Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 janvier 2011

Les défis de l’intégration à l’école

Dans un rapport consacré aux « défis de l’intégration à l’école », le Haut Conseil à l’Intégration émet 50 recommandations qui répondent aux trois défis à relever : un défi migratoire, un défi social et un défi culturel. Il souligne également que l’école ne peut pour autant être seule à conduire la politique d’intégration sociale et culturelle. D’autres ministères doivent donc œuvrer à consolider la politique scolaire. Aussi, une politique interministérielle doit aider l’école dans sa mission d’intégration.

J’avais demandé, comme cela a déjà été fait par le passé dans certains rapports, que la possibilité me soit accordée d’annexer deux pages mentionnant les recommandations et observations que je ne partage pas, et d’en exposer les motifs. Je n’ai pas pu l’obtenir. J’estime toutefois avoir réussi à faire passer de nombreuses idées de fond, dont l’idée forte selon laquelle l’échec scolaire est principalement dû à des facteurs exogènes à l’école.

19:47 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags: école, immigration, communautarisme, échec scolaire |

27 octobre 2009

Mon engagement

Je vous dois des réponses à des questions que vous m’avez posées, soit par courriel, soit par commentaires. Vous m’excuserez de ne pas répondre à toutes aujourd’hui ; je le ferai au fur et à mesure de mes billets, tout en sachant que de nombreuses questions trouvent réponse dans Le puzzle de l’intégration.

Au sujet de Tariq Ramadan :

Certains parmi vous souhaitent savoir ce que je pense du Suisse Tariq Ramadan, spécialisé en ingérence dans nos questions de politique intérieure.

Voici ma réponse : son action et son comportement illustrent à la perfection l’entreprise de prise en main du politique par le religieux. Cet homme a très vite appris le langage des sociétés dites libres, pour faire faire la danse du ventre aux animateurs bouffons de la presse audio-visuelle des pays européens, et, plus grave encore, à certains dirigeants européens dont Tony Blair, qui l’avait pris comme conseiller à ses côtés. Et dire que l’État français soutiendrait l’élection de Tony Blair à la tête de l’Union européenne !

Tariq Ramadan est-il un homme redoutablement intelligent, ou bien ceux des Européens qui l’écoutent et l’applaudissent, comme dans l’émission du clownesque Laurent Ruquier, ne font-ils pas montre d’un cruel manque d’esprit critique ?

Les Français savent-ils par ailleurs qu’en apportant leurs suffrages à des mouvements « fourre-tout », tel qu’Europe Écologie, où l’on retrouve côte à côte des écologistes et des alter-modialistes, ils attribuent une force politique à des opposants à nos valeurs et à notre modèle de société ? Nombre d’altermondialistes, et même de mouvements de lutte des classes, qui se cachent parfois derrière des visages poupons, considèrent en effet que l’intégrisme religieux musulman n’est que la réponse d’opprimés au capitalisme fou et à la mondialisation. Tariq Ramadan est accueilli à bras ouverts dans les forums sociaux européens, où José Bové le gratifie de chaleureuses poignées de mains...

Face aux considérables défis qui se posent à nous, les Français doivent exercer la plus grande vigilance. « Ne donnez à personne le bon Dieu sans confession » résume un peu l’attitude à adopter quand il est question de l’identité.

Au sujet de la remarque ci-dessous d’un de mes lecteurs :

« Pour enfoncer le clou, il est maintenant démontré (et avoué sans détours) que les gouvernements des pays d’origine de l’immigration comptent bien utiliser ces communautés immigrées à des fins de manœuvres politiques, en encourageant le communautarisme et la “fidélité au pays d’origine”, et tenter ainsi de télécommander la politique intérieure et extérieure françaises en faisant exercer les pressions via ces communautés... bel exemple supplémentaire de l’affaiblissement d’indépendance en esprit et en action de notre pays. »

J’ai déjà abordé cette question dans Le puzzle de l’intégration. Je trouve inacceptable, et les Français ne devraient pas l’accepter non plus, que ceux qui approchent au plus près le pouvoir politique dans notre pays puissent œuvrer ou vouloir œuvrer au service des intérêts de pays étrangers.

