Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 avril 2012

Mon vote de dimanche

À défaut de pouvoir voter par franche adhésion, je voterai pour faire barrage à ceux qui portent la responsabilité la plus lourde dans la situation dangereuse où se trouve la France. Responsables directement, mais aussi indirectement ; soit qu’ils aient empêché depuis trente ans tout débat sur des sujets qui touchent à l’identité de la France, soit qu’ils aient manipulé les masses au travers des médiacrates qui sont pour beaucoup des héritiers du « sea, sex and sun ».

Je ne suis pas une adepte de la morale au sens strict du terme, mais je ne supporte pas que tout en sablant le champagne et s’envoyant en l’air, certains n’oublient pas de mettre leur progéniture à l’abri des conséquences de leurs comportements politiques cependant que de plus en plus de Français, eux, en pâtissent.

Qui a des enfants ou des petits-enfants ne peut ignorer les ravages de l’idéologie de la bien-pensance sur l’école de la République. J’en ai longuement parlé dans mes différentes publications. Leur plus grand fait de gloire aura été le torpillage de l’école et l’injonction au métissage culturel, sous la menace de procès en diabolisation.

Je ne peux moralement pas accepter de contribuer à donner les clés de la France à un parti immigrationniste qui a de surcroît décidé de diluer la citoyenneté française dans la citoyenneté-résidence par l’octroi du droit de vote aux étrangers. Un parti qui s’appuie sur des alliés dont l’une s’est illustrée en proposant de supprimer le défilé militaire du 14 juillet, et l’autre fait arborer la cocarde républicaine tout en refusant de voir que la laïcité est bafouée lorsque ce sont des immigrés qui la bafouent ! Le ton de sa voix pour empêcher tout débat fait froid dans le dos.

Nous savons que chaque flux migratoire supplémentaire déversé dans le paquebot France peut le faire chavirer, d’autant qu’une large brèche est déjà ouverte du fait de l’échec de l’intégration des flux précédents. Si le paquebot chavirait, nul ne sait combien de Français réussiraient alors à échapper à la tragédie et regagner la rive pour y reconstruire une France porteuse du legs indivis d’Ernest Renan.

Il y a quelques mois, je pensais pouvoir voter pour Jean-Pierre Chevènement. C’est un homme doté d’une très grande intelligence et d’un amour profond de la France. Je me disais que vu son âge et qu’il n’avait plus grand-chose à prouver, il aurait peut-être le courage de s’élever au-dessus des intérêts partisans pour ne servir que l’intérêt général.

J’ai aussi analysé le positionnement de Nicolas Dupont-Aignan sur les sujets qui nous préoccupent ici, et cela ne m’a pas satisfaite.

J’ai trouvé que Marine Le Pen était habitée d’un sacré courage, celui qui a déserté bien des hommes et femmes politiques. Mais elle est handicapée par son père et traîne l’histoire de son parti comme un boulet. De plus, je suis convaincue que la société française n’est pas prête à élire une femme. Si Marine Le Pen passait au second tour, ce dernier deviendrait aussitôt une simple formalité pour le Parti Socialiste, comme il l’a été pour Jacques Chirac en 2002. Le vote pour Marine Le Pen viendra renforcer le vote pour le Parti Socialiste. C’est profondément injuste pour elle, mais c’est ainsi. Comme je l’ai toujours écrit, le destin politique des individus m’indiffère ; seul m’importe le destin de la France. Je ne saurais pour ma part contribuer à pousser la France quand elle se trouve au bord du ravin.

Je n’avais pas voté pour lui en 2007. Je l’ai affronté sur bien des sujets. Mais il est aujourd’hui le seul à pouvoir empêcher un parti immigrationniste de faire main basse sur tous les pouvoirs en France. Les socialistes n’instaureront jamais la proportionnelle, qui seule permettrait à tous les citoyens d’être représentés à l’Assemblée Nationale.

Je voterai donc pour Nicolas Sarkozy dès le premier tour, dans l’espoir qu’il puisse bénéficier d’une dynamique favorable pour le second tour. J’assume pleinement mon vote, qui est un vote mûrement réfléchi, un vote en conscience.

Je vous souhaite à tous un bon dimanche électoral.

