Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 mai 2012

S’élever au-dessus des intérêts partisans

Mes chers lecteurs, à une poignée d’heures de la supension de ce blog, je souhaiterais vous rappeler ce que j’ai déjà écrit à plusieurs reprises, à savoir qu’il est nécessaire, à chaque élection qui se présente, de réfléchir non pas en termes de partis politiques mais en terme d’élus potentiels, de leurs projets et aussi des équipes qui les entourent et les soutiennent. C’est pourquoi « la cuisine partisane doit être délaissée au plus vite au profit d’une élévation au-dessus des intérêts partisans et des clivages traditionnels [1] ». Pour les sujets qui nous ont rassemblés ici, y compris celui de l’école ô combien décisif pour l’avenir de la nation, la ligne de démarcation ne passe plus entre les partis politiques, mais à l’intérieur de chaque parti.

Cela signifie qu’il faut s’évertuer à soutenir chaque idée ou proposition bénéfique pour la France, même si l’élu qui la présente n’appartient pas au parti politique dont vous pouvez vous sentir le plus proche. Cela signifie aussi qu’il faut combattre, ne serait-ce qu’au travers des courriers que vous adresserez aux députés prochainement élus, toute proposition de loi qui pourrait se révéler nocive pour la cohésion nationale. Dans une époque de grandes incertitudes, la composition de la future Assemblée Nationale sera cruciale. Malgré les apparences et les discours, le nouveau Président n’a pas nécessairement intérêt à voir s’installer à l’Assemblée une majorité absolue de gauche dont il pourrait rapidement devenir l’otage. Nombre des sujets qu’il faudra aborder et traiter engageront directement la cohésion sociale et nationale de notre pays. Sur des thèmes qui engagent le destin de la France, mieux vaut pour les Français une Assemblée Nationale astreinte au débat démocratique sur chaque texte de loi, plutôt qu’une Assemblée moutonnière à l’unisson de laquelle bêlerait de surcroît le Sénat.

Gardez-vous également de devenir otages d’appareils politiques qui exploitent le sentiment légitime d’indignation des citoyens. Ces partis finissent toujours par se rejoindre dans un rejet partagé de la liberté de pensée et de jugement sans laquelle nulle démocratie et nulle coexistence sereine ne peuvent perdurer. Le mode opératoire de ces partis est facile à identifier. Il est toujours le même, et s’appuie sur le culte d’un chef unique qui épouse, pour la foule des adeptes, les traits du gourou dont toute critique devient rapidement intolérable aux yeux de ses propres fidèles. Or, sans esprit critique, il ne peut y avoir de démocratie. Cela me fait penser aux travaux de Sigmund Freud, et en particulier à sa Psychologie des masses et analyse du moi, qui éclairent aussi bien le fonctionnement interne des groupes issus de l’immigration extra-européenne qui ignorent la liberté individuelle, que celui de mouvements politiques qui se caractérisent par la glorification d’un guide suprême. J’ai pu le mesurer au travers de l’avalanche de commentaires que j’ai pu recevoir et que je ne posterai pas, tant leurs contenus témoignent de la mise sous tutelle de l’esprit de raison de leurs auteurs et de leur embrigadement.

Pour le Général de Gaulle, « La France, c’est tout à la fois, c’est tous les Français. C’est pas la gauche, la France ! C’est pas la droite, la France ! (…) Prétendre faire la France avec une fraction, c’est une erreur grave, et prétendre représenter la France au nom d’une fraction, cela c’est une erreur nationale impardonnable.[2] » Les Français refusent de plus en plus un clivage inscrit dans le marbre selon les contours des partis politiques, et c’est tant mieux, avec un bémol toutefois pour ceux qui sont encartés – ce qui n’est pas mon cas –, qui peuvent se sentir parfois tenus à une ligne de conduite et de pensée établie par un appareil politique, même s’ils n’y adhèrent pas totalement. « Alexis de Tocqueville aurait sans doute refusé de placer sur un pied d’égalité Rembrandt et Baselitz ou Mozart et le rappeur Eminem. Car, toujours fidèle à son inspiration critique, Tocqueville refuse l’idée d’approuver sans juger. Il n’accepte pas que l’être et le devoir-être doivent nécessairement se recouvrir ; que ce qui est soit tenu comme forcément acceptable, voire admirable du seul fait qu’il est ; que le monde des faits et le monde des valeurs coïncident. Le non-conformisme lui paraît au contraire comme une posture indispensable pour l’observateur qui entend contribuer à la compréhension du monde. [3] »

