Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 juillet 2011

La tragédie norvégienne

Mardi dernier (avant le drame donc), j’ai eu une très longue discussion avec un journaliste norvégien qui souhaiterait voir mon dernier livre traduit en norvégien, car il trouve que ce que j’ai écrit vaut aussi pour la situation de la Norvège.

Je souhaiterais vous faire connaître cet article intitulé La Norvège victime de son consensus. Il a été publié en 2009 par le Directeur de recherche André Grjebine, qui est un très fin connaisseur de la société norvégienne : « […] Comme de nombreux ouvrages et films scandinaves le suggèrent, le revers d’une recherche systématique du consensus se trouve dans la crainte d’une marginalisation éprouvée par celui tenté d’exprimer des opinions contraires à ce que la majorité considère comme “moralement acceptable”. Dès lors que le politiquement correct empêche les partis traditionnels d’aborder clairement des questions qui inquiètent l’opinion – telle l’immigration ou les insuffisances de l’État-providence malgré les revenus pétroliers –, ils laissent le champ libre à des mouvements extérieurs au système politique traditionnel […] L’homogénéité ethnique et culturelle qui a caractérisé historiquement la Norvège et qui est, dans une large mesure, à l’origine d’une société fondée sur la cohésion sociale, paraît aujourd’hui remise en question. C’est donc un changement fondamental. La question a pourtant été largement occultée, sous prétexte que les capacités d’intégration de la société norvégienne joueraient en faveur des immigrés comme jadis en faveur de catégories sociales menacées d’exclusion, ce qui reste à vérifier. En réalité, si l’on en croit l’éditorialiste politique d’un des principaux quotidiens d’Oslo, ses compatriotes avaient peur de leurs sentiments profonds en la matière, et il s’agissait pour les élites de la politique et de la presse d’“empêcher le génie de l’intolérance de sortir de sa boîte. Dans la même optique, toute critique du multiculturalisme tend à être assimilée à du racisme. Ce relativisme culturel a d’autant plus imprégné les esprits qu’il se concilie aisément avec la foi des Norvégiens dans leur modèle de société et la fierté qu’il leur inspire […] »

La question qui se pose à présent est de savoir comment la société norvégienne va réagir à la tragédie qui vient de se dérouler. Va-t-elle accepter de regarder la réalité en face ou va-t-elle, bien au contraire, saisir le prétexte de ce drame effroyable pour s’enfoncer encore un peu plus la tête dans le sable ? Il est évident que cet événement aura également des répercussions sur le « débat » en France. Oui, mais lesquelles ? Cette question ne cesse de me hanter depuis deux jours. Étouffer toute possibilité de débat, refuser que le sujet de l’immigration-identité ne soit traité, équivaut à bloquer la soupape de la cocotte-minute. C’est pourtant une évidence, un jour le couvercle sera soulevé, mais nul ne sait dire aujourd’hui comment il le sera. Les retombées dépendront alors de la pression qui aura subsisté à l’intérieur de la cocotte.

J’ai deux entretiens à paraître dans des revues à la rentrée. Dans l’un d’eux, j’évoque un certain nombre de points qui pourraient donner le sentiment que l'entretien a eu lieu après le drame norvégien. Pourtant, il n’en est rien, car il a eu lieu en juin dernier.

14:47 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (52) | Tags: norvège, grjebine, immigration, identité |

12 avril 2011

Entretien à Atlantico

J’ai accordé un entretien à Atlantico, publié aujourd'hui sous le titre « On ne peut pas devenir Français uniquement en respirant l’air français ».

12:15 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags: atlantico, identité, insertion, intégration |

30 mars 2011

L’alibi des valeurs républicaines

Je suis toujours aussi indignée par l’aplomb avec lequel de nombreux responsables politiques osent évoquer les valeurs républicaines, eux qui concourent grandement à leur disparition et mettent de ce fait notre société en péril. Je n’ai pas très bien compris ce que signifiait « front républicain ». Comment pourrait-il au demeurant en exister un sans respect des valeurs républicaines ? Et un front pour faire barrage à quoi, exactement ? Au souhait des Français de voir leurs problèmes enfin reconnus et pris en considération par ceux qu’ils élisent ? C’est bien la moindre des choses dans une démocratie ! À moins que nous ne soyons déjà plus dans une véritable démocratie, et que les élites ne représentent plus qu’elles-mêmes et leurs intérêts particuliers. Si c’est le Front National qui les angoisse, alors la solution est fort simple : que les gouvernants mettent en œuvre, dès à présent, les actions concrètes qui s’imposent pour répondre aux peurs justifiées des citoyens, au lieu de vouloir pousser les problèmes sous le tapis.

