Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog de Malika Sorel - Page 3

  • La loi de 2004 sur les signes religieux n’est plus suffisante

    Publié dans le Figaro papier de ce matin ainsi que sur le site du Figaro.

    TRIBUNE - Si les intentions de la loi de 2004 sur le port de signes religieux à l’école étaient louables, son application a vite été bafouée, et des mesures plus fortes sont aujourd’hui nécessaires pour faire respecter le principe de laïcité, estime l’ancienne membre du Haut Conseil à l’intégration*.

     

    La loi de 2004 pouvait-elle, à elle seule, relever le défi de l’inclusion à l’école d’une immigration de masse issue de sociétés qui avaient renoué avec la religion comme principe organisateur ?

    Le 6 février 2004, à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Éducation nationale Luc Ferry ne fait nul mystère de la gravité du moment et s’alarme « des effets pervers que peuvent receler des conceptions dogmatiques et refermées sur elles-mêmes des appartenances communautaires, susceptibles d’avoir des conséquences négatives pour la vie de notre idéal républicain, de conduire parfois jusqu’au rejet des autres ». Il s’inquiète des chiffres du ministère de l’Intérieur qui attestent de la montée des actes de racisme et d’antisémitisme liés, pour l’essentiel, à des affrontements communautaires.

    La loi portée par Luc Ferry apporte enfin une protection aux enseignants et chefs d’établissement mais très vite, et assez régulièrement, elle se retrouve testée puis bafouée en toute impunité, envoyant ainsi le signal que l’autorité de l’État et de ses représentants peut être remise en cause, et les règles du vivre-ensemble accommodées. Malheureusement, au nom d’un « pas de vague », du « pas d’amalgame » et, disons-le, d’un cruel manque de courage politique, y compris au niveau local, lié notamment à la rapide évolution de la démographie électorale, la loi de 2004 n’a pas été aussi défendue qu’elle l’eût exigé.

     

    «Belle et forte idée de neutralité religieuse»

    Cette loi s’imposait, car depuis l’affaire dite des foulards de Creil (1989), les tentatives d’introduire le voile dans le cadre scolaire étaient récurrentes. C’est pourquoi, dès septembre 1999, Ségolène Royal alors ministre déléguée chargée de l’Enseignement scolaire, avait adressé une circulaire au personnel administratif de l’ensemble des académies pour leur rappeler que les accompagnateurs des sorties scolaires sont assimilés aux membres de l’enseignement public, et que le principe de laïcité doit donc être respecté.

    Pourquoi toutes ces tentatives d’imposer le voile ? Parce que le statut de la femme sculpte l’identité d’un peuple, et par conséquent le projet de société qu’il porte. Le voilement n’est pas anodin. Pour l’islamologue Abdelwahab Meddeb, « la prescription qui impose le voile aux femmes émane de la société en laquelle est né l’islam il y a quinze siècles, une société patriarcale et endogame, phallocratique, misogyne, construite sur la séparation des sexes, sur une hiérarchie des genres » et « le hidjab est rien qu’en lui-même une atteinte au principe de l’égalité et de la dignité partagées entre les sexes ». Comment alors expliquer les décisions du Conseil d’État en la matière, ou encore l’attitude de certaines femmes qui osent se réclamer du féminisme ?

    En 2011, le Haut Conseil à l’intégration dresse le constat d’une école sous pression communautariste, où la religion s’invite, où la contestation peut aller jusqu’au rejet de la langue française. Les tensions qui s’exacerbent dans l’enseignement supérieur l’amènent à recommander d’y étendre la loi de 2004, dans le but de pacifier les relations interétudiants et étudiants-professeurs. Cela lui vaudra d’être dissous par le président Hollande, qui opte pour la stratégie de l’autruche ; ce même président qui parlera plus tard de « partition ».

    Ce n’est pas la France qui a inventé cette belle et forte idée de neutralité religieuse qui se révèle si précieuse pour assurer une bonne convivance. Le philosophe anglais John Locke l’érige, dès 1686, en principe de gouvernement des hommes. Locke combat la possibilité d’une identification au travers de signes religieux. Il estime « dangereux qu’un grand nombre d’hommes manifestent ainsi leur singularité » car « il peut s’agir d’un signe de ralliement susceptible de donner aux hommes l’occasion de se compter, de connaître leurs forces, de s’encourager les uns les autres et de s’unir promptement en toutes circonstances ». En toute sagesse, il tire les leçons de décennies de guerre de Religion dont l’Europe émerge à peine.