23:51 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (149) | Tags: élection, sarkozy, hollande, ps |

29 janvier 2012

« La gauche est forte là où le peuple est faible »

Ce constat est basé sur des chiffres, et cette phrase est extraite d’une intervention du géographe Christophe Guilluy au micro de la journaliste Claire Servajean sur France Inter (27 janvier 2012, journal de 13h). Vous pouvez écouter ci-dessous l’entretien dans son intégralité, et je vous engage à en méditer le contenu.

Christophe Guilluy est auteur de plusieurs ouvrages, dont Fractures françaises et Plaidoyer pour une gauche populaire.

Christophe Guilluy : « Les partis ressemblent à leur sociologie, et leurs discours ressemblent à leur sociologie. La sociologie du Parti Socialiste est essentiellement constituée évidemment de fonctionnaires, mais aussi de catégories supérieures et de ce qu’on appelle les “bobos”.
(…)
Aujourd’hui, la question sociale est aussi une question identitaire, une question culturelle. C’est-à-dire qu’on ne peut pas traiter la question sociale sans amener aussi la question identitaire. C’est très vrai pour les catégories populaires. Ce qui explique aujourd’hui qu’un électeur d’Hénin-Beaumont qui gagne 500 euros par mois va préférer voter Front National qu’une liste du Front de gauche ou de l’extrême gauche.
 »

Claire Servajean : « Si je caricaturais un petit peu ce que vous dites, on a l’impression d’un, quelque part, retour au Tiers-État face aux élites. Je vais un peu trop loin dans ce que je dis là ? »

Christophe Guilluy : « Oui, non mais c’était d’ailleurs le concept de la fracture sociale qui avait été inventé par Marcel Gauchet, et il y avait cette idée, effectivement, qu’aujourd’hui on n’est pas sur une logique gauche/droite, mais finalement classe dominante et catégories populaires très majoritaires qui, elles, ont une perception évidemment à l’opposé de celle de la mondialisation que les catégories supérieures. (…) »

19:23 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags: social, culture, identité, guilluy, ps |

12 janvier 2012

Le cynisme politique a-t-il des limites ?

La proposition du Parti Socialiste au sujet du quotient familial est dans la droite ligne de sa stratégie d’abandon de certaines couches de notre société au profit d’autres, comme l’a d’ailleurs exposé, sans aucun complexe, Terra Nova dans son rapport intitulé « Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ? »

Il est évident que cette offensive menée contre une politique qui n’a jamais eu pour vocation de jouer un rôle de redistribution entre aisés et moins aisés, mais simplement de venir en aide aux familles qui paient l’impôt sur le revenu et ont des enfants à charge, aura des conséquences sur les catégories de familles qui ont le plus souvent pleinement conscience de l’engagement qui doit être consenti pour la bonne éducation des enfants. À n’en pas douter, cela aura à moyen et long terme terme une incidence sur le taux de natalité de ces mêmes familles. C’est une manière indirecte d’œuvrer à amoindrir leur poids électoral. C’est aussi une manière de contribuer, mine de rien, à la substitution d’une partie de la population française.

Voici la cible électorale du PS selon Terra Nova : « A- les diplômés. B- Les jeunes. C- Les minorités et les quartiers populaires. D- Les femmes. E- Les non-catholiques. F- Les urbains »

Extrait du rapport de Terra Nova : « La coalition historique de la gauche, centrée sur la classe ouvrière, est en déclin. Mais une nouvelle coalition émerge. Elle dessine une nouvelle identité sociologique de la gauche, la France de demain, face à une droite dépositaire de la France traditionnelle. (…) Les analyses comparatives menées dans des zones urbaines sensibles (ZUS) montrent, en 2007, une plus forte propension au vote à gauche dans ces zones (+12 pts au second tour par rapport à l’ensemble des électeurs), en particulier en faveur du Parti socialiste (+8 pts au premier tour), relativement à celle constatée dans les zones pavillonnaires et les centres-villes situés dans leur voisinage. Les scores obtenus par la gauche dans les bureaux de vote les plus populaires sont exceptionnels : plus de 80 % pour Ségolène Royal au second tour de l’élection présidentielle (…) La population des Français issus de l’immigration est en expansion démographique et en mutation identitaire : en 2006, près de 150.000 acquisitions de la nationalité française ont été accordées (cf. tableau ci-dessous), en augmentation de 60 % par rapport à 1995. Dans l’hypothèse d’une continuation à l’identique, ce sont entre 500.000 et 750.000 nouveaux électeurs, naturalisés français entre 2007 et 2012, qui pourront participer au prochain scrutin présidentiel sans avoir pu participer au précédent (…) Au-delà des non-religieux, ce sont aussi tous les non-catholiques, notamment les individus d’“autres religions”, composés à 80 % de musulmans, qui sont plutôt enclins à voter à gauche. Dans ces conditions, la dynamique démographique est très favorable à la gauche : comme le montre le graphique ci-après (…) »

