’est l’émergence de ces nouvelles catégories de personnalités qui apportera le sang neuf nécessaire à toute classe politique.

Je n’insinue nullement qu’il faille remplacer l’ensemble de notre classe politique ; cela nous causerait de graves perturbations. C’est l’erreur que les entreprises ont commise en laissant partir ceux qui y détenaient la maturité et l’expérience, qualités indispensables à toute équipe qui souhaite réussir. Je dis simplement qu’apporter de manière naturelle et continue de nouvelles forces à une équipe, la rend plus efficace. Nous devons, dans le même temps, faire preuve de la plus grande exigence quant à la qualité de ceux qui seront appelés à décider de la voie à emprunter pour relever les défis qui se posent à nous. Dans un monde qui devient chaque jour plus complexe, il ne suffit plus de savoir s’entourer de quelques spécialistes ; il faut être soi-même sage et compétent. »

N’avons-nous pas, nous citoyens, une part de responsabilité dans la Bérézina de la France ? Les Français ne sont-ils pas victimes du syndrôme du « vu à la télé », qui les pousse à voter surtout pour des têtes qu’ils ont justement vues à la télé ? Ne sont-ils pas intéressés à élire des personnalités qui ont leurs entrées dans les hauts lieux du pouvoir, afin de privilégier l’avancement de dossiers locaux ? C’est ainsi que depuis de très nombreuses années, la défense des intérêts locaux a pris le pas sur la défense de l’intérêt national.

20:08 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags: cumul, régionales, figaro |

11 juin 2007

Nous gagnerions à cesser d’invoquer la religion !

Lorsque j’ai pris la décision d’ouvrir ce blog, ma motivation première était fondée sur l’intuition que j’aurais probablement besoin d’un espace pour préciser un certain nombre de points au sujet de mon livre, notamment après l’interprétation des uns ou des autres (médias ou monde politique), ou pour répondre à des interrogations que mes écrits auraient pu soulever. Il est naturel que notre pensée ne soit pas toujours interprétée comme nous l’aurions souhaité. C’est une situation que chacun de nous peut connaître dans sa vie privée ou professionnelle.

Dans son bloc-notes du Figaro du 8 juin dernier, le journaliste Ivan Rioufol cite certains passages de mon livre, qu’il invite à lire ; je l’en ai remercié. Son bloc-notes était consacré aux difficultés très préoccupantes que rencontre depuis plusieurs années le département de la Seine-Saint-Denis. J’ai écrit à Ivan Rioufol pour lui soumettre un certain nombre de réflexions, auquel il a été attentif et ouvert.

Je souhaite donc préciser que l’extrapolation d’Ivan Rioufol, qui évoque le « refus de s’insérer d’une partie de la communauté musulmane », lui appartient intégralement. Le mot « Musulman » n’apparaît nulle part dans mon livre, et je n’y évoque d’ailleurs aucune religion. Comme les dernières vagues d’immigration proviennent très largement de pays à populations musulmanes, j’imagine bien ce qui a conduit Ivan Rioufol à sa conclusion. Cela étant, il suffit d’observer ce qui se passe dans d’autres communautés actuellement présentes sur le territoire français, pour constater que l’intégration de leurs membres rencontre également de sérieuses difficultés. La seule différence, mais elle est de taille et il est nécessaire d’en convenir, est que cette difficulté d’intégration est moins visible, et surtout qu’elle ne se traduit pas en vagues de violence dans l’espace public.

Je ne partage pas l’approche qui consiste à considérer autrui au travers du prisme de la sensibilité religieuse. De même qu’on ne saurait amalgamer tous nos concitoyens qui ont grandi dans un environnement influencé par le catholicisme, évitons de le faire pour ceux qui ont grandi dans un environnement influencé par l’Islam. Le critère religieux ne fait que perturber la possibilité de nous concentrer sur les solutions à mettre en œuvre. Il est illusoire d’espérer que le processus d’intégration s’accomplira en adoptant une attitude qui consiste à vouloir systématiquement emprisonner tous les prétendants à l’intégration sous une même étiquette ; a fortiori si cette étiquette a été ternie. Nul ne songerait à évoquer « les Catholiques » dans leur ensemble lorsqu’un quelconque problème est le fait de Français de souche ; on ne se pose au demeurant jamais la question de savoir si les personnes incriminées sont de sensibilité catholique, protestante, ou juive. Alors, pourquoi le fait-on pour ceux qui sont de sensibilité musulmane ? (ou supposés l’être ; là aussi, les raccourcis sont systématiques). Il est intéressant de réaliser qu’alors qu’il leur est sans cesse reproché de se replier sur eux-mêmes, on adopte dans le même temps envers « les Musulmans » des attitudes qui, en les stigmatisant, provoquent dans les faits leur repli sur leur communauté d’origine.

Comme je le développe très longuement dans mon livre, les solutions sont à rechercher dans de multiples directions. Pour en extraire simplement quelques-unes, j’évoquerai le rôle central que doit pouvoir à nouveau jouer l’école républicaine auprès des enfants issus de l’immigration récente. Il est à ce titre essentiel de pérenniser le traitement des difficultés à la source, comme avait commencé à le faire le précédent gouvernement, avec la politique de l’égalité des chances défendue par le Premier ministre Dominique de Villepin, et de s’opposer à ce que soient instaurées des mesures de discrimination positive, qui créent des effets pervers sur les populations à insérer et des dégâts collatéraux sur les Français de souche. Il sera également fondamental de repenser le circuit des aides accordées par l’État aux familles, afin de s’assurer qu’elles sont réellement affectées aux besoins éducatifs des enfants (et ce, quel que soit leur milieu social).

12:30 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags: religion, insertion, intégration, éducation, politique, rioufol, figaro |

On en parle dans le Figaro...

Le journaliste Ivan Rioufol évoque Le puzzle de l’intégration dans son bloc-notes paru dans le Figaro du 8 juin dernier. Il cite deux passages du livre, qu’il décrit comme un livre « qu’il faut lire ». Pour faire suite à sa note, j'ai posté "Nous gagnerions à cesser d'invoquer la religion !"

09:40 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags: figaro, rioufol |