Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mai 2012

Les Misérables

Victor Hugo, dans Les Misérables : « Les peuples comme les astres ont le droit d’éclipse. Et tout est bien, pourvu que la lumière revienne et que l’éclipse ne dégénère pas en nuit ». L’avenir répondra à cette question qui se pose désormais pour le peuple français.

Il y a dans le choix du peuple – ou des peuples ? – français la marque d’une insoutenable légèreté de l’être. Pourquoi écrire peuples au pluriel ? Les drapeaux étrangers que l’on a vu fleurir et se disséminer dans de nombreuses villes de France donnent le ton, ou la couleur, à tous les sourds et les aveugles. Mais la palme de la légèreté et de l’irresponsabilité revient à ceux qui se disent attachés à la patrie et qui choisissent dans le même temps, en toute connaissance de cause, par un vote blanc ou nul dont l’usage en l’état actuel de la législation laisse pantois, de participer à pousser la France dans la gueule du loup : « (...) les électeurs qui ont voté sans exprimer de choix sont au moins 2,13 millions, un record de votes blancs ou nuls. » Je ne leur trouverai jamais aucune circonstance atténuante. Il n’y en a pas à mes yeux. Je connais trop bien la situation pour savoir que nous étions à un point de non retour et qu’aucun risque ne devait être pris.

Tout espoir de voir la mère des réformes conduite tant qu’il était encore temps est aujourd’hui anéanti. Cette réforme mère, c’est celle du code de la nationalité. C’est d’elle que le destin de la nation dépend. Tout le reste n’est qu’accessoire pour la nation, y compris la question économique et celle de la solidarité, qui sont d’ailleurs étroitement corrélées à celle de la survivance ou de la destruction de la nation. Aucune citoyenneté réelle ne pourra perdurer en l’absence d’une communauté de principes et de valeurs.

Je voudrais partager avec vous cette réflexion avisée sur le syndrôme de la grenouille de l’écrivain Olivier Clerc :

« Imaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continu de nager. La température continue de grimper. L’eau est maintenant chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s’affole pas pour autant.

L’eau est cette fois vraiment chaude ; la grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s’est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien. La température continue de monter, jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir.

Si la même grenouille avait été plongée directement dans l’eau à 50 degrés, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l’aurait éjectée aussitôt de la marmite.

Cette expérience montre que, lorsqu’un changement s’effectue d’une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart de temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte. »

J’ai beaucoup de cordes à mon arc, mais j’avoue n’en posséder aucune en ce qui concerne les batraciens.

Ce blog avait pris son envol avec L’étrange défaite de Marc Bloch. Avec mes écrits, mes ouvrages, j’aurai tenté, malgré les innombrables obstacles, et avec si peu de succès, d’aider mes concitoyens à penser notre époque et ses terribles enjeux.

Mon blog suspend aujourd’hui son vol. Je ne sais pas moi-même s’il reprendra un jour. Son contenu devrait demeurer accessible. Les commentaires resteront ouverts jusqu’à la fin de cette semaine, puis ils seront fermés. Mes livres resteront à la disposition de tous ceux qui éprouvent le besoin d’entamer une réflexion de fond.

Bonne chance à mes lecteurs et surtout à la France, pour laquelle j’éprouve une grande peine et une infinie inquiétude !

13:52 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (289) | Tags: élection |

04 mai 2012

Le regard de Jacques Marseille

En 2006, l’historien Jacques Marseille publiait Du bon usage de la guerre civile en France, dans lequel il évoquait plusieurs guerres civiles qui ont émaillé l’histoire de France. Il y critiquait par ailleurs la société française qui cherche selon lui « à être charmée plus qu’à être convaincue ».

En voici un extrait :

« (…) À cet égard, l’allocution prononcée par Jacques Chirac le 8 janvier 1996, le jour même de la mort de François Mitterrand, aurait solennellement sonné le glas des guerres civiles et annoncé l’avènement d’une société pacifiée dans un pays humaniste. Un “modèle” que le monde nous envierait et qu’il faudrait protéger contre toutes les tentatives de “rupture”.