Pour finir, je voudrais remercier chaleureusement tous ceux de mes lecteurs qui ont su faire l’effort de la réflexion chaque fois que mon analyse divergeait de leur opinion pré-établie, et qui ont refusé la facilité de l’invective et de l’anathème. Internet a tendance à devenir le lieu de prédilection des réactions épidermiques. Cela ne correspond pas à mon mode de fonctionnement, loin s’en faut. Ma décision de suspendre mon blog a été prise bien avant l’élection présidentielle. J’ai besoin de faire une coupure. Reviendrai-je un jour ? Pour l’heure je ne le sais pas, et je ne souhaite pas tirer des plans sur la comète.

____________________________

[1] Malika Sorel, Intégration : le devoir de vérité, entretien avec Marcel Gauchet, Le débat n°166, septembre-octobre 2011. ↩

[2] Général de Gaulle, interview radiotélévisée du 15 décembre 1965. ↩

[3] Raymond Boudon, « Tocqueville aujourd’hui », Odile Jacob, mai 2005. ↩

10:12 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags: de gaulle, tocqueville, boudon, assemblée nationale, sénat, nation |

17 février 2012

Un véritable scandale d’État !

Dans son commentaire, Lisa2 aborde une question sur laquelle j’avais déjà eu l’occasion de réagir mais qui mérite grandement que l’on y revienne. Lisa2, au sujet de Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole de François Hollande : « Pourquoi cache-t-elle à l’opinion publique qu’elle mène de front deux carrières politiques, une en France et une au Maroc ? »

Voici ce que j’ai déjà publié à ce sujet :

  • « Le 21 décembre 2007, le Roi du Maroc installait le Conseil de la Communauté marocaine à l’étranger (CCME). Parmi les missions qu’il assigne à ses membres, figure celle d’œuvrer à “l’essor de leur mère patrie, au renforcement de son rayonnement international”. Quoi de plus naturel pour des citoyens marocains, me direz-vous ? Bien sûr, sauf que parmi les membres de ce conseil figurent des personnalités très actives au sein de structure nationales françaises à caractère politique. Je vous laisse juges :
    - Najat Belkacem, membre du cabinet du maire de Lyon et porte-parole de la candidate Ségolène Royal aux dernières élections présidentielles (…)
     »
  • « Laissons la parole à Rachida Dati : “Je me sers de mon carnet d’adresses. J’aide aussi des Marocains résidant en France à régler certains problèmes. J’ai créé le Club XXIe siècle avec des personnes d’origine maghrébine qui aident les gens de très haut niveau à être visibles dans la société française” ; “Mon rapport avec le Maroc est constant et permanent (…) Je suis toujours allée au Maroc en disant “on est votre première vitrine”. Peut-être considèrent-ils qu’on n’est pas assez malléables. C’est dommage, ils [les pouvoirs politiques marocains, NDLA] se privent d’une vraie représentation” ; “Moi, je donne pour le Maroc, j’aimerais aussi un peu de retour. J’ai toujours entendu dire au plus haut niveau de l’État [marocain, NDLA] qu’on était les bienvenus et qu’on était des Marocains. Tant que ce discours ne sera pas contredit, je continuerai à me battre pour mettre le pied dans la porte de ce pays”. »
  • Au sujet de Rama Yade, qui fait désormais partie de l’entourage de Jean-Louis Borloo :
    « À la question “Et vous servez la France plutôt que le Sénégal. Vous sentez-vous plus Française que Sénégalaise ou vice-versa ?”, Rama Yade ne répond pas qu’elle est Française, et qu’en tant que Secrétaire d’État, elle sert la France ; voici sa réponse :
    “Je me sens moi-même et puis c’est tout. Je suis fidèle à moi-même. Je vais là où le vent m’emporte. Le reste, ce ne sont que des mots.”
    À la question “Pensez-vous un jour pouvoir servir le Sénégal ?”, la Secrétaire d’État de la République française répond :
    “Si le président Wade m’appelle parmi les jeunes talents qui l’entourent, pourquoi pas ?”
     »
  • Je vous avais également évoqué une nomination par le Président de la République, au sein même de l’Élysée, donc au cœur de l’État, nomination qui avait d’ailleurs, je le sais, choqué bien des conseillers dans des institutions, ministères et y compris à l'Élysée. Il s’agissait de la fonction de conseiller à l’intégration, attribuée à Abderrahmane Dahmane, cofondateur et vice-président du Conseil supérieur représentatif des musulmans de France et soutien de la campagne du président Bouteflika.

