Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 avril 2011

Le Nouveau Journal de Direct 8

J’étais en fin d'après-midi l’invitée de Clélie Mathias dans le Nouveau Journal et dans le Off de Direct 8, pour évoquer le débat sur la laïcité.

Voici un lien qui nous est transmis par Stéphane, toujours au sujet de la laïcité : http://www.marianne2.fr/Laicite-le-PS-a-perdu-sa-boussole...

23:31 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (33) | Tags: laïcité, direct8 |

30 mars 2011

L’alibi des valeurs républicaines

Je suis toujours aussi indignée par l’aplomb avec lequel de nombreux responsables politiques osent évoquer les valeurs républicaines, eux qui concourent grandement à leur disparition et mettent de ce fait notre société en péril. Je n’ai pas très bien compris ce que signifiait « front républicain ». Comment pourrait-il au demeurant en exister un sans respect des valeurs républicaines ? Et un front pour faire barrage à quoi, exactement ? Au souhait des Français de voir leurs problèmes enfin reconnus et pris en considération par ceux qu’ils élisent ? C’est bien la moindre des choses dans une démocratie ! À moins que nous ne soyons déjà plus dans une véritable démocratie, et que les élites ne représentent plus qu’elles-mêmes et leurs intérêts particuliers. Si c’est le Front National qui les angoisse, alors la solution est fort simple : que les gouvernants mettent en œuvre, dès à présent, les actions concrètes qui s’imposent pour répondre aux peurs justifiées des citoyens, au lieu de vouloir pousser les problèmes sous le tapis.

Les atermoiements autour du débat sur la laïcité sont édifiants. Ils mettent à nu la misère morale et intellectuelle de notre classe politique. Mais ils font surtout ressortir crûment la fourberie d’une partie des élites politiques, et leur trahison des principes. Pour des raisons évidentes de politique politicienne et par pur calcul personnel, de très nombreuses voix se sont élevées pour empêcher la tenue d’une réflexion sur la laïcité. Le résultat ? Un signal clair d’encouragement envoyé à tous ceux qui œuvrent à mettre la France par terre ! Les responsables politiques qui ont concouru à envoyer ce signal, interprété à n’en pas douter comme un signal de faiblesse et de couardise, sont des irresponsables. Ils sont impardonnables et il ne faudra donc pas leur pardonner, car ils participent à l’amoncellement de nuages noirs sur la France.

Je travaille au sein du HCI sur la question de la laïcité aux côtés d’experts de différents horizons. La situation à laquelle les entreprises, les hôpitaux, les écoles, les universités, les centres de formation, etc. sont confrontés est édifiante. Les Français sont très loin d’imaginer ce qui se passe dans leur propre pays, réalité qui leur est soigneusement cachée à part quelques maigres informations que la presse daigne parfois faire sortir. Au nom de leur religion, des employeurs affirment qu’ils n’ont aucunement l’intention de recruter des femmes. D’autres préfèrent ne pas promouvoir de femmes car cela leur poserait des difficultés, puisque certains hommes dans leur entreprise refusent d’être gérés par des femmes, et rejettent toute possibilité de se retrouver en tête à tête avec une femme, ne serait-ce que pour l’entretien d’évaluation annuel (et cela se passe aussi avec des cadres !) Pour être acceptables par tous, des paniers cadeaux de fin d’année voient champagne et foie gras disparaître pour tous les salariés. Des femmes se sont vu demander de porter des jupes plus longues. Que leur demandera-t-on demain ? À l’université, des cours se voient interrompus pour rupture du jeûne. À la rentrée de septembre, il est arrivé que des élèves rejoignent leurs écoles avec des semaines de retard, là aussi pour cause de mois de jeûne…

Si vous-mêmes êtes témoins de comportements non conformes aux principes et valeurs de notre société, tel le respect de la neutralité religieuse, si vous êtes également témoins de discrimination négative envers des Français de souche, alors organisez-vous au sein de vos entreprises et mettez la pression sur vos syndicats. Ils seront contraints de vous défendre. Je vous engage également à écrire à vos députés, quelle que soit leur couleur politique, pour exiger d’eux qu’ils assument ENFIN leurs responsabilités.

Il est nécessaire de veiller à faire monter des républicains, et à faire barrage à tous ceux qui bradent les valeurs de notre vivre ensemble ou se révèlent incapables de les défendre, tels ceux qui « prennent la tangente » sur ce débat de la laïcité. Ayez bien en tête qu’il n’y a pas que la présidentielle qui constitue un enjeu, et que les législatives jouent également un très grand rôle dans notre vie politique. N’oubliez pas non plus que chaque élection a son importance, car ce sont les Grands électeurs (députés, conseillers régionaux, conseillers généraux, conseillers municipaux) qui élisent les sénateurs, et ces derniers influent grandement sur la résorption ou l’aggravation des problèmes de notre société :

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/03/30/97001-201103...