Voici à ce sujet quelques exemples de personnalités que les Français connaissent déjà :

Le cas Rama Yade :

« Si le président Wade m’appelle parmi les jeunes talents qui l’entourent, pourquoi pas ? » Rappelons que Rama Yade, en côtoyant le sommet de l’État français, accède à des informations stratégiques pour notre pays, et aussi - et c’est encore plus important à mes yeux - aux informations concernant les points faibles de notre pays, autrement dit à tout ce qui peut le rendre vulnérable.

Rama Yade mène un combat communautariste. Elle dit elle-même avoir rejoint Nicolas Sarkozy pour défendre l’intérêt des « Noirs ». Un membre du gouvernement français se doit pourtant d’œuvrer pour l’intérêt général. Imaginez un seul instant le tollé que déclencherait, à juste titre, un membre du gouvernement qui affirmerait être là pour défendre les intérêts des « Blancs » !!!

Et pourtant, Rama Yade est l’une des personnalités préférées des Français !

Le cas Rachida Dati :

Dans Le puzzle de l’intégration, je cite une partie d’un entretien qua Rachida Dati avait accordé à au journal marocain Libération Casablanca : « C’est toujours comme ça, je bascule entre les affaires d’ici et de là-bas [Maroc, NDLA] » ; « Je me sers de mon carnet d’adresses. J’aide aussi des Marocains résidant en France à régler certains problèmes. J’ai créé le Club XXIe siècle avec des personnes d’origine maghrébine qui aident les gens de très haut niveau à être visibles dans la société française » ; « Mon rapport avec le Maroc est constant et permanent. J’y vais tout le temps... Je n’y suis pas née, je n’y ai jamais vécu, mais j’ai un véritable attachement pour le Maroc. C’est un attachement psychologique... Non, c’est un attachement lié à mes racines. Ça ne relève pas de la psychologie. Ce n’est pas sentimental, c’est plus que ça, c’est vraiment viscéral et c’est lié à mes racines » ; « Je suis toujours allée au Maroc en disant "on est votre première vitrine"... C’est dommage, ils [les pouvoirs politiques marocains, NDLA] se privent d’une vraie représentation » ; « Moi, je donne pour le Maroc, j’aimerais aussi un peu de retour. J’ai toujours entendu dire au plus haut niveau de l’État [marocain, NDLA] qu’on était les bienvenus et qu’on était des Marocains. Tant que ce discours ne sera pas contredit, je continuerai à me battre pour mettre le pied dans la porte de ce pays».

Le cas Najat Vallaud-Belkacem, un des principaux « lieutenants » de Ségolène Royal :

Le 21 décembre 2007, le Roi du Maroc installait le Conseil de la Communauté marocaine à l’étranger (CCME). Parmi les missions qu’il assigne à ses membres, figure celle d’œuvrer à « l’essor de leur mère patrie, au renforcement de son rayonnement international ». Quoi de plus naturel pour des citoyens marocains, me direz-vous ? Bien sûr, sauf que parmi les membres de ce Conseil figurent des personnalités très actives au sein de structures nationales françaises à caractère politique, parmi lesquelles précisément « Najat Vallaud-Belkacem, membre du cabinet du maire de Lyon et porte-parole de la candidate Ségolène Royal aux dernières élections présidentielles ».