Je vous conseille vivement deux ouvrages qui méritent que vous les lisiez avec grande attention. Ils ont tous deux été publiés par Hervé Algalarrondo, rédacteur en chef adjoint au service politique du Nouvel Observateur :

  • Sécurité : La Gauche contre le peuple
    « Ce livre, au ton résolument polémique, vise à expliquer comment, sur le terrain des libertés, le PS et le PCF ont peu à peu capitulé devant le parti informel, le parti des Droits de l’homme, qui regroupe tous les enfants de Mai, défroqués ou non. Une trahison aux conséquences électorales explosives ! »
  • La gauche et la préférence immigrée
    « Hervé Algalarrondo étudie ici la déviance de la gauche française qui a fini par délaisser, au nom d’une morale bien-pensante, son premier électorat. Une partie de celui-ci a fini, faute de mieux, par se tourner vers l’extrême de notre pays : le Front National »

Le système des aides aux familles doit être totalement refondé, mais certainement pas comme le Parti Socialiste semble l’entendre. Le système actuel induit de nombreux effets pervers, que je décris dans mon dernier livre, Immigration, intégration : le langage de vérité. En voici un extrait :

« Cette question de la natalité révèle beaucoup du gouffre culturel qui sépare les familles européennes, chez qui la décision d’enfanter est devenue, avec le temps, une décision de couple prise le plus souvent de façon autonome, et les familles de cultures du Sud. Peut-on parler de décision 100 % individuelle lorsque la liberté individuelle n’existe pas ? Le regard du groupe n’exerce-t-il vraiment aucune influence dans cette décision ? Pas si sûr ! Les enfants permettent très souvent de s’assurer le respect du reste du groupe et par là même une reconnaissance au sein du groupe lui-même. (…)

Dans les sociétés développées, l’attention et les moyens dévolus par les parents au projet éducatif de leurs enfants sont considérables, et une part non négligeable du budget familial lui est consacrée. C’est rarement le cas dans les familles de l’immigration, dont le référentiel n’est pas le même. De ce fait, il est nécessaire de sensibiliser les parents de l’immigration à la réalité des exigences de la société française et à l’ambition du projet éducatif. De façon incontournable, un travail devra également être entrepris sur la question de la natalité au sein de ces familles. L’État devra impérativement se pencher sur cette question centrale de la natalité et mettre en place des mesures sociales qui favorisent le renouvellement des générations, mais pas davantage.

La conviction transmise de génération en génération selon laquelle c’est l’ordre divin qui pourvoirait aux besoins des enfants n’est pas toujours étrangère à la décision d’enfanter, même lorsque les conditions pour assurer le bien-être et le bonheur des enfants eux-mêmes ne sont manifestement pas réunies. La famille est-elle vraiment seulement une affaire privée ? Au vu des conséquences de la non-insertion, il est temps que l’État se saisisse de cette question essentielle qui concerne l’avenir de la cohésion sociale (…)

Si l’État était véritablement habité par l’ambition de réduire un peu du gouffre qui sépare les enfants de l’immigration du Sud des autres enfants, alors il devrait en faire la démonstration en révisant les circuits d’aides sociales : il veillerait à ce qu’une partie de ces aides ne passe plus par les familles, mais soit directement versée aux organismes culturels et de suivi scolaire qui s’investiront auprès de ces enfants affectés de monumentales carences. Il faut en effet cibler au plus près le projet éducatif et culturel des enfants afin de les aider à réussir, les aider aussi à briser le cercle infernal de la reproduction de leur propre asservissement. »

Voici quelques exemples des nombreux travaux que je cite dans mon livre :