Pouvez-vous imaginer un seul instant le Général de Gaulle mettre le pied à l’étrier à des personnes disant œuvrer, ou souhaitant le faire, aux intérêts de pays étrangers, et leur permettre d’accéder à des postes de responsabilité politique dans notre pays ainsi qu’à des informations parfois stratégiques ? Il appartient aux citoyens de relayer ces informations et surtout de mettre la pression, ne serait-ce qu’au travers de la Toile, sur les hommes et femmes politiques qui se permettent de telles légèretés et de tels actes d’irresponsabilité. Sur ce sujet, les premiers responsables et coupables ne sont pas les Dati, Yade, Dahmane ou Vallaud-Belkacem, qui ne font que tirer parti d’une situation qui leur est offerte, mais bien, entre autres, les Nicolas Sarkozy ou François Hollande qui leur offrent la possibilité de le faire. Ces derniers ont l’urgente obligation morale de réagir, et surtout d’agir.

Extrait du Puzzle de l’intégration (avril 2007) :

« Considérons-nous qu’il est indispensable, pour préserver l’indépendance de décision politique, et aussi pour la défense de l’intérêt général, que tous ceux qui appartiennent au premier cercle des conseillers de nos femmes et hommes politiques soient entièrement guidés par l’intérêt de tous les Français, sans aucune préférence liée à leur origine ethnique ou raciale ? C’est une question que j’estime essentielle et sur laquelle il nous faut statuer, car elle se pose déjà et se posera de plus en plus avec le temps. Pour ma part, je ne trouve pas très sain que des proches conseillers du pouvoir politique de notre pays, la France, s’affirment et se reconnaissent comme “une représentation” ou “la première vitrine” d’un pays étranger quel qu’il soit.

La question des conseillers qui entourent nos décideurs politiques doit nous amener à méditer sur notre degré d’attachement à l’indépendance de décision de la France, que ce soit dans sa politique intérieure ou dans sa politique étrangère, politiques qui au demeurant sont parfois fortement imbriquées. Cette question aurait été la même si elle avait impliqué d’autres pays, et même des partenaires proches. Ainsi, le peuple français est très réticent à ce que ses gouvernants puissent présenter des signes d’allégeance trop marquée aux États-Unis d’Amérique. L’histoire de la dernière guerre d’Irak a montré combien le refus de nos dirigeants de s’aligner systématiquement et inconditionnellement sur les décisions d’autres pays, fussent-ils parmi nos plus importants alliés, était la voie qu’il fallait continuer de privilégier. C’est cette fidélité à son idéal d’indépendance de décision qui a permis à la France de se tenir à l’écart d’une guerre que le peuple américain regrette aujourd’hui amèrement. Cette sagesse politique de la France participe de la grandeur de notre pays. Dans une époque de grandes tensions géopolitiques, nos alliés historiques ont plus besoin d’une France forte que d’un vassal ou d’une amitié teintée de servitude (…)  »

