Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 juillet 2011

Honneur et Patrie

Mes chers amis, je souhaite à chacun de vous qui m'accompagnez depuis si longtemps une très bonne fête nationale.

La devise de l'Ordre national de la Légion d’honneur est « Honneur et Patrie ». Je souhaite partager avec vous mon bonheur d’avoir été aujourd’hui, jour de notre fête nationale, élevée au grade de Chevalier dans l'Ordre de la Légion d’honneur par le Président de la République française, indivisible, laïque, démocratique et sociale. C'est une reconnaissance de la mission que j’accomplis au service de la France et des Français, que je reçois comme un encouragement à poursuivre dans la voie que j’ai choisie.

Je ne suis pas née Française. C’est peu à peu que la France s’est inscrite au cœur de chaque globule de mon sang. C’est une merveilleuse histoire d’amour, amour de sa culture ; de son histoire ; de sa géographie ; de ses grands hommes et de ses citoyens, que j’aime profondément et qui m’ont tant manqué lorsque j’ai eu à vivre hors de France. Pour ces raisons, j’ai un jour décidé de sceller mon destin à celui du peuple français. Je le sais au plus profond de mon âme, la France demeurera quoi qu’il arrive la patrie dont je ne saurais déraciner mon cœur. Je m’efforcerai toujours de la défendre de mon mieux. Je sais aussi que jamais, je ne pourrai lui rendre tout ce qu’elle a fait pour moi. J’ai envers elle une dette inextinguible.

14:32 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (120) | Tags: 14 juillet, légion d'honneur, honneur et patrie |

14 juillet 2010

Le peuple français sait d'où il vient

 

drapeau-francais.jpg

 

Le 14 juillet 1790, la fête de la Fédération réunissait les députés des 83 départements, ainsi que le Roi Louis XVI, sur le Champ-de-Mars à Paris. Depuis 1880, c’est cette date que le peuple français commémore à l’occasion du 14 juillet, devenu jour de la fête nationale.

Que de larmes et de sang ont été versés pour que le peuple français puisse vivre l’idéal de Liberté, d’Égalité et de Fraternité ! Mais que reste-il aujourd’hui de cet idéal ? Attaqué de toutes parts, il devient chaque jour plus fragile. Ironie du sort, ce sont des enfants de France allaités à sa mamelle qui lui portent les coups les plus durs, ceux qui pourraient un jour emporter son dernier souffle de vie.

Extrait de mon article pour les 30 ans de la revue Le débat : « Dans notre pays, pas un seul intellectuel ni une seule personnalité politique qui ne se réclame de la République ; et pourtant, ces dernières décennies, aucun des principes fondamentaux qui constituent les piliers de cette République n’aura été épargné. Mais les peuples ne sont pas amnésiques. Ils possèdent une mémoire collective. Ils savent qui ils sont et d’où ils viennent. »

Monsieur le Président de la République, je vous interpelle en ce jour de notre fête nationale. Vous êtes, comme moi, un enfant de la première génération de l’immigration ; vous de l’immigration européenne, moi de l’immigration africaine. Si vous ne semblez pas imprégné autant que vos deux prédécesseurs de la culture historique et littéraire du peuple français, vous donnez, contrairement à eux, le sentiment d’avoir compris qu’un danger de mort planait au dessus de la tête de Marianne. Vous avez également sur eux l’immense avantage du courage politique. Vous avez aujourd’hui l’obligation historique de mobiliser votre courage sur la question de la restauration de la France. Si le peuple français vous a choisi pour conduire son destin à un moment où la République vacille, c’est que vous lui avez fait cette promesse. Mais vous ne l’attirerez plus avec des promesses, seulement avec des actes forts qui rompront définitivement avec la pensée unique qui a enchaîné la France et l’a entraînée vers le déclin.

Vous avez aujourd’hui la possibilité de permettre au peuple français, trop longtemps bâillonné, d’accomplir la révolution pacifique qui lui permettra de clore le chapitre de la Révolution française. Vous ne pouvez ignorer qu’« à vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inéluctables les révolutions violentes » (John F. Kennedy).

00:12 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (46) | Tags: 14 juillet, sarkozy |

14 juillet 2009

Bonne fête nationale à tous !

Chers amis,

Malgré la peine qui parfois nous étreint, malgré la rage que chacun d'entre nous exprime à sa façon, avec ses mots et ses maux, n'oublions pas de célébrer notre fête nationale. Saisissons ce jour d'histoire pour transmettre à nos enfants et à nos petits-enfants la fierté de l'héritage français, car c'est cette fierté qui nous aidera à relever les têtes baissées.

Patrouille de France
01:15 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags: 14 juillet |