     

    «Garantir les conditions de transmission des savoirs»

    Contrairement à ce qui est propagé, la responsabilité de la situation n’est pas imputable aux seuls Frères musulmans et salafistes. Le problème est plus profond et résulte de causes multiples, notamment la pusillanimité de l’État à défendre la République, et le fait que l’islam est « la religion qui a le plus complètement confondu et entremêlé les deux puissances, le politique et le religieux » (Tocqueville). C’est à l’intérieur des familles que, souvent, les difficultés d’articulation avec le projet de l’école prennent racine.

    L’intégration culturelle nécessitait de créer les conditions d’une émancipation apte à faire éclore le libre arbitre et la liberté de pensée. Pour ce faire, il convenait de restreindre les flux migratoires d’une même origine culturelle, et de renoncer à délivrer la nationalité en cas de doute quant à l’assimilation, pour éviter de nourrir un sentiment d’impunité. Persister à vouloir organiser une communauté autour d’un culte est par ailleurs une erreur politique lourde de conséquences. La loi de 2004 était donc nécessaire, indispensable, mais pas suffisante.

    Garantir les conditions de transmission des savoirs exige une union sacrée autour de la laïcité, principe républicain pilier de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. Il existe en effet un continuum entre le rejet de la laïcité, puis de certains enseignements et pour finir, les pressions exercées sur les enseignants dont la moitié s’autocensurent par peur de leurs élèves, ce que l’on peut comprendre au regard des 100.000 qui, chaque année, sont victimes de menaces, voire d’agressions (rapport du Sénat, mars 2024).

    Il serait vain de se voiler la face ; le redressement sera ardu. Pour préserver la concorde civile, nous n’avons d’autre choix que de réussir. Comme l’exprime Charles de Gaulle en 1920 devant de jeunes officiers, un coup de chance et d’audace peut détourner le cours des événements. Il y a des heures où la volonté de quelques hommes brise le déterminisme et ouvre de nouvelles voies.

  • Aucune limite ?

    Les propos tenus hier par le Président Emmanuel Macron sont profondément irresponsables. J'approuve ce qui a été dit par les partis d'opposition.

    On ne menace pas lorsque l'on est dans l'incapacité d'en assumer les conséquences. Or chacun sait que nos moyens sont plus que limités. Pourquoi diable mettre la France et les Français encore plus en danger, alors même que la société française implose sous nos yeux ? Que 100 000 professeurs se retrouvent menacés chaque année, que la France s'est effondrée dans le classement PiSA et que l'insécurité explose ! C'est incompréhensible, sauf à considérer que cela est fait pour des raisons de politique intérieure, pour souder et tenter d'arrimer autour de soi; la nomination de G. Attal ayant fait pschitt dans le combat pour enrayer la montée en puissance du grand méchant loup qui mange les petits enfants. Vous savez, le retour des années 30 et bla bla bla... Lamentable.

    Dans "Décomposition française", je pointais le retour de l'esprit munichois, cette façon de taire la réalité des conséquences d'une immigration dont une partie se retourne contre la terre d'accueil. Là, pas grand monde pour crier au loup. Lorsque le Président Macron parle de défaite, de lâcheté, il semble vouloir emprunter à la pensée du grand résistant Marc Bloch. Or existe-t-il un quelconque point commun ou similitude entre un homme qui a osé dire qu'il n'existait pas de culture française, et un autre qui a donné sa vie pour la culture française ? Souvenons-nous ici des propos de Marc Bloch qui figurent en exergue du présent blog depuis tant d'années. Marc Bloch  : « La France, la patrie dont je ne saurais déraciner mon cœur. J’y suis né, j’ai bu aux sources de sa culture. J’ai fait mien son passé, je ne respire bien que sous son ciel, et je me suis efforcé, à mon tour, de la défendre de mon mieux ».

    On ne menace pas comme cela a été fait par le Président, car cela peut également donner un prétexte pour nous attaquer, pour nous affaiblir encore davantage et, pour ce faire, il n'y a pas que la guerre au sol. Il y a également, entre autres, la guerre cyber.

    Oui, c'est irresponsable et je ne supporte plus certains généraux qui ont leur rond de serviette au sein du pouvoir médiatico-politique et qui, pour certains, racontent n'importe quoi sur les chaines "d'information", et tentent de justifier l'injustifiable. 

    Catégories : Politique
  • C'est un scandale absolu !

    700 euros de plus par mois, voilà la nouvelle augmentation des sénateurs qui suivent en cela les députés qui se sont augmentés de 300 euros. Qu'ont-ils donc fait pour mériter de telles augmentations ? Ils ont relancé la croissance ? Réglé les problèmes de l'école ? Endigué l'insécurité galopante ? Sauvé la France du malheur ?

