Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 mai 2021

De l'autre côté de Gibraltar. Le Maroc, cet ami sournois de l'Europe

Voici le contenu de mon entretien publié hier, le 19 mai 2021, sur le site d'Atlantico.

DE L'AUTRE CÔTÉ DE GIBRALTAR. Le Maroc, cet ami sournois de l’Europe

Le Maroc est souvent perçu comme un pôle de stabilité allié de la France et de l’Europe. Que ce soit sur les fronts de la drogue, de l’islamisme ou de l’immigration, la réalité est pourtant beaucoup plus complexe comme le souligne le chantage migratoire auquel le royaume chérifien se livre actuellement avec l’Espagne à Ceuta.


Atlantico : Entre le Maroc et l’Espagne, l’enclave de Ceuta a connu une situation exceptionnelle. Au moins 5000 migrants ont atteint l’enclave espagnole, un record ! Cet événement apparu en plein épisode de tensions entre Rabat et Madrid montre-t-il que le royaume Chérifien n’hésite pas à utiliser « l’arme migratoire » pour arriver à ses fins ? Quel a été l’élément déclencheur de cet événement ? Cela arrive-t-il souvent ?

Oui, cela est déjà arrivé. À la fin de l'été 2020 des migrants ont afflué en masse aux Canaries. Plusieurs sujets sensibles peuvent conduire le Maroc à exercer des pressions. Et comme avec le Président turc Recep Tayyip Erdogan, les migrants sont utilisés comme moyen de pression sur les pays européens. La souveraineté sur le Sahara occidental fait partie de ces sujets sensibles. Or, il se trouve que l’Espagne a récemment accueilli, pour soins médicaux, le chef des indépendantistes sahraouis Brahim Ghali, et cela est jugé inacceptable par les autorités marocaines qui dénient ainsi à un pays souverain, l’Espagne, le droit d’accepter qui il veut sur son propre sol.

En 2020 déjà, lorsque le Maroc avait laissé filé des flux conséquents vers les Canaries, l’objectif était de contraindre les pays européens à reconnaître la souveraineté du Maroc sur cette ancienne colonie espagnole comme Donald Trump venait de le faire, obtenant en contrepartie une normalisation des relations du Maroc avec Israël. Nous voyons là, de manière concrète, les conséquences directes de l’ingérence des États-Unis dans des conflits qui se situent aux portes de l’Europe. Pour ceux qui ne le savent pas, c’est également le Sahara occidental qui a longtemps constitué, et peut-être encore aujourd’hui, la pomme de discorde entre l’Algérie et le Maroc.

La suspension de la coopération dans la lutte anti-terroriste est une autre carte dans les mains du Maroc, utilisée en 2014 avec l’Espagne. Pourtant, l’implication de Marocains dans des attentats en Europe est indiscutable. Lors du procès des attentats d’août 2017 à Barcelone (une camionnette avait percuté la foule sur les Ramblas), trois djihadistes marocains se trouvent sur les bancs des accusés. Après l’attentat de l’Aude, où le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame est assassiné, le spécialiste du Maghreb Pierre Vermeren constate « la surreprésentation de Marocains (de nationalité ou d'origine) chez les terroristes frappant l'Europe de l'Ouest ». Analysant différents attentats dont celui du Bataclan, le chercheur Farhad Khosrokhavar est allé jusqu’à écrire que « le Maroc exporte ses djihadistes » (le Monde, 23 août 2017).

Atlantico : Souvent vu comme stable et positif par les observateurs étrangers, le Maroc cache-t-il un autre visage que celui d’un pôle de stabilité fantasmé par les occidentaux ? Est-il réellement l’allié indéfectible qu’on le pense être ?

Pour ce qui est de la France, il est évident que depuis la vision du Maroc assise par le monarchiste Hubert Lyautey, un tropisme marocain empêche de regarder un certain nombre de réalités en face, et même seulement d’en parler. Citons plusieurs exemples.

