Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

juillet 2010 | Page d’accueil | septembre 2010

30 août 2010

Thema sur ARTE

Bonjour à tous,

Le sujet qui nous rassemble n’aura pas quitté la scène médiatique, ni l’esprit des citoyens, durant toutes les vacances d’été.

Demain soir sur ARTE, un excellent reportage de Doc en Stock vous entraînera dans les quartiers dits sensibles pour vous faire découvrir comment les filles y sont perçues. Je participerai au débat qui fera suite.

J’ai également accordé un entretien à l’équipe de Thema et exposé quelques solutions. Je vous en souhaite bonne lecture.

______________________

Message rédigé après l’émission : le reportage initialement programmé, et qui était si instructif, n’a finalement pas été diffusé par Arte. Voici ce qui était mentionné à l’antenne : « En raison des risques encourus par certains protagonistes, nous ne sommes pas en mesure de diffuser le premier documentaire de cette soirée ».

Une personne qui a participé à la réalisation du reportage s’est dite menacée et a complètement « psychoté ». Sa demande d’annulation étant parvenue à la dernière minute, il n’était plus possible à Arte de vérifier la réalité des menaces. Arte a souhaité ne pas prendre le risque de mettre peut-être la vie de quelqu’un en danger.

Le reportage pourrait être diffusé après plus amples vérifications. En attendant de connaître le résultat des investigations de la chaîne, il faut éviter de sur-interpréter ou de tirer des conclusions qui ne seraient finalement pas les bonnes.

22:42 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (35) | Tags: femmes, misogynie, banlieues, arte, thema, doc en stock |

05 août 2010

Code de la nationalité : la réforme ou le chaos

Existe-t-il un seul pays du continent africain ou asiatique qui distribue à tour de bras les clés de sa citoyenneté, autrement dit le statut d'architecte du projet politique collectif, comme le fait la France ?

Claude Lévi-Strauss avait prévenu : « que les peuples ne vivent pas trop près les uns des autres, sinon, c'est la guerre, mais pas trop loin non plus, sinon, ils ne se connaissent plus et alors, c'est la guerre. » Nous y voilà, car c'est bien la situation dans laquelle notre code de la nationalité a placé la France.

Au travers de cette question de la nationalité, c'est le combat entre deux France qui se joue : celui de la France d'en haut contre celle d'en bas ; cette dernière subissant, seule, les conséquences des actes de celle d'en haut qui sait, elle, se mettre à l'abri ainsi que sa descendance.

Gandhi : « celui qui voit un problème et ne fait rien fait partie du problème ». Les leaders politiques, les faiseurs et manipulateurs d'opinion, savent parfaitement que la situation ne peut plus durer, que notre pays doit réagir. Ils voient le problème, en ont pleine conscience, et en empêchent pourtant la résolution. Nous sommes donc confrontés à un comportement bien plus grave que celui que décrit Gandhi, car loin d'être passifs, ils sont au contraire très actifs.

Extraits du Puzzle de l'intégration : « Ce n'est que lorsque la nationalité attribuée par la France sera redevenue réelle, et non factice, que les Français cesseront d'éprouver le besoin de parler de “Français de souche” et de “Français d'origine étrangère”. C'est la France qui, en donnant sa nationalité à un nombre considérable de personnes qui ne portaient pas son idéal, s'est rendue coupable de l'introduction de la notion de deux classes de Français.
[…]
La question du droit du sol est fondamentale, car elle a entraîné de très nombreuses personnes à vivre, en la profondeur de leurs âmes, comme une trahison de leurs ancêtres et de leur communauté le fait de devenir citoyens français. Leurs conflits de loyauté sont extrêmement prononcés. La situation ira en empirant, car le temps qui passe accentue toujours les tensions identitaires jusqu'à parvenir au point de rupture. En pensant protéger les populations d'origine immigrée, on a négligé de prendre garde à ne pas bafouer les règles élémentaires du bon sens. On a pu croire œuvrer en leur faveur, mais les actions superficielles qui ont été menées ont joué en leur défaveur.

Avec le temps, le code de la nationalité est devenu une gigantesque usine à fabriquer de la violence. La négation des identités a conduit à des désastres pour les migrants, mais aussi pour les Français qui n'osent même plus affirmer qu'ils sont Français. La violence qu'observe la société n'est pas le fait de notre système judiciaire qui s'effondrerait, ou de l'efficacité des juges qui serait à mettre en cause. La responsabilité incombe à l'usine du droit du sol, dont la capacité de production et l'efficacité sont redoutables. Le droit du sol fabrique l'impunité qui ne décourage pas la récidive, mais au contraire l'entretient. Les juges peuvent bien incarcérer autant de jeunes qu'ils veulent, l'usine du droit du sol fabriquera à l'infini de nouveaux auteurs d'acte de violence contre la société. On pourra bien abaisser l'âge d'incarcération chaque année davantage, on finira par incarcérer de jeunes enfants. On observe sur le terrain des enfants de huit ans qui sont aussi violents que leurs aînés dans leurs manifestations de rejet de la France.
[…]
Ne pas vouloir tenir compte du bouleversement de l'environnement risque d'être très lourd de conséquences, car la France s'enfonce chaque jour davantage dans ce qui s'apparente de plus en plus à un “bourbier”. Les enfants de l'immigration sont aussi des victimes. Il ne faut pas penser qu'être placés dans de telles difficultés psychologiques soit indolore ! Les populations d'origine immigrée en subissent aussi les conséquences, car la violence des jeunes de l'immigration se retourne également en partie contre des personnes issues de leur groupe d'origine. Un mot déplacé, un simple geste ou même un regard mal interprété peuvent déclencher la fureur et la terreur.

Les autorités françaises doivent prendre la mesure des problèmes qu'engendre le droit du sol, pour les migrants ainsi que pour la société, et accepter de prendre leurs responsabilités en faisant évoluer le code de la nationalité française. Cette responsabilité, ils la doivent aux migrants et également aux Français. La nationalité, témoin de l'identité, est quel que soit le pays, la propriété exclusive du peuple qui la porte et auquel incombe la responsabilité d'en garantir la continuité dans le temps. Elle n'appartient nullement à la classe politique dirigeante. C'est l'État qui doit s'assurer de la capacité des individus à endosser l'habit d'appartenance à une nation qui n'est pas celle de leurs ancêtres […] »

Pour une fois qu'un responsable politique national, en position de pouvoir changer la donne, ose aborder publiquement ce sujet vital pour le peuple français, je ne vais pas me plaindre, bien au contraire ! J'apporte, sur ce sujet de la nationalité, mon soutien plein et entier au Président de la République.

23:22 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (37) | Tags: sarkozy, nationalité, identité, droit du sol, intégration |