    Comment ont-ils pu oser, et ce, en pleine crise existentielle qui s'exprime aujourd'hui de la part des agriculteurs ???

    "Les chiffres font état d'un suicide d'agriculteur tous les 2 jours en France, soit 180 personnes par an." Et dire qu'ils osent prendre le micro pour verser une larme sur le sort des agriculteurs...  Cela éclaire d'une lumière crue un niveau de cynisme absolu.

    Que cherchent-ils à provoquer au juste ? Une nouvelle révolution française ?

    Pour paraphraser Victor Hugo, les mots manquent aux émotions. C'est inadmissible. Inqualifiable. Oui, les mots me manquent pour exprimer mon profond dégoût ainsi que mon désarroi face à une classe politique au comportement profondément immoral.

     

    Catégories : Politique
  • Choses vues

    Hier, à la gare de Saint-Cloud, en région parisienne, un agent effectue une annonce en direction des voyageurs: "votre attention s'il-vous-plaît. Le prochain train en direction de la Défense partira de la voie B, "B" comme Bilel. Je répète, le train pour la Défense partira de la voie "B" comme Bilel". À côté de moi, deux jeunes filles, manifestement d'origine européenne, se parlent et disent à voix basse : "tu as entendu le nom qu'il a pris comme exemple ?" Même avec le prénom que je porte, j'ai été moi-même choquée et ai pensé en mon for intérieur "voilà un nouveau signe d'un "Grand remplacement" que les "élites" nient mais que le peuple voit et entend chaque jour davantage. Je me suis demandé si en Algérie, pays où j'ai vécu 15 ans, une telle chose eut été possible et qu'un agent puisse se permettre d'annoncer au micro qu'un train partirait de la voie "B", "B" comme Barbara, par exemple. IMPOSSIBLE !

    Quelques instants après, un peu plus loin sur un quai de la gare de Suresnes, nous sommes contraints d'attendre un long moment qu'un train arrive car, nous annonce-t-on, le trafic est fortement perturbé en raison d'un risque d'attentat,  un paquet ayant été oublié par un passager. Cela arrive de plus en plus souvent en région parisienne où la psychose de l'attentat s'empare des services, tout objet oublié étant immédiatement perçu comme une bombe en puissance. L'enfer ! C'est cela aussi la "nouvelle France" ! Comment ne pas penser à ce que fut la France, il n'y a pas si longtemps. J'ai connu l'avant et l'après et puis attester qu'une douce France a bien existé.

    Derrière mois, sur ce quai, une Africaine qui attend tout comme moi le train parle au téléphone : "Je vais aller demander MA nationalité et je vais déposer mon dossier à tel endroit car dans tel autre (elle dit les noms des lieux), c'est plus difficile d'obtenir la nationalité". Le "ma nationalité" m'a choquée. Un droit ? Un dû ? Et cette manière de faire son marché, de choisir les lieux du dépôt des demandes...Sachant que j'ai été la co-rédactrice de la Charte des droits et des devoirs du citoyen français qui nous avait permis, avec le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, de faire fondre le nombre de naturalisations, en amorçant un simple retour au respect du code civil, j'ai ressenti un fort pincement au coeur; une soudaine envie de pleurer de rage et de désespoir s'est emparée de moi. Et j'ai laissé les larmes rouler sur mes joues.

    France, pourquoi tes enfants t'ont-ils abandonnée ? Jusqu'à la fin de mes jours, je te pleurerai et jamais ne me résoudrai à voir ton peuple historique, celui qui se devait de perpétuer ton héritage, se retrouver en minorité sur ta terre car bien sûr, comme je l'ai écrit dans mes livres, c'est cela qui se "joue", par la "grâce" des "élites". Il n'est nul question ici d'ethnie ou de race mais de culture, de principes et de valeurs. Il est question du fameux legs indivis dont Ernest Renan parle dans sa conférence en Sorbonne : "Qu'est-ce qu'une nation ?" :

    Ernest Renan : « Une Nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. L’homme, Messieurs, ne s’improvise point. La Nation, comme l’individu, est l’aboutissant d’un long passé d’efforts, de sacrifices et de dévouements (...) Une Nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu’on a faits et de ceux qu’on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. L’existence d’une Nation est (pardonnez-moi cette métaphore) un plébiscite de tous les jours, comme l’existence de l’individu est une affirmation perpétuelle de vie.»

    Catégories : Immigration, Insertion - intégration