Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 octobre 2007

Quand l’OCDE éclaire la France sur la carte scolaire

À la mi-septembre, L’OCDE a rendu public son rapport sur l’éducation. À cette occasion, Éric Charbonnier, analyste au service Éducation de l’OCDE, déclarait, au sujet de la carte scolaire : « Ce qui est clair, c’est que de nombreux pays ont essayé de modifier ou d’aménager leurs cartes scolaires, et vous avez différentes politiques, différents résultats. Vous prenez la Nouvelle Zélande, ils avaient un système similaire à la France, ils ont essayé de supprimer la carte scolaire et ils ont vu les inégalités augmenter, car les jeunes qui avaient les meilleurs résultats dans les écoles en difficulté changeaient d’école et la mixité sociale diminuait. »

J’avais déjà évoqué ce sujet dans Le puzzle de l’intégration, mettant en garde contre une approche superficielle qui minimiserait les stratégies de contournement déployées par les familles qui en auraient la possibilité. J’y développais, entre autres, les raisons pour lesquelles le fait d’accorder aux meilleurs élèves (les « locomotives » de classe) la faculté de déroger à cette carte, aggraverait considérablement la situation de tous les autres enfants, précipitant de fait dans une plus grande détresse éducative les établissements délaissés, et poussant leurs quartiers vers une plus grande « ghettoïsation », accentuant ainsi la ségrégation territoriale. C’est pourquoi nous devons, bien au contraire, nous interroger sur les raisons profondes qui amènent des parents à ne croire au salut de leurs enfants qu’au travers du contournement de la carte scolaire. Nous devons travailler à éliminer les raisons qu’ont ces parents de soustraire leurs enfants des établissements scolaires de leurs quartiers. Aussi bien, toutes les études sont formelles sur ce point : ce n’est jamais de gaieté de cœur que les parents font fuir à leurs enfants l’école la plus proche de leur domicile.

Alors, la suppression de la carte scolaire est-elle aussi un miroir aux alouettes ? Je le pense. C’est d’autant plus regrettable que celui-là ne sera pas exempt d’effets pervers.

11:55 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags: ocde, carte scolaire, école, insertion, intégration |

21 juillet 2007

Une étude sur la délinquance des jeunes

Une étude fort intéressante, publiée sous le titre « La mise en danger de soi et d’autrui », a été conduite par les sociologues Hugues Lagrange, Suzanne Cagliero et Franck Sina du CNRS/Sciences Po.

L’étude s’appuie sur un échantillon de 4500 jeunes âgés de 15 à 17 ans, résidant dans les zones géographiques des Mureaux, de Mantes, de Paris 18ème et de la banlieue de Nantes, cette dernière ayant été utilisée pour inclure, dans le champ de l’étude, des jeunes Français de souche appartenant aux classes moyennes et populaires.

Les chercheurs ont travaillé sur l’analyse des actes de délinquance répertoriés dans la liste suivante : vols ; dégradations ; bagarres ; altercations avec outrages, rébellion ou violences contre des personnes dépositaires de l’autorité.

Voici notamment ce qu’il ressort de cette étude (selon les auteurs) :

  • Un adolescent élevé dans une famille originaire du Sahel est 7 fois plus impliqué dans les actes de délinquance, et un jeune issu de l’immigration maghrébine l’est 3 fois plus, qu’un jeune issu d’une famille française de souche ;

  • cette implication dans la délinquance s’atténue seulement de moitié en cas de bons résultats scolaires des jeunes issus de l’immigration du Maghreb ou du Sahel ;

  • cette statistique reste vraie dans tous les milieux sociaux, même quand les parents des jeunes issus de l’immigration travaillent et disposent d’une bonne situation, par exemple professeurs de lycée ou leaders d’associations.

À la lumière des résultats obtenus dans le cadre de leur étude, les sociologues concluent, entre autres :

  • que la thèse selon laquelle les jeunes seraient d’autant plus impliqués dans la délinquance qu’ils viendraient de milieux pauvres, de parents à faible bagage scolaire, ou de structures familiales altérées, ne tient pas !

