Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 février 2010

La marque de cécité selon Max Gallo

Je vous recommande d’écouter cette intervention de Max Gallo, dans l’émission l’Esprit public sur France Culture. Dans la première partie de cette émission, il a été question des conclusions du débat sur l’Identité nationale. Max Gallo y a également évoqué la naissance de l’idée de nation française, qu’il situe dans le Haut Moyen-Âge.

Max Gallo : « Je ne suis pas du tout d’accord pour que l’on prenne comme ça, à la légère, ce débat ou qu’on le résume à des manipulations, à la volonté de substituer un débat factice à de vrais problèmes. Je crois au contraire, que la nation française, comme les nations européennes, qui sont des réalités, mais on peut considérer que ce sont des formations politiques obsolètes “la nation”. Il y a ceux qui pensent, et c’est très répandu dans nos élites, à savoir que parler de nation aujourd’hui, en ce début du XXIe siècle à l’heure de la mondialisation, il vaut mieux dire ce que disent les manifestants souvent qui défendent les immigrés et les sans-papiers “no borders”, “pas de frontières”. Je pense que c’est une illusion mais ça existe. Mais cela dit, si on continue à penser que la nation existe et je crois qu’elle existe, qu’elle a des racines lointaines remontant au Haut Moyen-Âge, ne pas voir que les nations européennes, vieilles nations, la France étant une des plus vieilles, ont une crise d’identité c’est vraiment masquer la réalité […] Ne pas voir que ce traumatisme des évènements historiques a sa répercussion dans nos comportements de citoyens français et dire que tout ça est secondaire, qu’il faut supprimer les ministères, que poser la question de l’identité nationale ou de la nation est une question vraiment dépassée et relevant du XIXe siècle, c’est évidemment un enfantillage pour ne pas dire une marque de cécité… »

Dans ces évènements historiques, Max Gallo inclut la première guerre, la seconde guerre, l'effondrement de l'empire colonial mais également la remise en cause de la nation par la construction européenne et par la mondialisation.

Voici à présent ce qu’écrivait Alain-Gérard Slama, dans un article du Figaro daté du 9 novembre 2005 intitulé « impasse de la République » : « Mais le doute s’est installé au sommet du pouvoir, dans les milieux intellectuels, chez les enseignants, au sein de l’opinion. La profession de foi républicaine s’est accompagnée de mauvaise conscience. Plus l’échec des politiques d’intégration s’est profilé à l’horizon, plus le discours dominant est devenu ambigu, hésitant. C’était pain bénit pour les experts en sciences sociales, qui se sont imposés à la faveur de cette confusion, au point d’orienter des choix politiques de plus en plus indifférents aux leçons de l’histoire. Les tenants les plus fermes du principe d’égalité devant le droit, qui avait été la clé d’or du consensus national, se sont laissés ébranler par les arguments favorables aux discriminations positives. Les universalistes les plus ardents se sont demandés si les revendications identitaires et communautaires n’étaient pas le point de passage obligé des nouveaux processus d’intégration. Les maîtres se sont partagés sur la position à adopter devant des voiles islamiques, qu’ils ont d’abord interprétés comme des manifestations du malaise de l’adolescence. C’est ainsi que les piliers de l’idée républicaine, la loi, la laïcité et l’école se sont lentement fissurés… »

13:44 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags: gallo, identité, nation, slama |

27 novembre 2009

Gadgets et recettes de cuisine…

Mon livre est bien trop compliqué pour une société devenue avide de gadgets et de recettes de cuisine vite prêtes, vite consommées. Traiter la réalité du sujet de l’intégration en évoquant tout le travail à accomplir au sein des familles, à l’école, dans le monde politique, dans la société, tout en prenant en considération une grande variété de facteurs, tels que l’impact du maintien d’un lien étroit avec le pays d’origine ; ce qui a changé par rapport aux précédentes vagues d’immigration ; les conséquences des flux migratoires continus ; les ressorts psychologiques et philosophiques ; la dynamique des groupes… tout cela se révèle en effet bien trop compliqué, quand d’autres promettent le paradis par quelques coups de baguette magique. Le pire dans tout cela, c’est que beaucoup de Français croient au surnaturel. C’est ainsi que grâce à Rama Yade, tous les Africains s’intègreront et se sentiront Français un jour prochain, et que Rachida Dati conduira tous les Maghrébins à devenir véritablement Français et donc à transmettre les idéaux français à leur descendance…

Mon approche est bien trop compliquée. Pour qu’elle soit prise en compte, il faudra vraisemblablement que les Français touchent d’abord le fond du fond : qu’eux-mêmes ou des membres de leurs familles soient victimes des dégâts collatéraux de la discrimination positive, que défend Rama Yade, l’une des personnalités préférées des Français (quand on aime, on ne compte pas le nombre de flagellations…) ; qu’il y ait encore bien d’autres émeutes de banlieues malgré les torrents de milliards déversés ; que les enseignants se mettent à refuser d’enseigner, la peur au ventre, dans des classes où ils se sentent en insécurité ; que bien d’autres matches de football se concluent par des attaques sur les Champs-Élysées, sous les yeux effrayés de touristes venus des quatre coins du monde admirer les beautés léguées par l’histoire de la France ; que les Français ressentent une overdose de religion envahissant tous leurs espaces de vie…