1- Le Maroc est présenté à l’opinion publique comme un pays progressiste. Peu d’Occidentaux savent qu’au Maroc, les mariages de mineures représentent « 20% des mariages sur l'ensemble du territoire », selon la présidente du Conseil national des droits de l'Homme, Amina Bouayach (chiffres 2018).
2- Chaque fois que les élites politiques abordent le financement de l’implantation de l’islam en France et la nécessité de stopper l’ingérence étrangère, elles évoquent, auprès de l’opinion publique, les pays du Golfe. Or, c’est le Maroc qui, certaines années, est le premier financeur de mosquées en France, comme cela apparait dans le rapport du Sénat de 2016 sur « l’organisation, la place et le financement de l’Islam en France et de ses lieux de culte ». C’est le Maroc que le Président François Hollande a choisi pour assurer la formation des imams devant prêcher en France. Il suffit de lire Quatre-Vingt-Treize de Gilles Kepel, qui détaille « l’islam des Darons et de la soumission » et développe la façon dont l’islam s’est structuré puis a évolué en France depuis les années 1970, ainsi que l’influence de différents pays musulmans, pour comprendre qu’il ne fallait pas confier une telle formation à des pays étrangers. En Octobre 2019, Marianne avait également consacré une enquête fort instructive sur les Frères musulmans en France.
3- Autre sujet, le trafic de drogues dont nos policiers subissent de plein fouet les conséquences. Les autorités des pays européens le savent parfaitement, c’est le Maroc qui est le principal fournisseur du marché européen en cannabis, comme l’indique l’Observatoire européen des Drogues et des toxicomanies. En 2020, le réseau indépendant Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée établit que la production de haschich, au Maroc, pèse environ 19 milliards d'euros ! Dès décembre 1980, le Maire communiste de Montigny dans le Val d’Oise, Robert Hue, conduit une manifestation contre la drogue sous les fenêtres de l’appartement d’une famille marocaine soupçonnée de se livrer à du trafic. Plus proche de nous, c’est la ministre de la ville Nadia Hai qui démissionne de son mandat de députée pour empêcher que son suppléant, un Marocain mis en examen fin 2019 dans une enquête portant sur un trafic de stupéfiants entre le Maroc et la France, ne puisse siéger à l’Assemblée Nationale française (Figaro 7 juillet 2020).
Les intérêts du Maroc ne coïncident manifestement pas avec ceux des Européens. Il est légitime et normal que les dirigeants marocains défendent prioritairement les intérêts du Maroc et du peuple marocain. Ce qui ne l’est pas, c’est que des dirigeants de pays européens n’en fassent pas autant pour les intérêts de leurs propres pays et de leurs peuples.

Atlantico : Les occidentaux doivent-ils poser des limites à leur collaboration avec le pays ? Si oui, lesquelles ?

Si les pressions marocaines agissent, c’est parce que les dirigeants des pays européens ont montré l’étendue de leurs faiblesses et de leur impuissance. L’Europe est pourtant celle qui détient le plus de moyens de pression. Dès 1996, les autorités européennes ont signé un accord d'association UE-Maroc, accord de libre échange industriel entré en vigueur en 2000. En février 2012, ce sont les députés européens qui ont signé un accord de libre échange avec le Maroc sur les produits agricoles et de la pêche. En 2020, le commerce Maroc-Union-Européenne s’est élevé à près de 60% des échanges extérieurs du Maroc et les échanges de biens entre le Maroc et l’Union européenne ont atteint 35 milliards d’euros. En 2019, la Commission européenne a signé de nouveaux programmes de coopération avec le Maroc dont 101,7M€ en soutien à la gestion des frontières. Cela rappelle le comportement des pays européens avec la Turquie.
Il faut également savoir que l’émigration des Marocains concourt de manière décisive à l’économie du Maroc. Les transferts d’argent de la diaspora des Marocains à travers le monde constituent 10% du PIB. Le Maroc n’a donc aucun intérêt à empêcher l’émigration. Par contre, les pays d’accueil n’ont aucun intérêt à faciliter, comme ils le font, la délocalisation de cette épargne des familles dans les pays d’origine, car ce sont autant de ressources ôtées au projet éducatif de leurs enfants.

Parlons enfin de l’importance majeure du Conseil de la Communauté Marocaine à l’Étranger, directement géré par le Palais. Les personnalités choisies pour siéger dans ce Conseil participent au développement des politiques publiques qui aident les ressortissants marocains, partout dans le monde, à maintenir « des liens étroits avec leur identité marocaine et notamment celles relatives à l’enseignement des langues, l’éducation religieuse et l’action culturelle ». On y trouve les noms de personnalités très investies dans le développement de l’islam en France. Y a figuré aussi Najat Vallaud-Belkacem, devenue ministre de l’Éducation nationale et qui va, en 2016, introduire l’enseignement de la langue arabe à l’école primaire. Je citerai une nouvelle fois Marianne qui avait, en novembre 2017, consacré un grand dossier pour décrypter « comment le Maroc infiltre la France ».