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/03/30/les-sena...

22:49 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (68) | Tags: laïcité |

04 mars 2011

Les Français doivent refuser que l’on touche à la laïcité

J'ai accordé à Atlantico, site d'information en ligne qui a été lancé au début de cette semaine, un entretien au sujet de la laïcité et du déplacement du Président de la République au Puy-en-Velay. L'entretien s'intitule « La laïcité, c'est la digue qui protège la France ».

10:28 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags: atlantico, laïcité |

16 décembre 2010

Les cocus de la République

Voici un commentaire posté par notre ami Jugurta. Je le publie en billet. Je partage son constat. J’ai vu de nombreux Français issus de l’immigration, intégrés, qui sont aujourd’hui déçus car ils ont toujours été maintenus à l’écart au profit de communautaristes et de tous ceux qui travaillent à nourrir la haine des populations issues de l’immigration contre la France. Dernier exemple en date ? Rachida Dati. L’ancienne ministre de la justice appelle les musulmans, à mots à peine voilés, à être moins dociles, et donc à se dresser contre la France. Au lieu d’expliquer qu’il leur est très important, pour leur image, de respecter les lois françaises comme tout un chacun, elle justifie l’occupation de l’espace public. Comment un ancien ministre de la justice peut-il se permettre de tenir de tels propos hautement irresponsables, car dangereux pour tous ? En guise de récompense, la voici aujourd’hui assurée d’un cadeau en 2012 : la députation dans la ville de Paris. Ceux de mes lecteurs qui sont à l’UMP, et les autres aussi d’ailleurs, doivent dire ce qu'ils ressentent au Président de la République ainsi qu’à l’UMP. Les Français aspirent au respect, au retour de la cohérence et à la disparition des doubles discours en politique. Vous avez là une nouvelle démonstration du fait que ce n’est pas la République qui est coupable, mais bel et bien la classe politique qui dessert la République, les Français de souche et ceux issus de l’immigration qui ont été convaincus que la France était coupable. Une profonde injustice et un pur délire, lorsqu’on sait le sort des leurs restés dans leurs pays d’origine !

Jugurta : Les enfants d’immigrés intégrés ou les “cocus de la République”

« On nous avait, jadis, incités à nous intégrer dans la communauté nationale française. On nous avait instruits, via le roman national et ses événements fondateurs, à la grandeur de ce pays appelé France. On avait travaillé à l’école, au collège, au lycée pour acquérir les fondamentaux qui devaient, pensait-on, naïfs que nous étions, nous permettre de nous insérer dans la société française.

On nous avait appris à parler et à écrire grâce à des dictées dont les zéros pointés révélaient encore nos lacunes. On nous avait fortement incités, lors de nos rendez-vous de naturalisation, à franciser nos prénoms pour nous fondre plus facilement dans la communauté nationale.

Or, actuellement, tout est fait dans le discours politique et dans les actes pour nous renvoyer à notre communauté originelle. Non que celle-ci soit dénuée de qualités, mais nous avions choisi la modernité individuelle à la tradition communautaire. Nous avions préféré à un moment de notre vie nous inscrire à la suite des hommes et des femmes qui dès la Renaissance, et plus encore les Lumières, avaient décidé que l’être humain, l’individu, était au centre et son devenir à porté de mains.

Aujourd’hui, nous souhaitons être jugés pour ce que nous faisons et non ce que nous sommes. Mais voilà, on nous renvoie constamment à un hasard, notre naissance. Nous avons accompli un cheminement intellectuel, spirituel, et arrivés presque à destination, on voit cet édifice se défaire sous nos pas.

Aux nouveaux venus, nul besoin de maîtriser les fondamentaux, nul besoin de savoir parler, écrire, lire dans la langue du pays d’accueil, des traducteurs seront là pour vous faciliter la tâche, mieux, si vous ne connaissez pas votre langue maternelle, on vous l’apprendra sans se demander si elle vous servira réellement dans votre quotidien ou si au contraire elle ne vous éloignerait pas de vos concitoyens français.

Aussi, ceux qui ont fait des efforts pour faire partie de la majorité invisible sont purement et simplement aujourd’hui, les “cocus de la République”. »

16:27 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (43) | Tags: dati, sarkozy, copé, ump, immigration, intégration, république, laïcité |