Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 juin 2010

Hommage à Charles de Gaulle, héros national

De Gaulle appartient à toutes et à tous

par Pierre Mazeaud, président de la Fondation Charles de Gaulle
Publié dans le journal le Monde.

Soixante-dix ans déjà. Seuls les plus anciens se souviennent de cet instant où une voix s’adressait à la France. Les manifestations de cette année doivent appeler l’attention des jeunes générations sur cette date qui doit rester dans l’histoire.

Parlant à la BBC ce 18 juin 1940, de Gaulle accomplit là un geste exceptionnel, affirmant que la France vaincue ne doit pas perdre l’honneur et appelant les Français à le suivre.

Certes depuis les victoires sur la Somme, le Général avait pris la décision de poursuivre le combat dans un réduit breton, dans l’Empire si nécessaire. Mais qu’est-il cet ancien sous-secrétaire d’État à la défense apprenant le 16 juin au soir à Bordeaux la démission du gouvernement Reynaud, l’arrivée de Pétain, défaitiste et déjà collaborateur ? Il n’est rien, il est seul.

Pourtant, doté d’une volonté d’autant plus surhumaine que les circonstances sont dramatiques, servi par une intuition qui ne lui fera jamais défaut, il décide de continuer la lutte, regrettant en lui-même que les états-majors l’aient toujours rejeté alors qu’il avait raison. La percée dans les Ardennes des chars de Guderian venait d’en apporter la preuve.

Ce geste de refus, dire “non”, c’est affirmer que l’honneur doit être le seul mobile, que l’homme ne doit s’appuyer que sur ses convictions, même avec intransigeance.

Ce premier discours, cet appel du 18 juin avec le seul soutien de Churchill, va conduire à la France libre, à la Résistance, finalement au 8 mai 1945, la victoire, donc le maintien de notre pays dans l’honneur.

Cette victoire, de Gaulle y croyait. Il le savait. Déjà, fin juin 1940, préconisait-il l’entrée des États-Unis dans le conflit, l’inévitable fin de l’alliance entre Staline et Hitler. Cette force de conviction, ce rejet de toute résignation est la marque fondamentale de l’Appel.

C’est un geste révolutionnaire, c’est la certitude de ne voir qu’espérance dans l’avenir, c’est le sursaut de Valmy, quel que soit le lourd tribut, même en vies humaines, comme ce fut hélas le cas en France, en Libye, en Tunisie, en Italie et ce jusqu’en Allemagne.

IL ÉTAIT PROFONDÉMENT RÉPUBLICAIN

Il est sans doute encore des nostalgiques de Vichy, même quelques historiens pour nous dire qu’en 1940 de Gaulle n’avait aucune légitimité, ou encore quelques enseignants pour refuser l’étude des Mémoires de Guerre. Mais cette légitimité, ne l’a-t-il pas gagnée avec le refus de la défaite, de l’armistice, de la trahison et par cette épopée que conduiront aussi bien Leclerc, de Lattre que Moulin, jusqu’à être reconnu par l’ensemble des nations opposées au nazisme ?

Seul, en effet, il ne l’était plus au lendemain du 18 juin ; il avait su rassembler sous la croix de Lorraine tous les volontaires épris de liberté. Cohorte au début, ses tous premiers compagnons qui surent comme lui dire “non” et le rejoignirent à Londres, bientôt véritable armée dont l’héroïsme, de Koufra à Strasbourg, conduira notre pays à la signature de la fin du conflit à Berlin aux côtés des Alliés.

Laissons ceux qui, tout en reconnaissant l’intervention de Londres comme élément essentiel de l’Histoire, rejettent cependant l’écrivain des Mémoires de Guerre alors qu’il est en réalité l’un des grands auteurs classiques, un mémorialiste soucieux avant tout de la langue, de la phrase la plus élaborée pour ne dire que l’essentiel.

Ce que je retiens de cet appel c’est avant tout l’espérance, dans la volonté de ne jamais renoncer quelles que soient les difficultés présentes. Et l’exemple du Général est bien de ne jamais perdre espoir dans la fidélité à ses seules convictions, même si l’on est seul.

Puissent les jeunes générations retenir cet exemple.

Puissent ceux qui ont des responsabilités et particulièrement les hommes politiques ne voir dans leurs décisions que l’intérêt général, celui des valeurs de la République, puissent-ils toujours faire preuve d’indépendance, et savoir eux aussi dire “non”.

De Gaulle appartient à toutes et à tous ; entré dans l’histoire, il a démontré combien l’honneur était le seul idéal, combien la liberté devait être défendue envers et contre tout. Il était profondément républicain.

Pierre Mazeaud, président de la Fondation Charles de Gaulle

__________________

Il est 18 heures, le Général de Gaulle arrive dans les locaux de la BBC pour enregistrer l’appel du 18 juin. Un technicien de la radio lui demande de dire quelques mots pour procéder à un essai de voix. De Gaulle répond : “la France”.