Ce ne sont là que quelques exemples, mais je peux vous certifier que les communautaristes ont très bien infiltré l’ensemble de notre classe politique, l’ensemble de nos partis de gouvernement. Devant cet état de fait, les Français doivent-ils continuer à rester les bras croisés ? Peuvent-ils espérer que leurs idées et leurs valeurs soient un jour de nouveau respectées, s’ils ne s’investissent pas eux-mêmes ? Une fois nommée par la Présidence de la République au HCI, je pensais que mes articles passeraient plus facilement dans les journaux. Il n’en a rien été ! En m’engageant en politique aux côtés d’un homme connu, je sais que les médias seront, tôt ou tard, contraints de dire que j’existe, donc que nous existons tous. J’avais déjà évoqué ici mon engagement politique. Je tiens à vous redire que la question de la cohésion nationale transcende les clivages politiques traditionnels. Pour cela, il sera nécessaire qu’elle soit prise en considération par toutes les formations politiques. Que chacun d’entre nous s’investisse donc aux côtés de la personnalité politique dont il se sent le plus proche. Là entrent en jeu les convictions politiques, mais également les affinités et la dimension humaine. Il n’est pas nécessaire que nous soyons tous présents au même endroit ; nous devons en effet diffuser nos convictions sur l’ensemble de l’échiquier politique. Je continuerai pour ma part, comme je le fais à l’heure actuelle, à transmettre aux personnels politiques de tous les partis de gouvernement les pièces du puzzle de l’intégration, afin qu’ils puissent chacun participer au maintien de l’indivisibilité du peuple français, condition indispensable à la préservation de la cohésion nationale.

19:46 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (36) | Tags: ramadan, yade, dati, communautarisme |

16 décembre 2008

Le Club XXIe siècle

Quelle est la mission du Club XXIe siècle ?

Laissons la parole à Rachida Dati :

« Je me sers de mon carnet d’adresses. J’aide aussi des Marocains résidant en France à régler certains problèmes. J’ai créé le Club XXIe siècle avec des personnes d’origine maghrébine qui aident les gens de très haut niveau à être visibles dans la société française » ; « Mon rapport avec le Maroc est constant et permanent […] Je suis toujours allée au Maroc en disant “on est votre première vitrine”. Peut-être considèrent-ils qu’on n’est pas assez malléables. C’est dommage, ils [les pouvoirs politiques marocains, NDLA] se privent d’une vraie représentation » ; « Moi, je donne pour le Maroc, j’aimerais aussi un peu de retour. J’ai toujours entendu dire au plus haut niveau de l’État [marocain, NDLA] qu’on était les bienvenus et qu’on était des Marocains. Tant que ce discours ne sera pas contredit, je continuerai à me battre pour mettre le pied dans la porte de ce pays ».[1]

Rama Yade est également passée par le Club XXIe siècle, dont elle a été vice-présidente.

Imaginons un seul instant les réactions d'indignation, et à juste titre, que provoquerait la création d'un tel club pour favoriser l'ascension de Français de souche européenne. Je crois que notre société a perdu sa boussole ; retrouvons un peu de cohérence !

Voici à présent quelques extraits du livre d’Hakim El Karoui, président du Club XXIe siècle, L’avenir d’une illusion :

« Aujourd’hui, le bouc émissaire, ce sont les Arabes. Demain, ce seront peut-être les Noirs ou les Chinois. Les Arabes, parce qu’ils portent encore une différence (leur nom, leur religion) mais aussi et surtout parce que la société française se rend compte qu’ils sont de moins en moins différents. Leur différence apparaît alors d’autant plus importante qu’elle est finalement de plus en plus résiduelle. […] Ainsi, plus les « étrangers » ressemblent aux Français, plus ils peuvent attirer la violence sur eux, comme les juifs allemands dans les années trente, qui n’avaient jamais été autant « allemands » et « menaçaient » alors de se confondre avec les « vrais Allemands ». Ce que le groupe majoritaire leur reprochait, c’était de trop leur ressembler !