En 1993, interrogé par Anne Sinclair au sujet de l’intégration, le roi Hassan II tenait des propos que nul occidental n’aurait le droit de tenir, à savoir que les Marocains demeurent des sujets du roi : « Je vous décourage en ce qui concerne les miens, les Marocains, d’essayer des détournements de nationalité, car ils ne seront jamais français à cent pour cent. Ça, je peux vous l’assurer. »

Il convient également d’attirer l’attention sur le lobby extrêmement puissant de personnalités politiques et culturelles qui ne sont pas de culture musulmane, mais ont des attaches fortes au Maroc et qui sont autant de cartes maîtresses dans la diplomatie du soft power du Maroc.

La solution ? Que les dirigeants des pays de l’Union Européenne, ainsi que les institutions européennes, placent enfin au sommet de leurs priorités la défense des intérêts des peuples européens. Si cela avait été le cas, nous n'en serions pas là.

13:10 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags: ue, espagne, ceuta, maroc, polisario |

07 mai 2021

Comment les élites de commandement ont réparti les braises à travers le territoire national

Pour ceux qui souhaitent cerner la réalité des enjeux et défis et sortir de l'écume des vagues et des approches simplistes et binaires, voici des extraits de mes livres. Comme l'avait écrit Marcel Gauchet dans la revue le Débat :  "Malika Sorel est la seule à s’être préoccupée de comprendre le processus d’intégration et à mettre en lumière les conséquences ravageuses qu’entraîne la méconnaissance des données de base de ce processus".

 

Extrait de Décomposition française : comment en est-on arrivé là ?

Les élites de commandement, celles qui ont le pouvoir de décider de la trajectoire, doivent admettre qu’elles se sont trompées, qu’elles ont fait emprunter une route dangereuse à la France.

Le commandement a failli, et plutôt que d’admettre ses erreurs et tenter de corriger la trajectoire, il a persisté, et persiste encore, à emmener la France vers le chaos. Ce qui se produit défie l’entendement.

 

Extrait de mon ouvrage Le Puzzle de l'intégration (2007) 

La contestation de l’autorité des policiers par les jeunes n’est pas liée aux qualifications des forces de l’ordre. Cette non-reconnaissance, voire ce refus de leur autorité, tient en partie, comme cela est souvent avancé, au désir de certains de soustraire de l’autorité de la République des territoires qu’ils ont annexés pour y mener une vie paisible à l’ombre de l’économie parallèle. Elle n’est pas sans rapport non plus avec la symbolique de l’uniforme, puisque cet uniforme représente une société qu’ils rejettent avec vigueur et dont ils ne souhaitent pas respecter les lois, car ils ne les reconnaissent pas. Ils ne rejettent pas du tout cette société parce qu’elle les aurait rejetés (ça, c’est l’explication « vitrine » qui leur a été fournie par de « savants spécialistes » et par la gauche). Ils la rejettent uniquement parce qu’elle n’est pas conforme à leur système de valeurs et d’idéaux. C’est d’ailleurs pour la même raison que les enseignants, qui sont eux aussi des symboles de la République, sont agressés. L’erreur est de continuer à penser que les « jeunes » sont des électrons libres. Ils ne le sont pas. S’ils sont en position de camper si fort sur leurs positions extra-sociétales, c’est qu’ils savent qu’ils bénéficient du soutien pas nécessairement réfléchi de leurs tuteurs légaux, et de l’aubaine de l’intoxication des esprits liée au « politiquement correct ». Une action sur les seuls jeunes ne suffira donc pas, car, une fois extraits de la société, ils seront aussitôt remplacés par leurs puînés sur le « terrain » de l’action. Il est nécessaire de faire prendre conscience aux parents que leurs attitudes sont loin d’être sans conséquence et qu’il leur est possible de ne pas entraver l’insertion de leurs enfants dans la société.
Il est essentiel de relever que cette vive antipathie de certains enfants de l’immigration pour leur pays d’accueil n’est jamais ressentie pour leur pays d’origine, qui est pourtant celui qui a poussé leurs familles à l’exil et les a donc privés d’une existence dans une société conforme à leur système de valeurs. Preuve s’il en fallait encore que le véritable amour, sincère et désintéressé, n’est pas lié à des contingences matérielles.