En ce jour anniversaire de l’appel du 18 juin, ayons également une pensée pour Sir Winston Leonard Spencer-Churchill, qui a joué un très grand rôle en reconnaissant le Général de Gaulle : “Vous êtes seul ? Eh bien, je vous reconnais tout seul !”, lui lança-t-il le 27 juin 1940.

00:00 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags: de gaulle |

17 juin 2010

Faut il oublier le passé pour se donner un avenir ?

C’est l’un des sujets du bac philo de cette année. Je ne résiste pas à la tentation de faire appel à Claude Lévi-Strauss :

« Les sociétés se maintiennent parce qu’elles sont capables de transmettre d’une génération à une autre leurs principes et leurs valeurs. À partir du moment où elles se sentent incapables de rien transmettre, ou ne savent plus quoi transmettre et se reposent sur les générations qui suivent, elles sont malades. »

C’est un extrait du livre-entretien avec Didier Éribon De près et de loin, (éd. Odile Jacob, 1988). Je vous en recommande la lecture, et particulièrement la troisième partie qui s’intitule « Les cultures, la culture ». Le plus important y était dit, et pourtant aucun sursaut ni prise de conscience ne s’en est suivi. Or, « il ne peut y avoir de révolution que là où il y a conscience » (Jean Jaurès) ; le terme de révolution est ici à interpréter au sens de progrès majeur, et non d’affrontements. Pour ne pas se décourager, pensons très fort à Victor Hugo : « Rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue ».

17:43 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags: lévi-strauss, jaurès, hugo |

10 juin 2010

La nausée

Voilà ce qu’a provoqué en moi la nouvelle de la rémunération de Madame Boutin. Lu dans L’Express : « Christine Boutin a confirmé que cette rémunération (9500 euros) s’ajoutait à son indemnité de conseillère générale des Yvelines (environ 2600 euros bruts par mois) et sa retraite de parlementaire (1986-2010, environ 6000 euros par mois). »

Éric Woerth a demandé à Christine Boutin de renoncer à son cumul de salaires : « À partir du moment où une polémique est née, il faut répondre à la polémique », a-t-il dit. Si je comprends bien le français, cela signifie qu’en l’absence de polémique, ils peuvent continuer de se goinfrer comme si de rien n’était ?

Christine Boutin, sur France Info : « J’ai une superbe mission, une responsabilité majeure qui va sans doute participer à la pacification mondiale. Quand il s’agit du travail des enfants, de l’inégalité sociale entre travailleurs, excusez-moi du peu, ça mérite qu’on s’y donne à fond. »

De quelle crédibilité les goinfres et autres justificateurs de goinfrerie peuvent-ils se prévaloir, pour venir ensuite évoquer la justice sociale devant des classes moyennes qui portent le pays à bout de bras ? Mais ma parole, comme on dit dans le sud, ils n’ont pas de morale ! « Ils n’ont pas de pain, qu’on leur donne de la brioche ! » : cette phrase, attribuée à Marie-Antoinette, pourrait être aussi bien prononcée par l’un de nos contemporains.

Pour mémoire, François Fillon, le 21 septembre 2007 : « Je suis à la tête d’un État qui est en situation de faillite sur le plan financier, je suis à la tête d’un État qui est depuis 15 ans en déficit chronique, je suis à la tête d’un État qui n’a jamais voté un budget en équilibre depuis 25 ans. Ça ne peut pas durer. » Vous avez bien raison, Monsieur le Premier ministre, « ça ne peut pas durer ».

19:24 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags: boutin, woerth, fillon |

26 mai 2010

52 prêtres français envoyés en Algérie

Cinquante-deux prêtres français seront envoyés en Algérie cette année pour des missions d’orientation, d’éducation et de culture au profit de la communauté catholique, a annoncé aujourd’hui à Paris, le ministre français de la Culture.

“Vous vous devez d’être les dignes représentants de votre pays et de votre culture”, a insisté le ministre de la Culture pendant une rencontre avec ces prêtres, selon l’agence française AFP.

Ces responsables religieux ont pour tâche de promouvoir les idées et visions de la France en matière de culture, avec la mise en évidence de notions telles que la tolérance et la lutte contre l’extrémisme, a précisé le ministre.

Les prêtres seront accompagnés de missionnaires (chargés de la prédication et l’orientation) qui auront pour tâche de se rapprocher des familles françaises vivant en Algérie pour contribuer à la sauvegarde de leur cohésion, a-t-il ajouté.

Le nombre des lieux de culte catholiques en Algérie est passé de 400 en 1980 à environ 2.000 actuellement, a indiqué un consultant au bureau des cultes au ministère algérien de l’Intérieur.

__________

Vous n’en croyez pas vos yeux ? Vous vous demandez comment le gouvernement algérien et le peuple algérien peuvent tolérer une telle ingérence ? Lisez-donc la dépêche AFP directement sur le site du Figaro.

22:30 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (49) | Tags: france, algérie |