Jacques Attali dit qu’en France, « les musulmans seraient coupables de tous les maux de la société française comme, dans la première partie du XXe siècle, les juifs étaient coupables de tous nos problèmes ». Les immigrés et donc particulièrement les Maghrébins et la société française sont donc dans une relation triple de violence fondamentale. D’une part, la progression du même au sein de la société d’accueil produit de la violence rejetée vers les immigrés institués en Autre, malgré leur dénégation : « on est des Français comme les autres ! » D’autre part, l’aspiration des immigrés à l’assimilation par la société d’accueil produit de la rivalité mimétique et donc de la violence de la part de la société d’accueil ainsi concurrencée par des « nouveaux », donc des « illégitimes » : « prouvez-nous encore que vous êtes français. » Enfin, la transition anthropologique produit de la violence symbolique qui perturbe profondément les comportements et les consciences. »

Voici, mes chers lecteurs, le genre de thèse qui a réussi à infilter au plus haut niveau le pouvoir politique en France, et est en passe de faire abjurer à la France son identité républicaine. Si vous souhaitez en savoir davantage sur ce club, sa page Wikipedia vous donnera un aperçu du gotha de la politique qui y a été reçu. Nous n’avons pas affaire à de simples amateurs, mais à des professionnels de très haute voltige. C’est la raison pour laquelle je continue de penser que les citoyens français, qui sont dans leur immense majorité des Républicains, doivent désormais devenir actifs et porter au sein de tous les partis politiques le combat de la défense des principes qui sculptent l’identité française.

____________________________

[1] Youssef Lahlali, « Une Marocaine place Beauvau », Libération Casablanca du 31 août 2006.

23:50 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags: dati, yade, club xxie siècle, el karoui, communautarisme |

12 décembre 2008

Allons enfants...

Les Français sont opposés à la discrimination positive, et pourtant « ceux d’en haut » veulent nous l’imposer, par tous les moyens. Ces derniers pensent même que la Constitution, qui est celle du peuple de France, leur appartient. Que signifie désormais la « démocratie » ? Et que signifie le terme « élite » quand l’élite ne guide plus, mais nous entraîne vers des lendemains porteurs de régression et de désespérance ?

Beaucoup d’entre vous m’écrivent pour évoquer le courage avec lequel je mène mon petit bonhomme de chemin, nageant à contre-courant, pour reprendre cette expression que vous utilisez dans vos courriels. C'est vrai que certains jours ne sont pas faciles, car il est très douloureux de lutter pour empêcher un suicide collectif. Et pourtant que de belles rencontres, que de force transmise à des hommes et des femmes qui partout se lèvent, ou s’apprêtent à se lever, pour se mettre en accord avec leur petite voix intérieure !

De tous temps, la France a su faire naître des enfants qui se sont levés pour elle lorsqu’elle s’est trouvée menacée. Nous y voilà de nouveau, et la France aura besoin de tous ses enfants pour briser les chaînes avec lesquelles on tente de l'asservir et de la soumettre.

Je suis très pressée de lire les conclusions du rapport de la commission Veil. Dans notre univers désormais pollué, y retrouver l’impératif de la défense des principes qui constituent le noyau de l’identité française représenterait en effet une salutaire bouffée d’oxygène. Mais il faudra, dans tous les cas, continuer de monter la garde, car le cheval de Troie du communautarisme est désormais introduit dans la maison France. C'est sur le terrain politique, donc avec l’aide de tous les citoyens, que nous parviendrons à le neutraliser, ou mieux, à le mettre hors d’état de nuire. Pour maximiser ses chances de réussite, ce combat devra être mené au sein de chaque formation politique.

10:42 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags: veil, démocratie, élite, communautarisme |

04 décembre 2008

Sale temps pour la République française

Nous traversons à nouveau une page d'histoire qui risque d'être bien sombre, car la pensée libre est bâillonnée au profit de tous ceux qui, par ignorance ou par calcul, oeuvrent à affaiblir notre pays. La France et les Français sont pris en otage avec la bénédiction de la presse ; cette presse qui se fait le porte-voix des diviseurs et des hommes politiques carriéristes qui, de crainte de rater un train, s'engouffrent dans celui du communautarisme ! Pas un jour ne passe sans que cette presse n'apporte son aide aux communautaristes, ceux pour qui la France doit être mise en accusation et se repentir. Les deux articles qui suivent en sont des exemples.

