Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Revue de presse - Page 2

  • Au sujet des tenues religieuses à l'école

    Sur Atlantico, retrouvez mon avis au sujet de la multiplication des incidents liés au port de signes religieux islamiques dans les établissements scolaires.

    Extraits :

    “Dans tous les pays musulmans, dès lors que les conditions d’une course au rigorisme et au fondamentalisme ont été réunies, la paix civile et l’insouciance ont fini par s’envoler, entraînant avec elles l’espoir d’un développement économique qui puisse répondre au défi de l’explosion démographique. Que veulent au juste les Français ? Que leur société subisse le même sort ? Il est arrivé que les Français se posent la question du comportement qu'ils eussent adopté s'ils s'étaient trouvés à la place de leurs aïeux dans les années 1940. La réponse, chaque Français l’a sous ses propres yeux.
    (...)
    Le nombre d’incidents exploserait si une proportion importante des enseignants n’en était pas réduite, par peur, à pratiquer l’autocensure. Selon une étude de l'Ifop datée de septembre 2020, ce sont en effet près de 40 % des enseignants qui déclarent se censurer pour ne pas créer de problèmes avec les élèves. Dans les Zones d’Éducation Prioritaires – traduire zones où la proportion d’élèves issus de l’immigration domine –, ils sont plus de 50 % à pratiquer l’autocensure ! C’est dans cette peur et dans le climat d’insécurité qui s’est installé dans les établissements scolaires de nos villes et de nos campagnes, qu’il faut chercher les raisons de l’effondrement de la vocation du métier d’enseignant.
    (...)
    Qui eût pu croire, il y a seulement quelques décennies, que la France en arriverait là ? Parfois, au vu des débats, on peine à croire que nous sommes encore en France, et c’est le célèbre refrain de Michel Sardou « ne m’appelez plus jamais France » qui résume le mieux ce qui advient. En vérité, il ne fallait pas se poser cette question de distinction entre signes cultuels ou culturels ; c’est pourtant dans ce piège que la société française s’est laissé entraîner. Il convenait de tout analyser au travers du filtre des principes, valeurs et normes culturelles qui fondent le pacte moral et social – donc le pacte politique – qui lie les Français entre eux et en font un peuple. Tout ce qui ne correspondait pas devait être écarté, car il était évident que le viol du pacte politique finirait par mettre en danger le principe même de cohésion nationale.”

    Vous pouvez lire ici l'intégralité de l'entretien.

    Catégories : Revue de presse
  • Conversation pour Front populaire

    J’étais l’invitée de Front populaire, créé en 2020 par le philosophe Michel Onfray.

    C’est la journaliste Vanessa Tolub qui a conduit l’entretien pour présenter Les dindons de la farce : en finir avec la culpabilité coloniale !, décrit par Front populaire comme un “manifeste contre la dissolution des valeurs, contre le déni permanent et contre le sectarisme croissant de certains.”

     

    Catégories : Revue de presse
  • Entretien dans le Figaro: L’affaire Bouhafs illustre le danger du clientélisme communautaire

    Retrouvez mon entretien avec Alexandre Devecchio dans le Figaro papier du 19 mai, ainsi que sur le site Internet.

    Extraits :

    (...)

    En 2010, dans Marianne, Jean-Luc Mélenchon déclarait: «les gens se stigmatisent eux-mêmes - car qu’est-ce que porter le voile, si ce n’est s’infliger un stigmate», et qualifiait le port du voile de «régression», rappelant que «même dans les pays d’origine, cette pratique est combattue par les milieux progressistes». Pour lui, l’investiture par le NPA d’une candidate voilée était une «attitude immature et un peu racoleuse» qui signifie: «À moi les miens». Or, quelques années plus tard, en 2019, il participe à la «marche contre l’islamophobie», organisée à l’appel notamment du NPA et du CCIF. Ce Collectif contre l’islamophobie en France, décrit par le ministre de l’Intérieur comme faisant partie des «officines islamistes» qui «œuvrent contre la République», finira par être dissous.

    (...)

    Que pensez-vous des accusations de «racisme» visant ceux qui critiquent les déclarations et les actes de Taha Bouhafs?
    Il faut résister à cette arme de dissuasion. Nul n’invoquerait le racisme si un Français «de souche» s’était trouvé dans la position de Bouhafs, ou dans celle du député macroniste M’jid El Guerrab, qui a porté de violents coups de casque contre un responsable socialiste, le mettant dans le coma.

    (...)

    Taha Bouhafs est-il ce qu’on appelle un «entrepreneur identitaire», c’est-à-dire une personne qui fait profession de tenir un discours accusateur et vindicatif sur la France?
    Pour émerger et être reconnus, il n’est malheureusement plus guère laissé d’autre choix aux enfants de l’immigration, car la prime va à la non-assimilation.

    (...)

    Aussi, si les gouvernants persistent à refuser de mettre en place les mesures d’urgence qui s’imposent – que j’expose dans mon livre –, alors un jour viendra où les valeurs qui structurent l’identité française seront minoritaires en France. Est-ce bien là le mandat que le peuple français leur a confié?

     

    Vous pouvez lire ici l’intégralité de notre entretien.

    Catégories : Revue de presse
  • Invitation sur Sud Radio : le port du voile en France

    Ce matin, j’étais l’invitée de Cécile de Ménibus et Patrick Roger à « C’est à la Une » de Sud Radio, pour évoquer le port du voile, du hijâb en France.

    Extrait :

    Est-ce que le voile est une arme politique pour autant, comme l’affirme Marine Le Pen ?”, interroge Patrick Roger.

    Malika Sorel-Sutter : “Le voile représente plusieurs choses. Il y a effectivement la dimension qu’elle cite. L’islamologue Gilles Kepel a rappelé que dans les années 90, le voile a été mis en avant par les associations proches des Frères Musulmans. Le port du hijab leur permettait de faire émerger en France une communauté militante, mais il y a bien d’autres dimensions dans le voile, bien sûr.”

    Lisez ici une retranscription partielle de mon intervention.

    Écoutez ici l’enregistrement de l’émission.

    Catégories : Revue de presse