La fidélité à la France rurale, une jeunesse de droite, une conversion au socialisme qu’il a appris tardivement à parler, la passion de sa vie, la longévité politique, cinquante années de carrière et deux septennats, la culture classique, autant de “vertus” qui, magnifiées par Jacques Chirac, opposent la France de l’alternance à celle du mouvement. La récente “panthéonisation” de François Mitterrand par l’“opinion” qui, dans un sondage CSA pour Libération du 21 décembre 2005, le consacre président le plus populaire de la Ve République est bien le reflet d’une société qui aime les choses de la vie et cherche à être charmée plus qu’à être convaincue. “Slalomer sans heurts, se répéter au besoin ; ne fermer aucune porte, trois petits points, que sais-je encore ; louvoyer, survoler, suggérer ; thèmes et variations, volutes, esquives. Ne rien asséner, ne rien assumer. Et que toute formule en page 1 puisse être balancée en page 2 par une autre de sens inverse.” Cet autre “compliment” à François Mitterrand écrit le 12 janvier 1986 par Régis Debray, qui fut à la fois son “ami” et son conseiller, en dit long sur la différence entre ceux qui forcent le destin et ceux qui ne pensent qu’à forger le leur. Le principal mérite de François Mitterrand, comme celui de Jacques Chirac qui l’admire tant, est bien d’avoir su créer et maintenir les conditions de l’alternance, non seulement dans la vie politique mais aussi dans les propos. (…) »

La société française cherche-t-elle a être charmée plus qu’à être convaincue ? Dimanche, les Français choisiront-ils d’élire un François Mitterrand ? Réponse dans 48 heures.

23:45 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags: mitterrand, chirac, élection, jacques marseille |

02 mai 2012

La politique de la terre brûlée

Qui peut croire qu’une personnalité aussi au fait de la vie politique française que Marine Le Pen puisse ignorer que le vote blanc auquel elle appelle implicitement ceux qui ont voté pour elle est en réalité un vote en faveur du Parti Socialiste ?

« Sur la place de l’Opéra, on veut avant tout savoir ce que Marine Le Pen va dire sur le vote du 6 mai. Ce n’est pas que l’assistance, plutôt militante, n’ait pas fait son choix qui oscille entre l’abstention et “un vote tactique” pour François Hollande. (…) »

Voilà qui chagrinera ceux qui ont voté pour Marine Le Pen dans l’espoir que l’identité française échappe à l’échafaud qu’une partie des « élites blanches » tente de lui dresser pour la faire passer de vie à trépas, mais c’est un fait indéniable : depuis trente ans, Le Front National a une concordance d’intérêts avec la gauche. Cela s’est vérifié dans les triangulaires, mais aussi et surtout dans les sorties outrancières de Jean-Marie Le Pen, qui ont immédiatement provoqué des levées de boucliers rendant de fait impossible le traitement du dossier immigration-intégration, pour le plus grand bonheur de la gauche. Cette question a déjà été abordée sur ce blog, et elle se lit aisément au travers des conseils en stratégie électorale prodigués par Terra Nova. Pour les sceptiques, voici l’analyse de Lorrain de Sainte-Affrique, qui a longtemps accompagné Jean-Marie Le Pen : « C’est comme un sortilège, il y a toujours de bonnes fées socialistes sur la route des Le Pen, hier François Mitterrand et Bernard Tapie pour Jean-Marie, aujourd’hui François Hollande et Jean-Luc Mélenchon pour Marine. »

Les Français auront été privés d’élection présidentielle, cette dernière ayant été transformée en référendum « anti-Sarko ». Le slogan « Sarko dégage » a fleuri ici et là, tentant de surfer sur la vague des « révolutions » arabes avec un clin d’œil plus qu’appuyé à une part non négligeable des populations de l’immigration.

Dans cette élection, la question décisive qui se pose à l’insu des Français, c’est celle de la disparition de la citoyenneté nationale au profit d’une citoyenneté-résidence par l’octroi du droit de vote aux immigrés. La dissociation de l’identité et des papiers d’identité n’était qu’un premier round. Ce qui se joue à présent en filigrane, c’est la disparition à terme de l’identité française, qui se retrouvera submergée par les flots. Le candidat socialiste l’a dit et redit, ce sera l’une des premières mesures qu’il mettra en œuvre : « Il y aura une réforme sur le droit de vote des étrangers en 2013, avant les élections de 2014, puisqu’il y a des élections locales qui sont prévues en 2014 ». Dans ces conditions, le vote blanc de Marine Le Pen n’est rien d’autre qu’un acte de collaboration à l’œuvre de destruction de la citoyenneté française.

Toujours selon Sainte-Affrique, « Marine Le Pen est victime d’une bouffée d’orgueil ». C’est ce qui l’amène manifestement à placer son destin personnel au-dessus de celui de la France. Elle le scénarise de manière pathétique en remplaçant le Bleu-Blanc-Rouge par le Bleu Marine. Emportée par l’orgueil, elle ne semble plus en capacité de réaliser qu’elle se met à trahir non seulement ses électeurs mais aussi, bien plus grave, la France. Elle se révèle semblable à tant d’hommes et de femmes politiques, qui ont alimenté le divorce des citoyens avec leurs élites.