 

 Extrait de mon ouvrage Immigration, intégration : le langage de vérité (2011)

De plus en plus de parents de France sont malheureusement concernés par les problèmes identitaires qui se concentrent sur les enfants de l’immigration et les amènent de plus en plus souvent à perturber le climat au sein des établissements scolaires. Nul n’est désormais à l’abri de voir des élèves au langage atrophié et à la scolarité conflictuelle se retrouver, par la magie de la loi SRU ou du busing, dans la classe de ses enfants. Il suffit parfois d’un seul élève perturbateur pour plomber l’ambiance de travail d’une classe et en freiner la progression. Il n’est aujourd’hui plus possible aux parents de déléguer l’entière formation de leurs enfants à l’école de la République, car les enseignants sont confrontés à des problèmes de discipline chronophages qui les empêchent d’assurer l’intégralité des programmes.

La loi SRU n°2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains, qui oblige les communes à accepter un quota de 20 % de logements sociaux. Le but avoué est d’accroître la mixité sociale, dans le but non avoué de «déghettoïser » les quartiers sensibles… donc de répandre les braises à travers le territoire. Étrange que cette nouvelle méthode d’extinction des feux. Gageons qu’elle amplifiera à terme les problèmes sur le territoire national, puisqu’elle n’a été préalablement accompagnée d’aucun traitement de la source des difficultés.

Tout événement tragique survenant dans une banlieue «sensible» est désormais exploité par certains de ses habitants pour déclencher des expéditions punitives contre notre société et ses représentants. En dehors de ces occasions, il suffit de se plonger dans le quotidien des pompiers, médecins ou enseignants de ces quartiers pour prendre la mesure du défi que nous devons tous participer à relever, afin d’éviter la dislocation de la France.

L’impunité dont ont longtemps joui les adolescents et jeunes adultes issus de l’immigration les a renforcés dans leur détermination à affronter la République et ses représentants. Ils savent à présent très bien qu’ils ne risquent pas grand-chose, selon leur propre subjectivité, et la prison est même vécue par certains comme une distinction au sein du groupe, celle d’avoir eu le courage d’en découdre avec l’État ou ses représentants.

 

15:25 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags: identité, police, sécurité, éducation |

08 avril 2021

Que les femmes en Occident s'y préparent : le statut de la femme est inférieur à celui d'un homme

La perception du corps féminin est un élément fondamental de l’identité culturelle. C'est ce que Madame Ursula von der Leyen vient d'apprendre à ses dépens.

Dans un message publié mercredi soir, Charles Michel a regretté « le traitement différencié voire diminué » de la présidente de la Commission, reléguée lors d'une réunion avec Erdogan. Pour Marc Pierini, ancien ambassadeur de l'UE en Turquie : « C'est un gage de plus donné aux religieux conservateurs turcs », affirme-t-il.

Voici ce que j'écrivais dans Marianne au sujet du projet de loi “séparatisme”, celui qui a pour ambition de conforter les principes de la République : « Ce projet de loi laisse de côté deux points majeurs qui participent à sculpter les contours du séparatisme. Le premier a trait à la hiérarchie entre la loi des hommes et les commandements religieux dans la gestion des affaires de la cité. (...) Le deuxième point, c’est la perception du corps de la femme dont découle, en bonne part, son statut. »

Et les élites européennes – femmes et hommes – persistent dans leurs programmes irresponsables de flux migratoires intenses en provenance de pays qui ont les commandements religieux comme principes organisateurs de la cité ! Le cynisme sans borne de ces élites les a amenées à imposer à leurs peuples l'idée selon laquelle seuls les corps se déplacent, et non l'identité. Pour la définition de l'identité, prière de se reporter à mes ouvrages.

Ce sont nous les femmes, toutes sans exceptions, donc y compris les occidentales, qui en paierons le prix, et cela a déjà commencé. L'actualité abonde d’exemples qui viennent le souligner. Mais qui s'en soucie ? Nobody. Pas même les femmes décideurs qui sont des hommes comme les autres : c'est leur intérêt personnel qui prime, comme j'ai pu le constater lors de mon voyage à l'intérieur du Système.

