Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mai 2012

La politique de la terre brûlée

Qui peut croire qu’une personnalité aussi au fait de la vie politique française que Marine Le Pen puisse ignorer que le vote blanc auquel elle appelle implicitement ceux qui ont voté pour elle est en réalité un vote en faveur du Parti Socialiste ?

« Sur la place de l’Opéra, on veut avant tout savoir ce que Marine Le Pen va dire sur le vote du 6 mai. Ce n’est pas que l’assistance, plutôt militante, n’ait pas fait son choix qui oscille entre l’abstention et “un vote tactique” pour François Hollande. (…) »

Voilà qui chagrinera ceux qui ont voté pour Marine Le Pen dans l’espoir que l’identité française échappe à l’échafaud qu’une partie des « élites blanches » tente de lui dresser pour la faire passer de vie à trépas, mais c’est un fait indéniable : depuis trente ans, Le Front National a une concordance d’intérêts avec la gauche. Cela s’est vérifié dans les triangulaires, mais aussi et surtout dans les sorties outrancières de Jean-Marie Le Pen, qui ont immédiatement provoqué des levées de boucliers rendant de fait impossible le traitement du dossier immigration-intégration, pour le plus grand bonheur de la gauche. Cette question a déjà été abordée sur ce blog, et elle se lit aisément au travers des conseils en stratégie électorale prodigués par Terra Nova. Pour les sceptiques, voici l’analyse de Lorrain de Sainte-Affrique, qui a longtemps accompagné Jean-Marie Le Pen : « C’est comme un sortilège, il y a toujours de bonnes fées socialistes sur la route des Le Pen, hier François Mitterrand et Bernard Tapie pour Jean-Marie, aujourd’hui François Hollande et Jean-Luc Mélenchon pour Marine. »

Les Français auront été privés d’élection présidentielle, cette dernière ayant été transformée en référendum « anti-Sarko ». Le slogan « Sarko dégage » a fleuri ici et là, tentant de surfer sur la vague des « révolutions » arabes avec un clin d’œil plus qu’appuyé à une part non négligeable des populations de l’immigration.

Dans cette élection, la question décisive qui se pose à l’insu des Français, c’est celle de la disparition de la citoyenneté nationale au profit d’une citoyenneté-résidence par l’octroi du droit de vote aux immigrés. La dissociation de l’identité et des papiers d’identité n’était qu’un premier round. Ce qui se joue à présent en filigrane, c’est la disparition à terme de l’identité française, qui se retrouvera submergée par les flots. Le candidat socialiste l’a dit et redit, ce sera l’une des premières mesures qu’il mettra en œuvre : « Il y aura une réforme sur le droit de vote des étrangers en 2013, avant les élections de 2014, puisqu’il y a des élections locales qui sont prévues en 2014 ». Dans ces conditions, le vote blanc de Marine Le Pen n’est rien d’autre qu’un acte de collaboration à l’œuvre de destruction de la citoyenneté française.

Toujours selon Sainte-Affrique, « Marine Le Pen est victime d’une bouffée d’orgueil ». C’est ce qui l’amène manifestement à placer son destin personnel au-dessus de celui de la France. Elle le scénarise de manière pathétique en remplaçant le Bleu-Blanc-Rouge par le Bleu Marine. Emportée par l’orgueil, elle ne semble plus en capacité de réaliser qu’elle se met à trahir non seulement ses électeurs mais aussi, bien plus grave, la France. Elle se révèle semblable à tant d’hommes et de femmes politiques, qui ont alimenté le divorce des citoyens avec leurs élites.

La tactique de Marine Le Pen, c’est de contribuer au triomphe de la gauche en espérant dans la foulée une implosion de la droite, qu’elle espère ensuite pouvoir dominer. Son projet personnel mérite-t-il de placer la citoyenneté française dans la gueule du loup ? Voilà une bien étrange conception du patriotisme. Il n’y a qu’un nom pour qualifier la politique qu'elle a choisi d’adopter : c’est la politique de la terre brûlée.

Son pari personnel est par ailleurs ubuesque. Il suffit en effet d’analyser les résultats des votes dans la ville de Paris où la gauche domine, pour comprendre qu'en dehors des partis qui peuvent s’appuyer sur des bastions pré-établis, seuls les alliés du Parti Socialiste peuvent espérer échapper à l’étouffement : « Selon les résultats définitifs à l’issue du premier tour, François Hollande a obtenu 34,83 % devant Nicolas Sarkozy à 32,19 %. Derrière le président-candidat, Jean-Luc Mélenchon obtient la 3e place avec 11,09 % devant François Bayrou à 9,34 %, Marine Le Pen à 6,20 % (…) »

La gauche au pouvoir facilitera l’implantation, sur tous les territoires, de populations qui votent en masse pour elle et pour ses alliés. À ce sujet, la droite s’est laissé prendre au piège de la loi SRU qui, peu à peu, repeint toute la France en rose. L’intitulé de cette loi est pourtant éloquent quant au projet qu’elle porte : Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains.

Le pari insensé de Marine Le Pen ressemble à s'y méprendre à celui de La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le Bœuf de Jean de la Fontaine :


Une Grenouille vit un Bœuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle qui n’était pas grosse en tout comme un œuf,
Envieuse s’étend, et s’enfle, et se travaille
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant : “Regardez bien, ma sœur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
- Nenni. - M’y voici donc ? - Point du tout. - M’y voilà ?
Vous n’en approchez point.” La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

Ni le destin personnel de François Hollande, ni celui de Nicolas Sarkozy, ni celui de Marine Le Pen ne devraient importer aux citoyens. Seul le sort de la France, donc celui des Français, devrait compter.

Dans un contexte où les lignes sont brouillées et les concepts fondamentaux vidés de leur sens, il convient de gagner du temps, celui de la réinformation des citoyens, seul moyen de permettre une prise de conscience quant aux véritables enjeux. Qui eût cru en effet que la France, terre des Lumières, verrait un jour son joyau, l’humanisme, brandi comme un étendard pour venir affaiblir les défenses immunitaires de ses héritiers ?

15:55 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (85) | Tags: élection, le pen, fn |

26 avril 2012

Entretien avec Atlantico

Atlantico a publié ce matin un entretien dans lequel j’aborde plusieurs questions, dont la diabolisation du FN et le rôle joué par le mouvement anti-raciste dans l'impossibilité, pour notre société, de traiter des questions d’immigration et d’intégration.

14:19 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (40) | Tags: atlantico, fn |