Lorsque les Français auront touché le fond, je suis sûre qu’ils se souviendront alors que leurs ancêtres s’étaient battus pour faire entrer leur société dans la modernité politique, et que cela correspondait au respect d’un certain nombre d’exigences. Ils se détourneront alors des « solutions » gadgets-recettes de cuisine et accepteront d’appréhender les problèmes dans leur globalité. Bref, ils accepteront de quitter le monde de l’enfance pour entrer dans l’âge adulte.

11:17 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (76) | Tags: immigration, intégration, yade, dati |

08 novembre 2009

La dissonance identitaire

Aux États-Unis, la tragédie provoquée par un officier qui vient d’assassiner treize de ses collègues montre à quel point il est dangereux de placer des être humains en des positions de conflits intérieurs qui peuvent se révéler d’une très grande intensité. Les conflits identitaires sont de ceux-là.

Nidal Malik Hassan, 39 ans, psychiatre, donc d’un niveau d’études supérieur (pas de problèmes sociaux à l’horizon), ne supportait pas l’idée de devoir rejoindre les troupes américaines déployées en Irak. Était-ce une raison pour en arriver au meurtre ? Barack Obama a décrit un « horrible déchaînement de violence ». Nidal Malik Hassan était d’ascendance palestinienne, mais il était né aux États-Unis et y avait grandi. Bien qu’ayant toujours vécu aux États-Unis, il aurait, d’après les premiers éléments de l’enquête, assassiné ses collègues soldats Américains en jetant à la ronde des « Allah est le plus grand ».

Ce drame, c’est certain, va poser à l’armée américaine ainsi qu’aux Américains la question de l’intégration de musulmans dans l’armée US. Voilà comment l’acte d’une seule personne fera naître la suspicion et la méfiance envers tous les musulmans pratiquants, comme c’est le cas de Nidal Malik Hassan.

Quelle éducation cet homme a-t-il bien pu recevoir de la part de ses parents pour en arriver là ? Car oui, comme le dit un célèbre psychologue, « tout se joue avant 6 ans », et je peux vous confirmer que, dans le sujet qui nous concerne, presque tout se jouera avant 6 ans. Le comportement des enfants, devenus adultes, dépendra éminemment de ce qu’ils auront ingéré au cours de leur toute petite enfance. Le défi que doit relever la France est donc d’envergure, et c’est de surcroît montre en main qu’il lui faudra réussir à le relever. D’où l’importance de ne rien brader des valeurs et des principes à transmettre. Seul un passage par ce que j’appelle « le moule républicain » peut en effet minimiser les risques de déviance par rapport au comportement attendu par la société française. Il me semble que la clé se situe au niveau de la hiérarchie entre deux mondes : les lois qui régissent notre société sont-elles placées, par le pratiquant, au-dessus ou en dessous de sa religion ?

En janvier dernier, l’armée française avait fini par reconnaître que plusieurs soldats de confession musulmane avaient refusé de se soumettre aux ordres et de rejoindre les troupes françaises en Afghanistan.

Pardonnez-moi de citer de nouveau des extraits du Puzzle de l’intégration mais, sur ce point aussi, j’avais déjà dit beaucoup de choses : « Seules 30% des recrues d’origine maghrébine rejoindraient l’armée par vocation[1] ! En période de fort chômage, il est vrai que beaucoup de ces jeunes non diplômés s’y orientent pour trouver un emploi, sans aucunement peser les réels enjeux d’une appartenance à la Défense Nationale. Qu’adviendra-t-il si l’évolution des relations internationales à laquelle nous assistons depuis plusieurs années nous conduit à une situation de conflit ? Nul doute que servir sous le drapeau français représentera pour certains détenteurs de la nationalité française, une lourde épreuve. […] Il est imprudent d’imaginer que l’idée de « pluri-appartenance culturelle » ou « pluri-nationalité » saura résister dans de telles situations de tension. Cette idée de pluri-appartenance à des sociétés profondément dissemblables, est une chimère et ne correspond à aucune réalité. Elle cache, dans la majorité des cas, des difficultés intellectuelles et affectives à se sentir partie intégrante de la communauté nationale du peuple d’accueil.
[…]
Quelle position adopteront ceux qui se trouvent être administrativement Français, mais moralement et affectivement étrangers ? Comment gèreront-ils cette situation ? Comment ceux qui possèdent une identité brouillée réagiront-ils ? Utiliser l’armée comme moyen d’intégration des jeunes des quartiers sensibles, qui rencontrent souvent ce problème de l’identité, est une voie des plus hasardeuses.
»

La professionnalisation des armées a fait disparaître le service militaire et, de ce fait, fermé le robinet en moyens humains issus de la société civile. Pour faire face à ses besoins, l’armée s’est donc tournée vers les banlieues. Elle y a même été plus qu’« encouragée » par nos hommes politiques. L’armée s’est vu attribuer une mission sociale. On me dira que cela a toujours été ; oui, mais cette mission sociale ne doit jamais prendre le pas sur ce qui est la raison d’être d’une armée. L’armée n’est pas un métier comme les autres.