La tactique de Marine Le Pen, c’est de contribuer au triomphe de la gauche en espérant dans la foulée une implosion de la droite, qu’elle espère ensuite pouvoir dominer. Son projet personnel mérite-t-il de placer la citoyenneté française dans la gueule du loup ? Voilà une bien étrange conception du patriotisme. Il n’y a qu’un nom pour qualifier la politique qu'elle a choisi d’adopter : c’est la politique de la terre brûlée.

Son pari personnel est par ailleurs ubuesque. Il suffit en effet d’analyser les résultats des votes dans la ville de Paris où la gauche domine, pour comprendre qu'en dehors des partis qui peuvent s’appuyer sur des bastions pré-établis, seuls les alliés du Parti Socialiste peuvent espérer échapper à l’étouffement : « Selon les résultats définitifs à l’issue du premier tour, François Hollande a obtenu 34,83 % devant Nicolas Sarkozy à 32,19 %. Derrière le président-candidat, Jean-Luc Mélenchon obtient la 3e place avec 11,09 % devant François Bayrou à 9,34 %, Marine Le Pen à 6,20 % (…) »

La gauche au pouvoir facilitera l’implantation, sur tous les territoires, de populations qui votent en masse pour elle et pour ses alliés. À ce sujet, la droite s’est laissé prendre au piège de la loi SRU qui, peu à peu, repeint toute la France en rose. L’intitulé de cette loi est pourtant éloquent quant au projet qu’elle porte : Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains.

Le pari insensé de Marine Le Pen ressemble à s'y méprendre à celui de La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le Bœuf de Jean de la Fontaine :


Une Grenouille vit un Bœuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle qui n’était pas grosse en tout comme un œuf,
Envieuse s’étend, et s’enfle, et se travaille
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant : “Regardez bien, ma sœur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
- Nenni. - M’y voici donc ? - Point du tout. - M’y voilà ?
Vous n’en approchez point.” La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

Ni le destin personnel de François Hollande, ni celui de Nicolas Sarkozy, ni celui de Marine Le Pen ne devraient importer aux citoyens. Seul le sort de la France, donc celui des Français, devrait compter.

Dans un contexte où les lignes sont brouillées et les concepts fondamentaux vidés de leur sens, il convient de gagner du temps, celui de la réinformation des citoyens, seul moyen de permettre une prise de conscience quant aux véritables enjeux. Qui eût cru en effet que la France, terre des Lumières, verrait un jour son joyau, l’humanisme, brandi comme un étendard pour venir affaiblir les défenses immunitaires de ses héritiers ?

15:55 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (85) | Tags: élection, le pen, fn |

01 mai 2012

Les valeurs de François Bayrou et celles de la République

François Bayrou a beaucoup parlé de valeurs. La plupart des hommes et femmes politiques évoquent cette notion sans que l’on sache si leurs valeurs sont en accord avec celles du socle républicain.

Regardez cet entretien de François Bayrou avec le Bondy Blog, diffusé par La Chaîne Parlementaire. À 40’, il évoque son ministère de l’Égalité et à 42’, une femme voilée lui pose la question suivante : « Vous pensez que je peux travailler dans la fonction publique ? » Dans cette même vidéo, François Bayrou, qui a été ministre de l’Éducation nationale, aborde également la question des mères voilées qui souhaitent accompagner les sorties scolaires, lesquelles, par définition, font partie du temps scolaire.

Dans Banlieue de la République, Gilles Kepel évoque la campagne pour les élections municipales de 2008 à Clichy-sous-Bois (93). On apprend que « le maire sortant avait dénoncé le comportement de la liste conduite par Mohammed Dine – Modem – qui mélange, sans vergogne, à travers une campagne de terrain, la politique et une appartenance religieuse (…) dont le programme prévoit “d’interdire l’alcool sur le territoire”… et de “fermer la mairie le vendredi” (…) ». Tancé par l’hebdomadaire Marianne (dirigé à l’époque par un candidat MoDem, comme le précise Gilles Kepel), le maire PS Claude Dilain persiste et signe : « J’ai en en effet dénoncé ces comportements et je précise que je suis en capacité d’en apporter la preuve devant une autorité judiciaire si une procédure est engagée. »

Vous pourrez également retrouver sur la Toile des informations relatives au ralliement du judoka Djamel Bouras à François Bayrou. Voici un petit rafraîchissement de mémoire.

« La question à trancher, au fond, c’est de savoir ce qui est le plus important : les valeurs ou le programme », analyse Robert Rochefort, vice-président du MoDem, qui penche pour les valeurs.

Alors, lorsque François Bayrou parle des valeurs, de quelles valeurs parle-t-il au juste ? Ses valeurs se confondent-elles avec celles du socle républicain ? Se confondent-elles avec celles d'une majorité de ses électeurs ? Pas si sûr.

09:17 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags: bayrou |