Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 avril 2012

Émission sur Europe 1

J’étais ce soir invitée de l’émission Les grands débats de la présidentielle, animée par Nicolas Poincaré sur Europe 1. Le débat débute à 61’48.

Étaient également invités :

Michel Godet, professeur au CNAM,
Le rappeur ROST,
Luc Bronner, journaliste au Monde.

23:22 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags: europe 1 |

07 avril 2012

Les Orientales de Victor Hugo

Jeudi, à Sciences Po, la candidate des Verts s’est livrée à une attaque en règle contre notre laïcité, au travers de la question du voile :

« Éva Joly, candidate d’Europe Écologie-Les Verts à la présidentielle, a estimé jeudi au cours d’un forum organisé par le magazine “Elle” à Sciences Po qu’“on ne doit pas mettre la laïcité partout”. “On peut mettre (la laïcité) dans tout ce qui est services publics, à l’école, on vient de la mettre pour les sorties en car, mais personnellement j’ai le souci de l’intégration de ces femmes, je trouve que c’est une double peine”, a affirmé Mme Joly, interrogée sur une proposition de loi controversée déposée au Sénat, qui prétend appliquer le principe de laïcité aux assistantes maternelles accueillant des enfants à domicile, et sur l’affaire de la crèche Baby Loup.  »

Ça ne fera de mal à personne, et notamment pas aux verts ni à leurs camarades du Parti Socialiste avec lesquels ils pourraient bientôt gouverner, que de lire ou relire Les Orientales de notre Victor Hugo national. C’était en 1828, et ça n’a malheureusement pas pris une ride. Il suffit de voir la vitesse avec laquelle ce voile prolifère sous nos latitudes pour comprendre que c’est la pression, et parfois la terreur, exercées sur des femmes incapables de s’émanciper qui sont ici à l’œuvre.

La capitulation de certains de nos politiques et de nombre de nos “intellectuels” doit être combattue comme l’a été autrefois la capitulation du Maréchal Pétain. Nous le voyons, l’Histoire n’est qu’un éternel et parfois pitoyable recommencement. Certes, les acteurs ont changé, les pièces ne sont plus les mêmes sur l’échiquier, mais les raisons profondes qui rendent possible l'avènement du chaos restent les mêmes. L’avertissement lancé par Benjamin Franklin le 11 novembre 1755 n’a jamais perdu de sa pertinence, et n’en perdra jamais. Il s’appliquait parfaitement à l’esprit munichois, et s’applique parfaitement à notre époque qui s’apparente à bien des égards à cette funeste période : « Qui préfère la sécurité à la liberté aura tôt fait de perdre les deux ».

Le Voile
Victor Hugo, Les Orientales
1er septembre 1828
La sœur :
Qu’avez-vous, qu’avez-vous, mes frères ?
Vous baissez des fronts soucieux.
Comme des lampes funéraires,
Vos regards brillent dans vos yeux.
Vos ceintures sont déchirées.
Déjà trois fois, hors de l’étui,
Sous vos doigts, à demi tirées,
Les lames des poignards ont lui.
Le frère aîné :
N’avez-vous pas levé votre voile aujourd’hui ?
La sœur :
Je revenais du bain, mes frères,
Seigneurs, du bain je revenais,
Cachée aux regards téméraires
Des giaours et des albanais.
En passant près de la mosquée
Dans mon palanquin recouvert,
L’air de midi m’a suffoquée :
Mon voile un instant s’est ouvert.
Le second frère :
Un homme alors passait ? Un homme en caftan vert ?
La sœur :
Oui… peut-être… mais son audace
N’a point vu mes traits dévoilés…
Mais vous vous parlez à voix basse,
À voix basse vous vous parlez.
Vous faut-il du sang ? Sur votre âme,
Mes frères, il n’a pu me voir.
Grâce ! Tuerez-vous une femme,
Faible et nue en votre pouvoir ?
Le troisième frère :
Le soleil était rouge à son coucher ce soir.
La sœur :
Grâce ! Qu’ai-je fait ? Grâce ! Grâce !
Dieu ! Quatre poignards dans mon flanc !
Ah ! par vos genoux que j’embrasse…
Ô mon voile ! Ô mon voile blanc !
Ne fuyez pas mes mains qui saignent,
Mes frères, soutenez mes pas !
Car sur mes regards qui s’éteignent
S’étend un voile de trépas.
le quatrième frère :
C’en est un que du moins tu ne lèveras pas !
09:05 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags: joly, socialistes, hugo, voile, orientales |

03 avril 2012

Citoyens ou étrangers ?

J’ai participé ce soir à un chat sur ARTE à propos d’un documentaire sur les questions de l’immigration-intégration. Le documentaire peut être visionné sur arte.tv.