11:14 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags: de gaulle, hollande, sarkozy, borloo, dati, yade, vallaud-belkacem, dahmane |

18 juin 2011

Qualités du chef - Principes et méthodes du commandement

18-juin.jpg

« Mettre les moyens en œuvre, c’est-à-dire discerner le but à atteindre grâce à eux, les orienter de façon à y parvenir, les conduire et les coordonner dans leur action, c’est le rôle des chefs. Rien ne peut les remplacer. Rien ne peut faire que les moyens s’orientent, se lient, se mettent en œuvre par eux-mêmes. Il n’y a pas d’exemple dans l’histoire des sociétés humaines qu’une entreprise de guerre ou de paix ait duré ou même existé “sans que des hommes fussent élevés au-dessus des autres pour la conduire”. Et l’humanité est si bien consciente du rôle joué par les chefs, elle connaît tellement la vanité de tous les efforts, l’inanité de tous les moyens s’ils ne sont pas commandés, qu’elle a inventé la Gloire pour payer ceux qui réussissent et qu’elle leur donne ainsi largement la plus belle récompense qui puisse être : vivre dans la mémoire des hommes !

Voilà pourquoi, messieurs, si l’on peut dire que la préparation à la guerre, but unique de l’activité de toute armée en temps de paix, est la préparation des moyens, on peut dire avec tout autant de justesse qu’elle est la préparation des chefs. Elle se heurte pour y parvenir à deux difficultés capitales dont il convient de dire un mot.

La première est de recruter, de discerner les chefs. Les entreprises de paix, les industries par exemple, n’ont point de difficulté à y parvenir, car elles sont, par la concurrence, en état de lutte perpétuelle et d’autre part la volonté des entrepreneurs ou des actionnaires de gagner le plus d’argent possible les pousse continuellement à rechercher le chef qui obtiendra les meilleurs résultats avec les moyens donnés. Mais l’armée du temps de paix travaille en quelque sorte à vide et, quand la paix se prolonge, les peuples sont très enclins à la croire éternelle parce qu’ils le désirent, ils n’apportent plus l’attention voulue à discerner et à appuyer parmi les chefs ceux qui sont le mieux doués pour commander. […] »

____________________________

Extrait d’une des conférences prononcées par Charles de Gaulle comme instructeur à l’École de guerre (1925-1927). Le texte intégral de ses conférences a été publié dans « Lettres, notes et carnets, 1919 - juin 1940 », Plon, 1980.

00:18 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags: de gaulle, 18 juin |

09 novembre 2010

Hommage au Général de Gaulle

Georges Pompidou, le 10 novembre 1970 : « Il a donné à la France actuelle ses institutions, son indépendance, sa place dans le monde […] Mesurons les devoirs que nous impose la reconnaissance. Promettons à la France de n’être pas indignes des leçons qui nous ont été dispensées et que, dans l’âme nationale, de Gaulle vive éternellement. »

 

Charles de Gaulle

 

Charles de Gaulle, dans ses Mémoires de guerre : « La nation n’admettrait pas, dans la situation où elle se trouve, que cette unité soit rompue. La nation sait bien qu’il lui faut, pour vaincre, pour se reconstruire, pour être grande, avoir avec elle tous ses enfants. La nation sait bien que ses fils et ses filles, tous ses fils et toutes ses filles, – hormis quelques malheureux traîtres qui se sont livrés à l’ennemi et qui connaissent ou connaîtront la rigueur des lois, – oui ! que tous les fils et toutes les filles de France doivent marcher vers les buts de la France, fraternellement, la main dans la main. Vive la France ! »

 

Croix de Lorraine

Puisque tout recommence toujours, ce que j’ai fait sera,
tôt ou tard, source d’ardeurs nouvelles

Charles de Gaulle

00:00 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags: de gaulle, identité, france, nation |

18 juin 2010

Hommage à Charles de Gaulle, héros national

De Gaulle appartient à toutes et à tous

par Pierre Mazeaud, président de la Fondation Charles de Gaulle
Publié dans le journal le Monde.