Les atermoiements autour du débat sur la laïcité sont édifiants. Ils mettent à nu la misère morale et intellectuelle de notre classe politique. Mais ils font surtout ressortir crûment la fourberie d’une partie des élites politiques, et leur trahison des principes. Pour des raisons évidentes de politique politicienne et par pur calcul personnel, de très nombreuses voix se sont élevées pour empêcher la tenue d’une réflexion sur la laïcité. Le résultat ? Un signal clair d’encouragement envoyé à tous ceux qui œuvrent à mettre la France par terre ! Les responsables politiques qui ont concouru à envoyer ce signal, interprété à n’en pas douter comme un signal de faiblesse et de couardise, sont des irresponsables. Ils sont impardonnables et il ne faudra donc pas leur pardonner, car ils participent à l’amoncellement de nuages noirs sur la France.

Je travaille au sein du HCI sur la question de la laïcité aux côtés d’experts de différents horizons. La situation à laquelle les entreprises, les hôpitaux, les écoles, les universités, les centres de formation, etc. sont confrontés est édifiante. Les Français sont très loin d’imaginer ce qui se passe dans leur propre pays, réalité qui leur est soigneusement cachée à part quelques maigres informations que la presse daigne parfois faire sortir. Au nom de leur religion, des employeurs affirment qu’ils n’ont aucunement l’intention de recruter des femmes. D’autres préfèrent ne pas promouvoir de femmes car cela leur poserait des difficultés, puisque certains hommes dans leur entreprise refusent d’être gérés par des femmes, et rejettent toute possibilité de se retrouver en tête à tête avec une femme, ne serait-ce que pour l’entretien d’évaluation annuel (et cela se passe aussi avec des cadres !) Pour être acceptables par tous, des paniers cadeaux de fin d’année voient champagne et foie gras disparaître pour tous les salariés. Des femmes se sont vu demander de porter des jupes plus longues. Que leur demandera-t-on demain ? À l’université, des cours se voient interrompus pour rupture du jeûne. À la rentrée de septembre, il est arrivé que des élèves rejoignent leurs écoles avec des semaines de retard, là aussi pour cause de mois de jeûne…

Si vous-mêmes êtes témoins de comportements non conformes aux principes et valeurs de notre société, tel le respect de la neutralité religieuse, si vous êtes également témoins de discrimination négative envers des Français de souche, alors organisez-vous au sein de vos entreprises et mettez la pression sur vos syndicats. Ils seront contraints de vous défendre. Je vous engage également à écrire à vos députés, quelle que soit leur couleur politique, pour exiger d’eux qu’ils assument ENFIN leurs responsabilités.

Il est nécessaire de veiller à faire monter des républicains, et à faire barrage à tous ceux qui bradent les valeurs de notre vivre ensemble ou se révèlent incapables de les défendre, tels ceux qui « prennent la tangente » sur ce débat de la laïcité. Ayez bien en tête qu’il n’y a pas que la présidentielle qui constitue un enjeu, et que les législatives jouent également un très grand rôle dans notre vie politique. N’oubliez pas non plus que chaque élection a son importance, car ce sont les Grands électeurs (députés, conseillers régionaux, conseillers généraux, conseillers municipaux) qui élisent les sénateurs, et ces derniers influent grandement sur la résorption ou l’aggravation des problèmes de notre société :

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/03/30/97001-201103...

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/03/30/les-sena...

22:49 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (68) | Tags: laïcité |

17 février 2011

Mission d’information parlementaire sur le droit de la nationalité

Vous pouvez retrouver sur le site de l’Assemblée nationale le contenu des auditions, dont la mienne, par la mission d’information sur le droit de la nationalité. Je vous en souhaite bon « visionnage » !

Je remercie l’ensemble des députés de la mission, présidée par Manuel Valls, de m’avoir invitée à exposer mon point de vue.

21:32 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (47) | Tags: nationalité, identité |