23:16 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags: arte, insertion, intégration |

31 mars 2012

Regarder la réalité en face

En décembre dernier, l’académicien et historien Pierre Nora m’avait demandé d’écrire un article pour la revue Le débat qu’il dirige avec le philosophe et historien Marcel Gauchet. Il s’agissait de faire la critique des deux derniers livres publiés par Gilles Kepel, Banlieue de la République et Quatre-vingt-treize. J’ai remis mon article à Pierre Nora à la mi-janvier ; il s’intitule « Regarder la réalité en face ». Il m’apparaît important de vous en préciser la date de rédaction, afin de souligner le fait qu’il n’a été d’aucune manière influencé par les tragédies de Montauban et Toulouse, et pour cause !

Vous le lirez dans Le débat n°169 daté de mars-avril 2012 dont vous trouverez le sommaire sur le site Les amis de Marcel Gauchet. Pierre Nora a également fait appel pour le même exercice à deux autres intellectuels, Dominique Schnapper et Hugues Lagrange.

La revue est distribuée par de nombreux libraires, dont la Fnac, La Procure et Gibert Joseph ; elle est également disponible à la librairie Gallimard, 15 Boulevard Raspail, Paris 7ème et sur Amazon.

Je n’ai pas l’autorisation de vous publier mon article qui est assez long. Je vous en cite donc simplement un très court extrait :

« (…) Dès l’introduction, le ton est donné, et le parti pris des auteurs transpire ensuite au long de l’ouvrage, les gouttes perlant régulièrement entre les lignes. Bien que les auteurs aient pris le soin de préciser que l’étude ne comportait pas de recommandations, ces dernières sont en réalité distillées au fil des pages, orientant le lecteur. Le plus surprenant est que la plupart de ces recommandations paraissent n’avoir guère pris en compte le contenu des entretiens, dont beaucoup sont pourtant révélateurs des sources qui alimentent les problèmes d’insertion dans la société et d’intégration dans la communauté française.
(…)
Le halal, ciment de la muraille identitaire. Au long des entretiens publiés dans
Banlieue de la République tout comme dans le Quatre-vingt-treize de Gilles Kepel, apparaît en trame de fond la question du contrôle très strict des individus par le groupe, et leur amputation de toute liberté individuelle au sens où l’entendent les Français. Le contrôle du groupe s’exerce aussi bien sur les hommes que sur les femmes (...) Dans les deux ouvrages, quoiqu’avec bien davantage de profondeur dans Quatre-vingt-treize, est traitée la question du halal qui, bien loin de se résumer au seul mode rituel de consommation des viandes comme le pensent à tort le plus grand nombre, englobe tout une philosophie de vie qui consiste à tracer une frontière entre ce qui serait licite et ce qui ne le serait pas, allant jusqu’à s’immiscer dans les questions qui ont trait aux unions.

Aujourd’hui, le halal est devenu un des vecteurs les plus puissants de “l’affirmation identitaire” – expression employée par Gilles Kepel – aux côtés du voile des femmes. Gilles Kepel, qui parle même de “perspective de purification”, rappelle que “durant les années 1990, les dirigeants des organisations islamiques politiques issues des Frères musulmans, focalisés sur la controverse du hijab à l’école qui leur paraissait la plus propice à faire émerger en France une communauté militante sous leur houlette, ne montraient pas d’intérêt pour les enjeux trop complexes du halal (…)”
(…)
L’offensive se déplace à présent sur le terrain du halal, comme l’explique Gilles Kepel :
“elle reflète la compétition entre salafistes et fréristes pour dominer l’expression de l’islam impératif dans le monde d’aujourd’hui – dont l’Hexagone, avec ses millions de musulmans en terre occidentale, représente un champ de bataille important (…) L’enjeu, par-delà la viande et son marché, les critères du pur et de l’impur, l’exclusion ou l’inclusion dans le rapport à la société française globale, est le contrôle cultuel et politique sur la nouvelle génération des musulmans de France.”
(…)
Les deux ouvrages mettent en lumière la stratégie de réenracinement culturel et religieux des jeunes générations par le biais de la transmission de la langue arabe.
(…)
 Quatre-vingt-treize nous montre de quelle manière, et à quel point, les musulmans se trouvent eux-mêmes manipulés, otages d’enjeux économiques et désormais politiques dont les conséquences ne manqueront pas de retentir un jour sur la cohésion sociale et nationale : “l’organisation a tout mis en œuvre pour que le concept de l’intégration soit remplacé par celui de la citoyenneté : en d’autres termes, elle s’était efforcée de construire un espace de valeurs islamiques autonomes dans le cadre de la citoyenneté française.[1] (…) »

Pour l'intégralité de l'article, il faut lire Le Débat de mars-avril 2012.

____________________________

[1] Gilles Kepel cite des extraits d'un discours du Président de l’UOIF Fouad Alaoui prononcé le 23 avril 2011. ↩

08:42 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags: nora, gauchet, le débat, kepel, islam, identité |