  • que, contrairement à ce qu’affirme la théorie régulièrement avancée des « orphelins de 16h », la présence de la mère au foyer n’a aucune incidence positive pour prévenir le basculement des jeunes dans la violence ou la délinquance. Au contraire, le fait que la mère travaille, même dans un emploi subalterne, aurait plutôt un effet bénéfique.

Or, quelle explication les auteurs donnent-ils à leurs observations ? Ils avancent comme hypothèse probable la frustration engendrée par l’occupation de positions subalternes par les époux, qui se vengeraient sur leurs femmes en les humiliant, et même en les battant ; ce qui dévaloriserait ces mères et les placerait en position d’infériorité par rapport à leurs enfants, et en particulier par rapport à leurs fils. Dans ces conditions, les mères perdraient leur autorité sur leurs enfants et ne pourraient, de ce fait, en assumer convenablement l’éducation. Les auteurs de l’étude formulent l’hypothèse que lorsque les femmes immigrées résidaient dans leur pays d’origine, elles pouvaient bénéficier de la protection de leurs frères et de leurs pères, et que leurs époux ne pouvaient donc pas les frapper, comme ce serait apparemment le cas, de nos jours, en France.

Par ailleurs, les auteurs ne croient pas que ces jeunes puissent être écartelés entre deux cultures (la culture française et celle de leur pays d’origine), et évacuent donc ce facteur des causes de glissement vers la délinquance.

_____

Ce n’est pas la première fois que je constate que des chercheurs réalisent des observations fort instructives, mais que leurs tentatives d’interprétation peuvent s’avérer pour le moins hasardeuses. J’ai donc deux remarques :

  • Au Maghreb et en Afrique aussi, alors qu’elles sont entourées de leurs frères et de leurs pères, nombre de femmes sont battues, humiliées ; cela n’a donc strictement rien à voir avec la frustration que ressentiraient leurs époux occupant en France des positions subalternes dans le monde du travail. Cessons donc de toujours remettre sur le tapis la responsabilité de la société française ; cette attitude nous empêche de réfléchir, avec sérieux, à la réalité des difficultés et comment les pallier.

  • Les enfants issus de l’immigration affrontent bel et bien de dramatiques difficultés d’articulation entre la culture française et celle de leur pays d’origine, qui est, il faut le dire, celle qui leur est transmise au sein de leurs familles. Les chercheurs relèvent, et cela aurait dû leur mettre la puce à l’oreille, que dès l’âge de 7 ans, ces enfants ne se sentent pas très bien et construisent déjà un rapport négatif à l’école et à l’institution. Comme je le développe dans « Le puzzle de l’intégration », c’est pourtant là que réside une des clés de compréhension de la marginalisation de nombreux enfants de l’immigration : comment croire qu’un enfant pourra se frayer un chemin dans la société française, s’il développe dès le plus jeune âge une attitude négative vis-à-vis de l’école de la République et de son projet ? Contrairement aux enfants français de souche, cette école est le seul lieu qui pourra lui transmettre, outre le savoir académique, les règles du « bien vivre ensemble » de la société française.

10:10 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags: insertion, intégration, éducation, délinquance, violence, société, politique |

09 juillet 2007

Valérie Pécresse sommée d’introduire la discrimination positive !

Dans sa feuille de route rédigée par Nicolas Sarkozy et François Fillon, Valérie Pécresse a reçu la directive suivante : veiller à ce que « 5% des meilleurs élèves de chaque établissement scolaire accèdent aux classes préparatoires [aux grandes écoles] ». Il y est précisé que cette mesure doit être mise en place pour lutter contre « les discriminations ».

Quelques remarques au sujet de cette injonction faite au ministre de l’enseignement supérieur :

  • 5% est un chiffre arbitraire, qui fait fi du niveau réel des savoirs détenus par les élèves. Cette voie a déjà été empruntée dans les pays où a été instaurée la discrimination positive. Une telle mesure politique est en réalité destinée à assurer que les élèves issus des lycées de plus faible niveau se retrouveront tout de même en classes préparatoires. Les lycées visés sont, dans les faits, ceux des Zones d’Éducation Prioritaire, dont les élèves proviennent, en grande majorité, des populations issues de l’immigration maghrébine et africaine. La loi française interdisant de se référer à l’origine raciale ou ethnique, voilà donc une mesure qui permet de masquer, aux yeux des Français, la mise en œuvre d’un traitement inégalitaire des citoyens. Telle a toujours été ma crainte : que nos dirigeants politiques introduisent la discrimination positive de manière sournoise, en contournant les exigences de la Constitution française !