Soixante-dix ans déjà. Seuls les plus anciens se souviennent de cet instant où une voix s’adressait à la France. Les manifestations de cette année doivent appeler l’attention des jeunes générations sur cette date qui doit rester dans l’histoire.

Parlant à la BBC ce 18 juin 1940, de Gaulle accomplit là un geste exceptionnel, affirmant que la France vaincue ne doit pas perdre l’honneur et appelant les Français à le suivre.

Certes depuis les victoires sur la Somme, le Général avait pris la décision de poursuivre le combat dans un réduit breton, dans l’Empire si nécessaire. Mais qu’est-il cet ancien sous-secrétaire d’État à la défense apprenant le 16 juin au soir à Bordeaux la démission du gouvernement Reynaud, l’arrivée de Pétain, défaitiste et déjà collaborateur ? Il n’est rien, il est seul.

Pourtant, doté d’une volonté d’autant plus surhumaine que les circonstances sont dramatiques, servi par une intuition qui ne lui fera jamais défaut, il décide de continuer la lutte, regrettant en lui-même que les états-majors l’aient toujours rejeté alors qu’il avait raison. La percée dans les Ardennes des chars de Guderian venait d’en apporter la preuve.

Ce geste de refus, dire “non”, c’est affirmer que l’honneur doit être le seul mobile, que l’homme ne doit s’appuyer que sur ses convictions, même avec intransigeance.

Ce premier discours, cet appel du 18 juin avec le seul soutien de Churchill, va conduire à la France libre, à la Résistance, finalement au 8 mai 1945, la victoire, donc le maintien de notre pays dans l’honneur.

Cette victoire, de Gaulle y croyait. Il le savait. Déjà, fin juin 1940, préconisait-il l’entrée des États-Unis dans le conflit, l’inévitable fin de l’alliance entre Staline et Hitler. Cette force de conviction, ce rejet de toute résignation est la marque fondamentale de l’Appel.

C’est un geste révolutionnaire, c’est la certitude de ne voir qu’espérance dans l’avenir, c’est le sursaut de Valmy, quel que soit le lourd tribut, même en vies humaines, comme ce fut hélas le cas en France, en Libye, en Tunisie, en Italie et ce jusqu’en Allemagne.

IL ÉTAIT PROFONDÉMENT RÉPUBLICAIN

Il est sans doute encore des nostalgiques de Vichy, même quelques historiens pour nous dire qu’en 1940 de Gaulle n’avait aucune légitimité, ou encore quelques enseignants pour refuser l’étude des Mémoires de Guerre. Mais cette légitimité, ne l’a-t-il pas gagnée avec le refus de la défaite, de l’armistice, de la trahison et par cette épopée que conduiront aussi bien Leclerc, de Lattre que Moulin, jusqu’à être reconnu par l’ensemble des nations opposées au nazisme ?

Seul, en effet, il ne l’était plus au lendemain du 18 juin ; il avait su rassembler sous la croix de Lorraine tous les volontaires épris de liberté. Cohorte au début, ses tous premiers compagnons qui surent comme lui dire “non” et le rejoignirent à Londres, bientôt véritable armée dont l’héroïsme, de Koufra à Strasbourg, conduira notre pays à la signature de la fin du conflit à Berlin aux côtés des Alliés.

Laissons ceux qui, tout en reconnaissant l’intervention de Londres comme élément essentiel de l’Histoire, rejettent cependant l’écrivain des Mémoires de Guerre alors qu’il est en réalité l’un des grands auteurs classiques, un mémorialiste soucieux avant tout de la langue, de la phrase la plus élaborée pour ne dire que l’essentiel.

Ce que je retiens de cet appel c’est avant tout l’espérance, dans la volonté de ne jamais renoncer quelles que soient les difficultés présentes. Et l’exemple du Général est bien de ne jamais perdre espoir dans la fidélité à ses seules convictions, même si l’on est seul.

Puissent les jeunes générations retenir cet exemple.