Au débat sur l’identité nationale, je voudrais verser cette phrase du discours d’Ernest Renan sur la nation : « Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu’on a faits et de ceux qu’on est disposé à faire encore. »

____________________________

[1] Élodie Bernard, « L’armée mobilise la banlieue », l’Express du 2 mai 2005

11:31 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (59) | Tags: armée, identité, renan, nation, nidal malik hassan |

03 novembre 2009

Le débat sur l’identité nationale

Nous devons faire entièrement fi des motivations qui ont pu amener ce débat sur la table et, bien au contraire, saisir cette occasion unique qui nous est donnée pour aider la France à accoucher d’un plan d’action bien concret qui sauvera le peuple français du naufrage, donc de la disparition.

Mes propositions concrètes, vous les trouverez toutes dans mon livre. J’envisageais de les énumérer ici, lorsque j’ai reçu plusieurs messages de lecteurs en pleine lecture du Puzzle de l’intégration, qui n’ont pas apprécié que je publie dernièrement sur ce blog quelques paragraphes de mon livre alors qu’ils ne les avaient pas encore atteints dans leur lecture. Je comprends leur déconvenue, car il y a tout un enchaînement à respecter. Lorsqu’on lit Le puzzle de l’intégration pour la première fois, il est nécessaire de le lire dans l’ordre.

La suggestion de mes lecteurs Paris et Dominique de faire envoyer mon ouvrage, par le HCI, à tous les parlementaires pour les aider dans cette réflexion sur l’identité nationale, est très intéressante. Mais je ne vois pas vraiment comment le HCI pourrait se permettre de donner publiquement un signal qui privilégierait, de fait, ma parole sur celle des autres membres du Conseil.

Nous devons pourtant trouver le moyen de faire du lobbying pour la République, de la même manière que les communautaristes en font contre la République. J’aurais donc tendance à inciter tous ceux qui peuvent accéder à leur Député ou Sénateur, que ce soit sur un marché, à l’occasion d’une réunion publique, ou encore dans sa permanence, à lui remettre Le puzzle de l’intégration en main propre. Le contact direct est infiniment plus porteur qu’un envoi postal qui pourrait prendre la poussière sur une étagère.

Voici à présent une information de terrain très précieuse : lors d’une réunion dans une enceinte administrative où l’on demandait aux intervenants de privilégier, pour l’insertion professionnelle, des personnes d’origine étrangère, un de mes lecteurs a récemment fait appel à plusieurs de mes démonstrations pour démonter l’approche communautariste et refuser de s’y plier. L’assistance a été attentive à ses arguments, et jamais il ne s’est vu opposer ni réaction de rejet ni procès en racisme. Je tiens à préciser que le lecteur dont il s’agit est de souche européenne. Il a pu ainsi tester la robustesse de mes arguments et vérifier, à sa grande satisfaction, la réceptivité de l’auditoire. Vous voyez qu’il n’est pas nécessaire d’être d’origine étrangère pour pouvoir à présent exercer pleinement son esprit critique et sa liberté de jugement. C’est à la portée de tous les citoyens. Cela doit vous encourager à prendre la parole dans le débat sur l’identité lorsqu’il se tiendra dans votre ville. N’hésitez surtout pas à engager la discussion autour de vous et à fournir des arguments aux autres citoyens.

Gardez toujours en tête que ceux qui souhaitent la disparition de nos valeurs et principes arguent du fait que le modèle républicain d’intégration aurait échoué, et qu’il faudrait dès lors lui substituer d’autres modèles. Soyez donc extrêmement vigilants. Ne vous laissez surtout pas piéger en reprenant à votre tour cette attaque contre la République. NON, le modèle républicain n’a pas échoué, car il n’a tout simplement pas été appliqué ces trente dernières années par l’État français. L’État a en effet le plus souvent abdiqué sur la question des principes républicains et sur la nécessité de transmettre la culture française, faisant ainsi perdre de vastes territoires à la République. Il n’est qu’à observer la réalité des quartiers dans lesquels les principes de liberté, d’égalité et de laïcité ont disparu, pour réaliser que ce n’est pas la République qui a failli à sa mission, mais bien l’État.

À tous les citoyens que nous croisons sur notre chemin, nous devons à présent insuffler le devoir de s’engager pour faire en sorte que l’État français se place entièrement au service de la République, et rompe ainsi définitivement avec la remise en cause des valeurs et principes qui fondent l’identité nationale française.

10:58 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (41) | Tags: identité, identité nationale, nation, république |