« Parmi les familles très nombreuses de quatre enfants ou plus, le taux de pauvreté progresse très vite avec le nombre d’enfants, pour dépasser les 20 % avec cinq enfants et approcher les 40 % lorsqu’il y a six enfants. L’on sait moins que parmi les familles pauvres de quatre enfants et plus, près de la moitié est d’origine étrangère non européenne, et, comme le relève aussi le rapport du CERC (2004), “dans près de la moitié de ces ménages aucun adulte n’a d’emploi ; trois chefs de ménage sur quatre sont sans diplôme.” [1] »

« La proportion de jeunes issus de l’immigration atteint 37 % en Île-de-France, 23 % en Alsace, 20 % en Rhône-Alpes.[2] »

« En 2005, les plus fortes concentrations départementales sont donc en Île-de-France avec en tête, la Seine-Saint-Denis (57 %), puis Paris (41 %), le Val-de-Marne (40 %) et le Val-d’Oise (38 %) (…). L’implantation de jeunes d’origine subsaharienne était quasi inexistante à la fin des années 1960 (toujours moins d’un demi-point de pourcentage). Elle a beaucoup augmenté, particulièrement en Seine-Saint-Denis où plus d’un jeune sur six en est originaire en 2005.[3] »

____________________________

[1] Michel Godet, Évelyne Sullerot, La Famille : affaire privée et publique, La Documentation française, 2007. ↩

[2] Bernard Aubry, Michèle Tribalat, « Les jeunes d'origine étrangère », revue Commentaire, juin 2009. ↩

[3] Michèle Tribalat, Les Yeux grands fermés. L'immigration en France, Denoël, 2010. ↩

10:53 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (32) | Tags: quotient familial, ps, terra nova |

22 février 2010

Que faut-il penser de l’affaire Soumaré ?

Je souhaite le dire en préalable, je soutiens la cause de la réinsertion, au sein de la société, de tous ceux qui se sont un jour égarés dans la voie de la délinquance. Je pense que le monde politique ne s’investit pas assez dans cette question de la réinsertion sociale. Comment accepter qu’une personne puisse être une seconde fois sanctionnée, et condamnée à vivre en marge de notre société, lorsqu’elle montre sa volonté de tourner le dos à la délinquance ?

Ce préalable étant fait, je dois dire qu’après avoir découvert des éléments de son passé dans la presse, je suis profondément choquée par le choix d’Ali Soumaré comme tête de liste du PS en Île-de-France. Il aurait de plus été « condamné en 2009 à deux mois ferme pour rébellion à agents de la force publique. Lemonde.fr a pu consulter ce jugement. »

Il existe en France un nombre incalculable de personnes issues de l’immigration qui ne possèdent aucun casier judiciaire, et qui de plus sont compétentes ; et voilà qu’un parti de gouvernement va chercher, en le présentant de surcroît comme « issu de la diversité », un jeune homme qui a été condamné pour des actes de délinquance et, qui plus est, pour rébellion à agent de la force publique. À quoi les partis politiques jouent-ils ? Ont-ils seulement conscience qu’ils participent ainsi à rendre plus difficile encore l’intégration des enfants issus de l’immigration ? Les politiques ne semblent pas comprendre – et c’est là que c’est grave – que présenter à l’opinion publique comme l’élite issue de l’immigration, des personnes à casier judiciaire, ou d’autres sur lesquelles pèsent des soupçons quant à la réalité de leurs diplômes… ne peut qu’appeler la conclusion suivante : « eh bien ça alors, si c’est ça leur élite… » Ces choix sont catastrophiques pour l’image des populations issues de l’immigration. Même si je me situe à l’opposé des prises de position communautaristes que prend parfois Rama Yade, elle a, à mes yeux, le mérite de présenter un parcours éducatif qui a valeur d’exemple.

Le PS n’a probablement pas vérifié le parcours d’Ali Soumaré. Pendant plusieurs semaines, la presse a surveillé les partis politiques : combien de personnes issues de la diversité le PS et l’UMP inscriraient-ils sur leurs listes ? Cela relevait de l’obsession, et a vraisemblablement mis une forte pression sur les partis politiques. Dans ces conditions, peu importait le parcours ; seule comptait la couleur de la peau. Voilà à quoi conduit le choix d’individus à raison de leur origine ethnique ou raciale. Considérer l’autre sur la base de sa couleur de peau, et adapter son comportement en conséquence, n’est-ce pas là que commence le racisme ?