Pourtant, je peux vous assurer que nombreux sont les intellectuels, les chefs d'entreprise, les enseignants, les Français de toutes origines sociales, de toutes sensibilités politiques, qui en ont ASSEZ et n'attendent que l'occasion de se fédérer pour faire que la raison triomphe du populisme.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/12/04/appel-...

http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/12/04/apres-ed...

19:56 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags: communautarisme, repentance |

24 novembre 2008

Luc Ferry : « la discrimination positive est une catastrophe ! »

Le philosophe Luc Ferry, ancien ministre de l’Éducation nationale, membre de la commission Balladur sur la réforme des institutions, était l’invité du journal du matin de France Culture le 21 novembre dernier.

Il a tenu des propos très forts et des plus encourageants pour tous ceux qui continuent, malgré le parti pris des médias, de défendre la nécessité de mettre en échec les politiques qui travaillent à communautariser encore davantage la société française :

« Je crains quelque chose de pire. Le vrai risque aujourd’hui, c’est ce que j’appellerais la constitutionnalisation des communautarismes, de la fragmentation sociale. Je pense que la discrimination positive, l’effet Obama, va relancer cette affaire de discrimination positive. Là, il y a un vrai danger, parce que constitutionnaliser les communautés, ce qu’on appelle la “diversité” entre guillemets on reste dans le flou, on va en effet abandonner la tradition républicaine à laquelle je suis très attaché. Non pas parce qu’elle est française. Je m’en fous qu’elle soit française. Ce n’est pas le problème. S’il y avait une tradition française qui n’est pas bonne, bien il faudrait la changer. On avait la tradition française de ne pas donner le droit de vote aux femmes, on l’a changée. Bon, ce n’est pas parce que je suis Français que je suis attaché à l’idée républicaine. C’est parce que le principe républicain est à mon avis le seul qui permet véritablement l’intégration réussie et qui évite en effet la fragmentation sociale.

Quand je vois, nous, avec Olivier Duhamel, dans la commission présidée par Balladur de la réforme des institutions, nous avions refusé de nous occuper du préambule de la Constitution parce que nous savions en fait que derrière cette mission, il y avait la volonté d’introduire de la diversité, c’est à dire de la discrimination positive dans le préambule de la Constitution et nous ne voulions pas le faire, en tout cas majoritairement dans la commission. Nous ne voulions pas le faire et c’est pourquoi le Président de la République a nommé Madame Simone Veil pour justement tenter d’introduire cette fichue discrimination positive dans le droit français et je pense que c’est honnêtement une catastrophe ! »

21:49 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags: ferry, sarkozy, balladur, veil, discrimination positive, diversité, communautarisme |

15 mai 2008

Une pensée pour ce si cher Liban, et aussi pour l’Europe

Le Liban plonge à nouveau dans la guerre civile, traduction de la haine que se vouent désormais les différentes sensibilités en présence. Que dire de ce cher Liban, autrefois surnommé « la Suisse du Moyen-Orient » ? Il y a seulement quelques jours, je lisais des spécialistes exprimant la conviction que le Liban ne renouerait plus jamais avec les guerres fratricides : non, les Libanais avaient bien trop souffert pour s’y replonger ; ils avaient désormais compris que leur destin ne pouvait qu’être collectif. La grande naïveté de ces conclusions m’avait sidérée : je savais le contraire plus que probable, pour une multitude de raisons dont je ne citerai qu’une : toute la structure politique du Liban, toute l’organisation de sa société entretiennent, sur le terrain, le séparatisme des Libanais, le communautarisme. Comment, dans ces conditions, espérer faire naître, à moyen ou long terme, un sentiment d’unité des citoyens qui viendrait transcender toutes les autres dimensions, qui tiendrait à distance tout ce qui fournit prétexte à se regarder comme différents et à se déchirer ? C’est tout simplement impossible !