Puissent ceux qui ont des responsabilités et particulièrement les hommes politiques ne voir dans leurs décisions que l’intérêt général, celui des valeurs de la République, puissent-ils toujours faire preuve d’indépendance, et savoir eux aussi dire “non”.

De Gaulle appartient à toutes et à tous ; entré dans l’histoire, il a démontré combien l’honneur était le seul idéal, combien la liberté devait être défendue envers et contre tout. Il était profondément républicain.

Pierre Mazeaud, président de la Fondation Charles de Gaulle

__________________

Il est 18 heures, le Général de Gaulle arrive dans les locaux de la BBC pour enregistrer l’appel du 18 juin. Un technicien de la radio lui demande de dire quelques mots pour procéder à un essai de voix. De Gaulle répond : “la France”.

En ce jour anniversaire de l’appel du 18 juin, ayons également une pensée pour Sir Winston Leonard Spencer-Churchill, qui a joué un très grand rôle en reconnaissant le Général de Gaulle : “Vous êtes seul ? Eh bien, je vous reconnais tout seul !”, lui lança-t-il le 27 juin 1940.

00:00 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags: de gaulle |

10 novembre 2009

1940 : un autre 11 novembre…

À la veille de la célébration de l’armistice qui a mis fin à la première guerre mondiale, je vous propose aujourd’hui de repenser très fort à l’une des recommandations les plus importantes qu’Ernest Renan ait pu nous faire, et surtout de la mettre en pratique : « Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime ; les ancêtres nous ont faits ce que nous sommes. Un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire (j’entends de la véritable), voilà le capital social sur lequel on assied une idée nationale. »

En ces temps où notre pays se trouve maltraité, les Français doivent replonger dans leur histoire, non pour la contempler passivement, mais bien au contraire pour y puiser le courage d’agir enfin et de porter secours à la France, comme d’autres ont su le faire avant eux. Car la nation, comme nous l’a si bien enseigné Renan, c’est un héritage qu’il convient d’honorer, mais c’est aussi la volonté de s’engager à le perpétuer.

Dans le livre qu’il vient de publier, 1940 : un autre 11 novembre, Maxime Tandonnet, haut fonctionnaire, amoureux de la France et actuellement conseiller Immigration et Intégration du Président de la République, nous rappelle un fait de gloire accompli par de jeunes Français. Ils étaient étudiants ou lycéens et surent, un certain 11 novembre 1940, surmonter la frayeur et l’épouvante qu’inspirait le bruit des bottes pour aller crier « vive la France » dans les rues de Paris, et s’insurger contre l’interdiction de célébrer le 11 novembre 1918.

La lecture de ce remarquable ouvrage remplit d’espérance, et nous fait comprendre à quel point ce qu’exige aujourd’hui de nous le devoir de la France, est en vérité bien peu de chose. Bien d’autres ont su, avant nous, relever des défis qui semblaient à leur époque autrement redoutables. C’est grâce à leur engagement, grâce à leur dévouement, que la France continue d’exister. « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. » (Sénèque)

Il faut lire 1940 : un autre 11 novembre, sans oublier surtout de le faire lire aux jeunes générations, car les Français, tous les Français, doivent se réapproprier la conviction selon laquelle rien ne peut résister longtemps à la volonté d’un peuple.

1940.jpg« Automne 1940 : la France est au fond de l’abîme. Elle vient de subir l’un des plus effroyables désastres militaires de son histoire. Le 14 juin, la Wehrmacht a pénétré dans Paris et le vainqueur a fait parader ses troupes sur les Champs-Élysées. La ville, assiégée, prend le visage de la défaite.