Les politiques n’ont malheureusement pas encore compris à quel point l’image des populations issues de l’immigration est dégradée dans l’opinion publique. Ce sera une œuvre de longue haleine, de la part de tous les acteurs concernés, que d’en construire une image positive. Cela nécessitera la plus grande rigueur et une certaine hauteur d’exigence.

Espérons que cette invraisemblable erreur de recrutement du PS pousse l’ensemble des politiques à réfléchir davantage, à l’avenir, à leurs responsabilités.

J’aimerais connaître votre point de vue : doit-on considérer que le recrutement d’un ancien délinquant à un poste d’élu peut envoyer le signal que notre société sait pardonner et réhabiliter, ou est-ce une lamentable erreur qui pourrait, dans le cas présent, affecter encore un peu plus l’image de l’immigration ?

20:07 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (41) | Tags: soumaré, ps, ump |

14 janvier 2010

Droit de vote des étrangers : irresponsable !

Les Français le constatent chaque jour, la France n’est plus une terre d’intégration. Elle n’est d’ailleurs même plus une terre d’insertion, puisque ses lois et ses règles de bien-vivre ensemble sont régulièrement contestées sur son propre territoire. Alors que la situation de notre pays est devenue plus que préoccupante, la seule idée que le PS, parti de gouvernement, trouve à proposer aux Français, c’est l’attribution du droit de vote aux étrangers !!!

Le droit de vote est attaché au statut de citoyen, c’est-à-dire d’architecte du projet politique collectif. Ce projet trouve ensuite sa traduction dans toutes les règles du bien-vivre ensemble qui seront déclinées au niveau local. Pour pérenniser notre modèle de société basé sur les valeurs que le peuple français s’est choisi, l’échelon local joue un rôle déterminant. Souvenons-nous de l’abolition, par Martine Aubry maire de Lille, de la mixité à la piscine durant certaines plages horaires… Nous savons tous, par ailleurs, ce qui est advenu du fonctionnement des écoles et de leurs cantines, qui sont gérées au niveau local. Le local s’est mis à enfreindre les lois de la République.

Extrait du Puzzle de l’intégration : « Il est totalement absurde de penser que donner le droit de vote aux étrangers les aidera à mieux s’insérer dans la société française. Les première, deuxième et troisième générations de l’immigration détiennent le droit de vote. Ce dernier a-t-il eu une influence positive perceptible sur leur insertion ou leur intégration ? Dans les conditions de flux migratoires actuels, dont la pression sera vraisemblablement amenée à s’accentuer vu les difficultés des pays du Sud à nourrir leurs peuples, ce droit de vote introduira une source potentielle d’instabilité au niveau local, et par ricochet au niveau national. Le vote de populations qui ne fonctionnent pas selon les mêmes fondamentaux, et qui de ce fait, ne défendent pas le même projet politique de société que la population du pays d’accueil, est un vote qui introduit des sources de conflits supplémentaires. Cela, d’autant plus que les problèmes identitaires les poussent à se regrouper dans les mêmes périmètres géographiques. La France réalise que l’insertion est des plus difficiles ; il serait irresponsable qu’elle se permette de se créer une nouvelle source de fragilisation. »

Je n’imagine pas un dirigeant de parti politique maghrébin, chinois ou africain suggérer l’idée que des étrangers puissent participer, par le vote, à dessiner leur projet politique collectif.

Jouer avec la France est toujours irresponsable ; mais dans la situation actuelle, et sur un sujet qui concerne notre cohésion nationale déjà fort mal en point, le comportement du PS est hautement condamnable !

Observons de nouveau à quel point le temps, l’esprit et l’énergie de notre classe politique sont accaparés par des questions qui touchent à l’immigration et à ses conséquences. Songez aux progrès que la France aurait pu accomplir si tout ce temps et cette énergie avaient été consacrés à des sujets tels que l’économie, la recherche, l’innovation…

00:11 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (36) | Tags: ps, aubry, vote des étrangers |

09 janvier 2010

L'identité nationale française

François Fillon, en clôture du débat « Qu’est-ce qu’être Français ? » à l’Institut Montaigne, le 4 décembre 2009 : « Nous avons nos mœurs et un certain art de vivre […] La France, ce n’est pas une fiction sans trait et sans visage […] Par la force de l’État, par la communion de la langue, par le prix du sang et par la flamme de la mémoire et des mythes, sous le sceau enfin d’une République démocratique et laïque, l’identité française s’est réalisée pas à pas […] »

Éric Besson, la Courneuve, 5 janvier 2010 : « La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage. »

Ces deux déclarations sont radicalement opposées.