Dans Le puzzle de l’intégration, j’évoque le grand risque qu’encourrait la France à se « libaniser ». Or elle est à présent en voie de libanisation avancée, et les Français l’ont au demeurant déjà compris. Il faudrait véritablement être aveugle pour ne pas le percevoir, tant cette libanisation se conjugue désormais au quotidien. Au Liban, les tensions dévastatrices sont le fait de groupes qui appartiennent pourtant à la même ethnie, qui partagent le même passé. Qu’adviendra-t-il de la société française, alors que nous sommes dans un cas de figure autrement plus complexe ?

Nous disposions de quelques années seulement pour tenter de redresser la barre, quelques années pour tirer l’enseignement des erreurs passées et bâtir un projet de paix pour l’avenir. Or chaque jour nous apporte son lot d’errements politiques, qui nous coûteront à tous. Car il faut en prendre conscience, nul ne sortira vainqueur de l’irréparable ; le Liban et l’Algérie sont là pour en témoigner.

Il manque à notre classe politique un fil conducteur, un esprit de cohérence qui la mènerait vers la réalisation d’une véritable vision au service de l’intérêt général. Cette regrettable faiblesse n’est pas l’apanage de la France ; elle est malheureusement largement partagée par d’autres classes politiques à travers l’Europe. Signe des temps, et il n’y a là nul hasard, la majorité des élections qui se sont tenues en Europe ont donné le pouvoir à des candidats de droite, flirtant avec l’extrême droite. Le risque est là, bien présent, que les peuples européens, désormais trop inquiets pour réfléchir un tant soit peu, ne réinstallent le populisme en Europe. L’Histoire ne serait-elle finalement qu’un éternel recommencement ? L’Humanité aurait-elle donc régulièrement besoin de nuages sombres, puis de déluges, pour savoir apprécier à nouveau à leur juste valeur les bienfaits des rayons du soleil ? Qui sont finalement les plus fautifs dans tout cela ? Sont-ce les populistes qui excellent dans l’exploitation de la faiblesse de peuples rendus hagards par la peur de disparaître ? Ou sont-ce les sages qui n’ont pas su puiser en eux le courage de parler, et surtout de se lever à temps ?

Nous vivons à une époque où le père, le pouvoir politique, a perdu la raison. Non seulement le père ne protège plus ses enfants du pire, mais c’est lui qui leur en fait courir le risque ; celui d’une descente aux enfers. Après l’invitation à peine voilée faite au prêtre, au rabbin, à l’imam de venir s’immiscer dans l’espace public ; après l’alignement de la France sur les positions des adeptes de l’axe du bien et du mal pour départager les Hommes sur Terre ; après la lettre de mission envoyée à la commission Veil pour tenter de subdiviser, de manière officielle, le peuple français, voici l’Europe qui entre dans la danse macabre et demande à la France de transposer une directive qui a trait à la lutte contre les « discriminations ». Et l’impayable Nadine Morano de rappeler aux élus de la Nation encore habités de raison : « La Commission européenne nous a demandé très explicitement de reprendre sa définition des discriminations. Si le Parlement [français] retient une autre définition, la Commission n’hésitera pas à saisir la Cour de justice européenne, qui lui donne raison dans 95% des cas. »

L’Europe organise elle-même sa subdivision en victimes et bourreaux, creusant ainsi le lit du torrent de sang qui pourrait un jour inonder ses plaines. La Saint-Barthélemy est un souvenir à présent trop fugace pour nous rappeler la fragilité du lien de cohésion. William Shakespeare ne conseillait-il pas d’« abandonner ceux qui s’abandonnent eux-mêmes » ? Oui, mais les peuples européens ont-ils jamais souhaité s’abandonner ? N’est-ce pas plutôt le pouvoir politique qui, sans le savoir bien sûr, et sans le vouloir, les conduit au sacrifice ?