Pourtant, un vent de fronde souffle au Quartier Latin et dans les lycées. Depuis la réouverture de la Sorbonne, les lancers d’œufs pourris et la distribution de tracts répondent à la présence allemande jusque dans l’université. Puis, subitement, c’est la mobilisation spontanée des étudiants et lycéens de Paris, qui s’insurgent contre l’interdiction de célébrer le 11 novembre. »

« Le 11 novembre 1940, trois mille jeunes filles et garçons remontent les Champs-Élysées, se rassemblent devant l’Arc de triomphe pour commémorer la Victoire de 1918 et entonnent La Marseillaise, défiant ainsi l’armée d’occupation d’Hitler. L’intervention de la Wehrmacht et la répression qui s’ensuit sont impitoyables : quinze blessés, un millier d’interpellations, cent vingt-trois arrestations, surtout de jeunes lycéens emprisonnés et martyrisés. Cet acte de résistance constitue, au dire même du général de Gaulle, la première réponse de la France à l’appel du 18 juin. De fait, les conséquences furent considérables, marquant la rupture entre le régime de Vichy et une partie de l’opinion publique, qui tourna désormais ses espoirs vers la France libre. Cet événement, qui aurait dû entrer dans la légende nationale, a quasiment sombré dans l’oubli. Il est temps de le redécouvrir. »

10:17 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags: tandonnet, résistance, de gaulle, renan, nation, identité |

03 janvier 2009

C'est pas la gauche, la France ! C'est pas la droite, la France !

Cher Ndjocka,

Vous voyez, je vais jusqu’à publier une réponse pour vous, et vous souhaite par la même occasion la bienvenue au royaume de la « liberté de pensée et de jugement » de mon frère d’âme Marc Bloch ; mon frère qui me manque et que j’aurais aimé rencontrer, tant je me retrouve en lui.

Votre deuxième commentaire, cher Ndjocka, étant parsemé de ce que je considère comme étant des insultes et parfois même des vulgarités à l’égard d’autres lecteurs de ce blog, je ne le publierai point. Quant à la lecture de mon ouvrage en vous pinçant le nez : de grâce, épargnez-vous, en ces temps de nouvelle année propices aux bonnes résolutions, et consacrez plutôt ce temps à donner aux autres de la chaleur humaine. Je crois en le sourire et la main tendue aux autres, bien davantage qu’en la hargne envers ceux qui sont différents : « Dans ma civilisation, celui qui diffère de moi, loin de me léser, m’enrichit ». Mais encore faudrait-il être disposé à vouloir s’enrichir. Là est l’un des plus gros et dangereux défis que la France devra réussir à relever au sujet des enfants issus de l’immigration qui crachent sur le contenu des programmes scolaires. J’ai co-dirigé un groupe de travail sur l’école et l’insertion dans le monde économique. Ce n’est pas à moi que l’on viendra raconter des fadaises au sujet de l’échec scolaire, puis social, des enfants de l’immigration. Les fadaises, ça fonctionne seulement avec les notables de la politique et des médias qui ne voient le monde que depuis leurs confortables fauteuils…

Pour ce qui est de l’Afrique, j’ai le regret de vous dire que les nombreux excellents élèves d’Afrique qui avaient eu la chance de venir s’asseoir sur les bancs des universités algériennes, grâce au gouvernement algérien, ne partageaient pas votre opinion quant à l’origine de leurs malheurs ; mais alors, pas du tout. Selon leurs vécus, ce n’était pas vers le passé de la France qu’il fallait se tourner pour rechercher la responsabilité de leur misère, mais du côté de leur propre pays et classe dirigeante, ainsi que du côté de toutes leurs élites qui, au lieu de se battre pour faire évoluer leur propre société, préféraient aller vivre sous des cieux plus cléments qui leur offraient du matériel consommable à très court terme. Que serait la France si ses élites intellectuelles et économiques avaient autrefois préféré partir vers l’Amérique plutôt que de préparer le peuple à se relever et à se tenir debout ? En Algérie, les immenses fortunes qui s’étaient faites en quelques mois ou petites années (cherchez l’erreur), préféraient aller s’investir en Europe. Ouvrez les yeux, vous en trouverez, et même de très connues à Paris même. Ces personnalités qui viennent aujourd’hui donner des leçons de morale aux Français, et leur dire qu’il est hors de question pour leurs enfants d’accepter d’apprendre à l’école que leurs ancêtres étaient des Gaulois, et qu’il faut, pour eux, rétablir les privilèges à la naissance, rebaptisés pour l’occasion « volontarisme républicain » ou « égalité réelle ».