    Alors, que risque-t-il de se passer ? Comme nous ne nous attaquons pas aux sources du problème, on constatera, lors des résultats des concours d’entrée aux grandes écoles, que cette mesure n’a pas permis à suffisamment d’élèves d’origine maghrébine ou africaine d’entrer à Polytechnique ou ailleurs. Deux possibilités se présenteront alors : ou bien on reverra à la baisse le niveau des savoirs exigés pour entrer dans ces établissements de l’enseignement supérieur, ou alors on décidera de fixer à ces écoles des quotas d’admission basés sur des critères qui permettront de cibler, de façon détournée, l’origine ethnique ou raciale des élèves. Chacune de ces deux options aura de lourdes conséquences.

    Comme je le précise dans Le puzzle de l’intégration, il est important de ne pas perdre de vue qu’un certain nombre d’établissements du supérieur forment des ingénieurs qui seront amenés à construire des avions, des trains, des machines de radiothérapie, des centrales nucléaires, etc, dont la conception exige un niveau de savoir réel, et non bradé. Si les grandes écoles ne peuvent plus jouer leur rôle de garants de la compétence, ce sont les entreprises qui devront, au final, s’acquitter de cette tâche, en durcissant considérablement leurs procédures de recrutement.

    Je souhaite également mentionner qu’aux États-Unis, il n’est pas rare que les patients qui en ont les moyens financiers tiennent compte, dans le choix de leur médecin traitant, de l’existence de la discrimination positive. Ne pouvant être assurés que les médecins issus des groupes favorisés par la discrimination positive ont obtenu leur diplôme en seule raison du sérieux de leurs compétences académiques, ils préfèrent les éviter.

  • Le procès qui est fait aux chefs d’établissements supérieurs, que l’on accuse de discrimination, est injuste et préoccupant. J’ai suffisamment fréquenté le monde des universités et des grandes écoles pour savoir que le contenu cérébral des étudiants y est le principal critère de recrutement, et non pas le racisme et la discrimination dont seraient coupables le corps professoral et l’équipe de direction. Dans le monde universitaire, on admire toutes les têtes bien pleines, qu’elles soient blondes ou brunes !

  • Comme Rachida Dati, Nicolas Sarkozy et François Fillon sont profondément convaincus, malgré ce que laissent entendre leurs discours, de la nécessité de la repentance de la France, qui passe par la correction des effets du supposé racisme des Français. Le plus grave, c’est que cette repentance, prônée au plus haut niveau de l’État, vient renforcer la détermination de ceux des enfants issus de l’immigration qui rejettent la société française. Ces derniers sont à présent profondément convaincus que la France est coupable ; cela les incite à la braver, et à ne plus produire le moindre effort pour en respecter les règles du « bien vivre ensemble ». Dans ces conditions, réussirons-nous jamais à cohabiter pacifiquement ? Je commence à douter que ce soit un jour possible, car on ne peut sans conséquence dresser continuellement les populations d’origine étrangère contre les Français de souche.

Nicolas Sarkozy et François Fillon demandent également à Valérie Pécresse de mettre en place et rendre publique « l’évaluation des établissements d’enseignement supérieur » en tenant compte « des caractéristiques de la population étudiante inscrite dans l’établissement ». Que faut-il comprendre par là ? La France s’achemine-t-elle vers un enseignement supérieur à deux vitesses, dans lequel le niveau d’exigence, et donc d’ambition, serait fonction de l’origine des élèves ? Si c’est le cas, les entreprises sauront en tenir compte dans leurs recrutements…

À noter enfin que dans son discours de politique générale à l’Assemblée Nationale, François Fillon a déclaré que « pour le Gouvernement, l’école de la République, c’est celle des valeurs : valeurs de l’effort, du civisme, de la discipline, de la fraternité ». Dans les faits, je considère que nous assistons malheureusement au détricotage de « l’école de la République » et de notre « modèle républicain d’intégration », probablement par inconscience. J’en redoute les conséquences sur la cohésion nationale.