Le 6 mai dernier, lors d’un débat à l’université de Paris-Dauphine, l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin a tenu les propos suivants : « La politique, c’est le lieu et le moyen d’accompagner un peuple pour le destin qu’il s’est choisi. » C’est là où le bât blesse, car, à n’en point douter, ni le peuple français, ni les autres peuples européens n’ont choisi le destin qui leur est fait. C’est cette méprise qui toujours conduit aux révolutions : un peuple qui prend conscience d’avoir été dessaisi du choix de son destin tente de le reprendre en main.

Rêvons donc que le père, le pouvoir politique, se ressaisisse ! La France doit à nouveau montrer le chemin. Elle doit ouvrir la voie.

14:05 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags: liban, sarkozy, morano, villepin, europe, discriminations, communautarisme |

11 avril 2007

Une discrimination positive à la française ?

Existerait-il une « discrimination positive à la française », qui serait différente de la discrimination positive américaine ?

Dans le Monde daté du 11 avril dernier, on pouvait lire :

« En présence ou non de Nicolas Sarkozy, les secrétaires nationaux, conseillers exécutifs ou simples adhérents de l’UMP, issus des minorités et réunis au sein du Cercle de la diversité républicaine de ce même parti, entendent ouvrir le débat présidentiel sur la diversité. "M. Sarkozy est précurseur sur le thème de la discrimination positive. Nous avons voulu donner corps à ce principe en le déclinant en mesures concrètes", explique Yves Jégo, secrétaire national aux nouvelles adhésions, à l’origine de la création en septembre 2006 de ce Cercle de la diversité au sein de l’UMP.

En introduction, les auteurs du Livre blanc prennent soin de distinguer la "discrimination positive à la française" qu’ils veulent promouvoir, fondée sur une base territoriale, et la reconnaissance du mérite "quelle que soit la couleur de peau" de "l’affirmative action" américaine s’appuyant sur des critères raciaux ou ethniques. Cela ne les empêche pas d’appeler à la mise en place de statistiques fondées "sur les catégories retenues dans la vie ordinaire, c’est-à-dire les Blancs, les Noirs, les Asiatiques". Des statistiques ethniques en somme, qu’ils se gardent de nommer comme telles, mais qui permettraient, selon eux, de mesurer l’état des discriminations dans la société française et ainsi d’avancer. »[1]

À la question « Existerait-il une discrimination positive à la française qui serait différente de la discrimination positive américaine ? », la réponse est donc : NON, il n’y a strictement aucune différence entre la discrimination positive que l’on tente actuellement de rebaptiser, sous nos cieux, « à la française », et la discrimination positive américaine. Comme l’a justement souligné sur son blog Dominique Strauss-Kahn, qui est lui aussi favorable à l’importation de cette politique, le critère géographique est véritablement un leurre, qui permet, sans affronter le peuple français attaché à ses valeurs républicaines, de cibler directement des personnes originaires d’Afrique noire ou du Maghreb.

À ce sujet, Daniel Sabbagh, chargé de recherches au CERI (Centre d’Études et de Recherches Internationales), précise : « On observe actuellement une réelle convergence, tant au niveau des arguments mobilisés pour justifier les politiques — la rhétorique de la “diversité”, par exemple, est directement importée des États-Unis — que des politiques elles-mêmes. »[2]

Toujours dans le Monde daté du 11 avril : « Ainsi, en matière d’emploi, le Cercle préconise-t-il, par exemple, de transposer les aides consacrées aux zones franches aux personnes qui y résident : une entreprise de centre-ville qui recruterait une personne issue de zone urbaine sensible (ZUS) pourrait se voir exonérée de charges sociales pendant un an ou deux. En matière d’éducation, le Cercle appelle à transformer en politique publique généralisée les dispositifs de soutien scolaire et d’accès spécifiques aux grandes écoles pour les meilleurs élèves issus des quartiers difficiles. »[1]

Lors de ses États généraux du 7 mars dernier, le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) a quant à lui affirmé : « À des problèmes de discrimination fondés sur la couleur de la peau, nous devons apporter des solutions basés sur la couleur de la peau. » Entre autres mesures, il réclame « l’attribution préférentielle des marchés publics aux entreprises dirigées par des minorités ou embauchant plus de 50% de personnels issus des minorités ».[3]