La révolution douce est désormais en marche. Le train a déjà quitté la gare. Vous serez tous étonnés et heureux de réaliser combien la mémoire collective des Français est encore vive, car « La France, c’est tout à la fois, c’est tous les Français. C’est pas la gauche, la France ! C’est pas la droite, la France ! Naturellement, les Français comme de tout temps, ressentent en eux des courants… Prétendre faire la France avec une fraction, c’est une erreur grave, et prétendre représenter la France au nom d’une fraction, cela c’est une erreur nationale impardonnable. » (interview radiotélévisée du Général de Gaulle du 15 décembre 1965).

Merci à tous nos grands hommes passés, présents et à venir !

10:32 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags: intégration, de gaulle |

21 février 2008

La France est-elle en danger ?

Ma réponse est OUI, et c’est au demeurant ce que j’ai exprimé tout au long du Puzzle de l’intégration. C’est même la raison principale de l’écriture de cet essai ; ne jamais me reprocher d’avoir tu ce qui devait être dit. Face aux menaces qui pèsent sur la France, chacun de nous risque de se trouver un jour confronté à l’examen de sa propre conscience.

Le 14 février dernier, dix-sept personnalités politiques, dont l’ancien Chef de cabinet du Général de Gaulle, Pierre Lefranc, ont signé un appel à la vigilance républicaine. Loin d’arborer la même couleur sur notre échiquier politique, ces personnalités exprimaient une même inquiétude : que soient altérés des principes fondamentaux, piliers de la maison France.

J’aurais aimé que leur appel fasse également référence à l’« égalité républicaine », par opposition à la discrimination positive. Je vous renvoie à la première partie du Puzzle de l’intégration pour vous aider à identifier les raisons profondes qui feront de cette politique inégalitaire, le fossoyeur de l’identité française.

Voici un extrait de la conclusion du Puzzle de l’intégration : « Face à des dangers qui menacent sérieusement de faire voler en éclats la cohésion de la France, le clivage gauche-droite n’est plus pertinent. Il est même dangereusement inadapté, car il pousse à des alliances contre nature. C’est ce qu’il nous est aujourd’hui donné de constater sur l’échiquier politique, aussi bien à droite qu’à gauche, où des femmes et des hommes politiques républicains se rangent derrière des personnalités qui défendent la mise en œuvre de politiques qui mineront notre cohésion nationale. Il n’y a aucune nécessité qui soit plus impérieuse que la défense de notre cohésion. Pour s’en convaincre, il suffit de s’interroger sur ce qui adviendrait de la France si elle éclatait et se subdivisait, rompant de ce fait avec une France « une et indivisible ». Il est urgent que tous ceux qui sont attachés à l’idéal républicain qui a maintenu cette France unie et pacifiée se donnent la main pour permettre à notre pays de traverser cette zone de turbulences. »

Toutes les actions politiques qui tendent à diviser le corps social (discrimination positive, instrumentalisation de la mémoire ou de l’Histoire…), toutes les actions politiques qui tendent à introduire, dans l’espace public, des sujets prétextes à affrontements (révision de la laïcité, défense d’une France « diverse » et non d’une France « une et indivisible »…), doivent se voir opposer un front républicain déterminé et aussi large que possible. Ce qui est ici en jeu n’est pas tant de plaire ou de déplaire à quelque homme politique que ce soit, fût-il Président de la République ; non, ce qui est en jeu, c’est simplement de veiller à ce que l’oxygène que respire la France ne soit pas raréfié davantage, à un moment où son cœur bat si faiblement, si difficilement.

N’est-ce pas, en outre, aider le Président de la République, que d’attirer son attention sur le risque qu’il encourt d’entrer dans l’histoire de France comme ayant participé à creuser le tombeau de l’identité française?

16:55 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags: sarkozy, lefranc, de gaulle, identité, discrimination positive, vigilance républicaine |