11 juin 2007

Nous gagnerions à cesser d’invoquer la religion !

Lorsque j’ai pris la décision d’ouvrir ce blog, ma motivation première était fondée sur l’intuition que j’aurais probablement besoin d’un espace pour préciser un certain nombre de points au sujet de mon livre, notamment après l’interprétation des uns ou des autres (médias ou monde politique), ou pour répondre à des interrogations que mes écrits auraient pu soulever. Il est naturel que notre pensée ne soit pas toujours interprétée comme nous l’aurions souhaité. C’est une situation que chacun de nous peut connaître dans sa vie privée ou professionnelle.

Dans son bloc-notes du Figaro du 8 juin dernier, le journaliste Ivan Rioufol cite certains passages de mon livre, qu’il invite à lire ; je l’en ai remercié. Son bloc-notes était consacré aux difficultés très préoccupantes que rencontre depuis plusieurs années le département de la Seine-Saint-Denis. J’ai écrit à Ivan Rioufol pour lui soumettre un certain nombre de réflexions, auquel il a été attentif et ouvert.

Je souhaite donc préciser que l’extrapolation d’Ivan Rioufol, qui évoque le « refus de s’insérer d’une partie de la communauté musulmane », lui appartient intégralement. Le mot « Musulman » n’apparaît nulle part dans mon livre, et je n’y évoque d’ailleurs aucune religion. Comme les dernières vagues d’immigration proviennent très largement de pays à populations musulmanes, j’imagine bien ce qui a conduit Ivan Rioufol à sa conclusion. Cela étant, il suffit d’observer ce qui se passe dans d’autres communautés actuellement présentes sur le territoire français, pour constater que l’intégration de leurs membres rencontre également de sérieuses difficultés. La seule différence, mais elle est de taille et il est nécessaire d’en convenir, est que cette difficulté d’intégration est moins visible, et surtout qu’elle ne se traduit pas en vagues de violence dans l’espace public.

Je ne partage pas l’approche qui consiste à considérer autrui au travers du prisme de la sensibilité religieuse. De même qu’on ne saurait amalgamer tous nos concitoyens qui ont grandi dans un environnement influencé par le catholicisme, évitons de le faire pour ceux qui ont grandi dans un environnement influencé par l’Islam. Le critère religieux ne fait que perturber la possibilité de nous concentrer sur les solutions à mettre en œuvre. Il est illusoire d’espérer que le processus d’intégration s’accomplira en adoptant une attitude qui consiste à vouloir systématiquement emprisonner tous les prétendants à l’intégration sous une même étiquette ; a fortiori si cette étiquette a été ternie. Nul ne songerait à évoquer « les Catholiques » dans leur ensemble lorsqu’un quelconque problème est le fait de Français de souche ; on ne se pose au demeurant jamais la question de savoir si les personnes incriminées sont de sensibilité catholique, protestante, ou juive. Alors, pourquoi le fait-on pour ceux qui sont de sensibilité musulmane ? (ou supposés l’être ; là aussi, les raccourcis sont systématiques). Il est intéressant de réaliser qu’alors qu’il leur est sans cesse reproché de se replier sur eux-mêmes, on adopte dans le même temps envers « les Musulmans » des attitudes qui, en les stigmatisant, provoquent dans les faits leur repli sur leur communauté d’origine.

Comme je le développe très longuement dans mon livre, les solutions sont à rechercher dans de multiples directions. Pour en extraire simplement quelques-unes, j’évoquerai le rôle central que doit pouvoir à nouveau jouer l’école républicaine auprès des enfants issus de l’immigration récente. Il est à ce titre essentiel de pérenniser le traitement des difficultés à la source, comme avait commencé à le faire le précédent gouvernement, avec la politique de l’égalité des chances défendue par le Premier ministre Dominique de Villepin, et de s’opposer à ce que soient instaurées des mesures de discrimination positive, qui créent des effets pervers sur les populations à insérer et des dégâts collatéraux sur les Français de souche. Il sera également fondamental de repenser le circuit des aides accordées par l’État aux familles, afin de s’assurer qu’elles sont réellement affectées aux besoins éducatifs des enfants (et ce, quel que soit leur milieu social).

12:30 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags: religion, insertion, intégration, éducation, politique, rioufol, figaro |