Le 31 août 2006, Rachida Dati, aujourd’hui porte-parole de Nicolas Sarkozy, déclarait, dans un entretien au journal Libération de Casablanca: « Je me sers de mon carnet d’adresses. J’aide aussi des Marocains résidant en France à régler certains problèmes. J’ai créé le Club XXIe siècle avec des personnes d’origine maghrébine qui aident les gens de très haut niveau à être visibles dans la société française. »[4]

La France doit-elle demeurer une communauté nationale, ou doit-elle se transformer en société multiculturelle où chaque groupe travaille à faire « monter » les siens ? Les « Blancs » devront-ils un jour, eux aussi, se constituer en groupe pour veiller sur leurs intérêts ? La question est extrêmement grave, car c’est sa réponse qui dessinera la société française de demain.

Savez-vous quelle est la conséquence, aux États-Unis, de la mise en œuvre de la discrimination positive ? Je cède la parole à Daniel Sabbagh : « Bien entendu, à cet accroissement du nombre de bénéficiaires potentiels [de la discrimination positive] correspond symétriquement une augmentation du nombre des individus blancs de sexe masculin qui risquent de se voir priver de l’accès à des positions désirées. »[5]

C’est à l’instauration d’une nouvelle forme d’insécurité à laquelle nous assisterons donc : aucun Français d’origine européenne n’acceptera jamais d’être privé de l’accès à des positions désirées pour la simple raison qu’il est Blanc, et donc pas de la « bonne couleur » au regard de la discrimination positive. Comme vous le conclurez par vous-mêmes, l’application de cette politique ne nous apportera pas la paix sociale, mais entraînera de sérieuses perturbations dans notre pays.

Aujourd’hui, les partisans de la discrimination positive ont compris qu’il leur fallait avancer masqués, car les Français, de droite comme de gauche, rejettent dans leur grande majorité cette politique inégalitaire. Qu’à cela ne tienne, ses partisans ont trouvé un nouveau cheval de Troie avec l’introduction du comptage ethnique et racial dans notre société. Ils savent que dès que la France aura mis en place ce comptage, elle sera alors administrativement prête à mettre en œuvre la discrimination positive. La raison qu’ils invoquent pour justifier ce catalogage des individus ? Sans cet « outil » (qui rappelle de mauvais souvenirs aux Français), il ne serait, selon eux, pas possible de statuer sur l’efficacité des politiques publiques déjà déployées. Louis Schweitzer, président de la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité), s’y oppose pour sa part fermement.

Il est évident que le comptage ethnique et racial doit être vigoureusement rejeté par tous, car c’est la première marche, et elle est décisive, vers la communautarisation de la France. Si elle est mise en place, nous ne pourrons alors faire marche arrière, car tous ceux qui ont un intérêt à diviser la France ne reculeront jamais plus ! Veillons à ne pas introduire le ver dans le fruit. C’est l’unité de la France qui fait sa force !

____________________________

[1] Laetitia Van Eeckhout, « Les "minorités visibles" de l’UMP entendent ouvrir le débat sur la diversité », Le Monde daté du 11 avril 2007.

[2] Daniel Sabbagh, « Sur la discrimination positive, il y a convergence entre les États-Unis et la France », Le Monde daté du 25 février 2006.

[3] Laetitia Van Eeckhout, « Les candidats accusés d’éluder la question de la diversité », Le Monde daté du 8 avril 2007.

[4] Youssef Lahlali, « Une Marocaine Place Beauvau », Libération Casablanca, 31 août 2006.

[5] Daniel Sabbagh, « La tentation de l’opacité: le juge américain et l’affirmative action dans l’enseignement supérieur », revue Pouvoirs n°111 « Discrimination positive », Seuil.

12:50 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags: discrimination positive, dati, comptage ethnique, communautarisme, politique |