15:53 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags: von der leyen, séparatisme, identité, erdogan, éducation |

22 février 2021

Islamo-gauchisme : beaucoup de bruit pour ne rien changer

On aurait tort de s'en tenir au seul islamo-gauchisme. En effet, si seule la gauche avait laissé faire, notre société n'en serait pas là. Bien sûr, certains ont été plus actifs que d'autres, mais il n'en demeure pas moins que le refus d'agir et pire encore, le consentement à une multitude de concessions et accommodements a été le fait de beaucoup de monde sur l'échiquier politique. Dresser l'inventaire des conséquences de ces actions délétères demeure un passage obligé pour espérer pouvoir sauver notre société. Sans cet inventaire, il n'y a guère de chance pour que se produise la salutaire prise de conscience prélude au sursaut, puis au redressement national. Je crains que malheureusement, cet inventaire n'ait jamais lieu. En effet, trop d'intérêts sont en jeu. Aussi, les polémiques continueront et, une nouvelle fois, la France sera la principale victime de beaucoup de bruit pour ne surtout rien changer. Business as usual.

Aujourd'hui, le monde politico-médiatique s'excite et s'agite dans tous les sens. Le but ? Donner le sentiment au peuple déboussolé que l'ampleur du phénomène, et surtout sa gravité, n'ont été découverts qu'à cette heure. Le cynisme à l'état pur.

Le 21 avril 2014, dans un entretien au Figaro, j'évoquais les graves dysfonctionnements dans les universités. Je rappelais également que le rapport du Haut Conseil à l'Intégration dans lequel je siégeais avait, dès 2013, alerté sur les dérives communautaires qui se produisaient. Quel avait été le destin de ce rapport ? L'État avait refusé de le publier.

Que s'est-il passé à l'époque de cet entretien, c'est-à-dire quand il était encore temps d'agir avec efficacité ? À part enterrer le rapport du HCI, rien. Aucune action politique digne de ce nom n'est venue conforter le respect des principes républicains. Pire, la plupart des décisions politiques n'ont eu de cesse d'alimenter le communautarisme, de le renforcer. Force est de constater que cela continue.

Extrait de mon ouvrage Décomposition française :

“Au HCI, nous étions informés d’un grand nombre de dérives qui se produisaient dans nos universités. Le pouvoir politique et la hiérarchie universitaire ont toujours été informés de tout. (…)”

“Pour Christian Mestre, doyen de la faculté de droit de Strasbourg, « il y a trop de gens complaisants dans ce milieu, qui n’ont pas envie de faire des vagues ». Les problèmes qui se posent sur le terrain ne sont pas récents. Ils se sont aggravés au fil du temps, répandus à travers le territoire, par la faute des gouvernants, qui ont refusé de les traiter. Lors de nos travaux, au HCI, nous avons été stupéfaits de constater que ces problèmes pouvaient se poser partout, jusqu’au sein des classes préparatoires aux grandes écoles, ce qui tord le cou à la théorie de ceux qui osent encore dire à l’opinion publique que tout ne serait que conséquence de méconnaissance ou encore d’ignorance. De jeunes hommes refusent de passer l’oral avec un professeur femme, ou l’étude de la pensée de philosophes tels que Voltaire ou Thomas d’Aquin y est contestée.

En 2004, la Conférence des présidents d’université avait déjà été saisie d’un si grand nombre de problèmes qu’elle avait dû élaborer un « guide laïcité et enseignement supérieur » pour aider le personnel à faire face sur le terrain (…)

Tous les ministres de l’Enseignement supérieur qui se sont succédé depuis plus de dix ans étaient informés ou auraient dû l’être. Il suffit de retrouver leur appréciation sur ce sujet pour connaître ceux qui, avec leurs relais courtisans au sein de la structure, ont préféré adopter la stratégie du « pas de vagues » qu’évoque Christian Mestre. Ce sont nos autruches. C’est bien parce que les problèmes n’ont pas été traités au niveau politique qu’ils n’ont eu de cesse de s’amplifier sur le terrain. Dès 2004, la loi sur les signes religieux aurait dû être étendue à l’enseignement supérieur. Le climat sur les campus aurait été autre.”

15:52 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags: éducation, université, islamo-gauchisme |