Le 7 janvier dernier, le Président de la République a confirmé sa volonté de poursuivre le débat sur l’identité nationale : « Nous allons le poursuivre, l’enrichir, l’amplifier afin que pour chaque Français le mot Nation et le mot République reprennent tout leur sens. »

De quel sens Nicolas Sarkozy parle-t-il ?

22:59 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (61) | Tags: aubry, ps |

13 novembre 2007

Décision attendue du Conseil constitutionnel

Le 25 octobre dernier, le Parti Socialiste a déposé un recours au Conseil constitutionnel sur la loi sur l’immigration. Le Conseil constitutionnel dispose d’un mois, à dater du 25 octobre, pour rendre sa décision.

Le document de recours a également été signé par François Bayrou, Président du MoDem, ainsi que par des députés du groupe GDR (communistes et Verts). Ils ont demandé entre autres au Conseil constitutionnel de censurer l’article qui permettrait de légaliser le recours aux statistiques ethniques dans notre pays. Voici le passage en question :

« Quant à l’article 63 autorisant les statistiques ethniques issu d’un amendement parlementaire, il convient de s’interroger sur son lien avec un texte relatif à l’immigration, alors de surcroît que le législateur n’a pas apporté toutes les garanties nécessaires à la protection des droits fondamentaux en cause dont ceux consacrés par l’article 1er de la Constitution. C’est pourquoi, il nous apparaît si important que vous fassiez prévaloir les droits et libertés fondamentaux, loin des exploitations électorales, en demeurant tout simplement fidèle à votre jurisprudence protectrice des principes républicains. Votre décision est donc, à cet égard, particulièrement espérée. »

J’ai été très heureuse de constater à cette occasion que le sursaut sur le comptage ethnique s’était produit, même s’il fut extrêmement tardif. L’honneur de notre représentation nationale est donc sauf : tous nos élus ne se sont en effet pas laissés aveugler par la seule question des tests ADN. Il me semble que le premier devoir qui devrait incomber à chacun de nos parlementaires est la vigilance constante quant au respect des principes fondamentaux de notre pacte républicain. Comme je le développe dans Le puzzle de l’intégration, non seulement ces principes concourent à sculpter l’identité française, mais ils participent très largement à dessiner la société française de demain. Pour ces raisons, si « l’envie » prenait à nos gouvernants de modifier ces principes, la moindre des choses serait bien qu’ils consultent le peuple français sur des questions aussi lourdes de conséquences. Des choix qui à terme bouleverseraient notre société ne sauraient en effet être imposés au peuple français, sans même, il faut le signaler, l’avoir informé de tous les tenants et aboutissants. C’est moralement et éthiquement indéfendable.

Je ne suis malheureusement pas certaine que l’on s’embarrasse vraiment de ces considérations, qui pourtant touchent véritablement au respect du peuple français. Il n’est qu’à observer ce qui se produit actuellement avec l’introduction dans notre pays du traitement inégalitaire des citoyens, dont les partis politiques tels que le PS ou l’UMP osent se glorifier dans le cadre du processus de désignation de leurs candidats aux prochaines municipales. La discrimination positive, à raison de la couleur de la peau ou de l’origine ethnique, est bel et bien à l’œuvre dans ces partis. La même approche anticonstitutionnelle (il est très important de le garder à l’esprit) prévaut également dans certaines entreprises. Ainsi, Jean-Paul Agon, Directeur Général du groupe l’Oréal, déclarait-il au mois de juillet dernier au journal le Monde : « L’Oréal fait de la discrimination positive et l’assume […] Aujourd’hui, lorsque nous rencontrons un candidat qui a un prénom d’origine étrangère, il a plus de chances d’être recruté que celui qui porte un prénom français de souche. »

Quand verrons-nous nos propres élus soucieux de faire respecter la Constitution française ? La question est posée. Pourtant, tant que cette dernière est en vigueur, s’y conformer est une obligation légale : « Nul n’est censé ignorer la Loi ». Visiblement, ce n’est pas toujours le cas dans la République Française en 2007, à commencer par les élus du peuple eux-mêmes ; c’est un comble !

11:45 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags: comptage ethnique, bayrou, ps, ump, municipales, discrimination positive, adn |