Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 juillet 2011

Les territoires perdus de la République

Journal La Provence : « La Castellane, aujourd’hui, malgré l’activité inlassable du centre social et d’une poignée d’associations qui résistent, à leur manière, les mines sont défaites et plus personne ne témoigne sous son nom. La peur, insidieuse, a changé la donne. Sous les porches, au coin de chaque immeuble, dans chaque escalier, les dealers sont partout. Chez eux. La dernière fois que nous y sommes allés en reportage, des “choufs”, ces guetteurs payés 50 € la journée pour alerter les vendeurs de toute intrusion extérieure, nous sont tombés dessus : “Dégage, je vais te fumer, je vais te péter ton appareil.” C’est un représentant d’association bien connu dans la cité qui a calmé le jeu : “Ça n’était jamais arrivé, avant, que l’on doive négocier avec les dealers. Mais aujourd’hui, tout le monde bat en retraite : les élus, qui n’ont pas toujours eu une attitude très claire ici, la police. On se retrouve seuls”, se désole un autre travailleur social. »

Lire l’intégralité de l’article sur le site de La Provence.

“Chouf” en arabe signifie “regarde”, ou “vois”…

Il n’y a d’ailleurs pas que Sevran et Marseille. On pourrait y ajouter toute une liste. Lorsque le maire EELV de Sevran a demandé l’intervention de l’armée, ma première réaction a été : c’est pourtant bien en grande partie de la faute des soixante-huitards si la France perd peu à peu de ses territoires ! Je crois pour ma part qu’en effet, il faut employer les bons moyens. Les autres ne sont pas les bons, puisqu’ils se sont révélés totalement inefficaces. Et en matière de sanction, une seule peine doit être appliquée, à savoir celle à laquelle ils sont sensibles et qui préviendra de ce fait la récidive. Manifestement, ce ne sont pas celles qui ont été mises en œuvre jusqu’à présent.

10:13 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (14) |

18 juin 2011

Qualités du chef - Principes et méthodes du commandement

18-juin.jpg

« Mettre les moyens en œuvre, c’est-à-dire discerner le but à atteindre grâce à eux, les orienter de façon à y parvenir, les conduire et les coordonner dans leur action, c’est le rôle des chefs. Rien ne peut les remplacer. Rien ne peut faire que les moyens s’orientent, se lient, se mettent en œuvre par eux-mêmes. Il n’y a pas d’exemple dans l’histoire des sociétés humaines qu’une entreprise de guerre ou de paix ait duré ou même existé “sans que des hommes fussent élevés au-dessus des autres pour la conduire”. Et l’humanité est si bien consciente du rôle joué par les chefs, elle connaît tellement la vanité de tous les efforts, l’inanité de tous les moyens s’ils ne sont pas commandés, qu’elle a inventé la Gloire pour payer ceux qui réussissent et qu’elle leur donne ainsi largement la plus belle récompense qui puisse être : vivre dans la mémoire des hommes !

Voilà pourquoi, messieurs, si l’on peut dire que la préparation à la guerre, but unique de l’activité de toute armée en temps de paix, est la préparation des moyens, on peut dire avec tout autant de justesse qu’elle est la préparation des chefs. Elle se heurte pour y parvenir à deux difficultés capitales dont il convient de dire un mot.

La première est de recruter, de discerner les chefs. Les entreprises de paix, les industries par exemple, n’ont point de difficulté à y parvenir, car elles sont, par la concurrence, en état de lutte perpétuelle et d’autre part la volonté des entrepreneurs ou des actionnaires de gagner le plus d’argent possible les pousse continuellement à rechercher le chef qui obtiendra les meilleurs résultats avec les moyens donnés. Mais l’armée du temps de paix travaille en quelque sorte à vide et, quand la paix se prolonge, les peuples sont très enclins à la croire éternelle parce qu’ils le désirent, ils n’apportent plus l’attention voulue à discerner et à appuyer parmi les chefs ceux qui sont le mieux doués pour commander. […] »

____________________________

Extrait d’une des conférences prononcées par Charles de Gaulle comme instructeur à l’École de guerre (1925-1927). Le texte intégral de ses conférences a été publié dans « Lettres, notes et carnets, 1919 - juin 1940 », Plon, 1980.

00:18 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags: de gaulle, 18 juin |

15 juin 2011

La dictature de la bien-pensance

Je remercie bien vivement Caroline Castets, rédactrice en chef adjointe au Nouvel Économiste, de notre entretien et de l’article qu’elle publie sur la dictature de la bien-pensance, dans le numéro que vous trouverez en kiosque à partir de ce jeudi 16 juin : « C’est ainsi que l’on voit émerger ce que Malika Sorel appelle “des indignations sélectives”. Un phénomène de tri sélectif voulant que ne suscite l’émotion, et donc l’unanimité, que ce qui est conforme aux conclusions préétablies de ces dictatures morales" […] “C’est ainsi qu’on laisse les problèmes couver avec le risque qu’un jour, les outils démocratiques ne suffisent plus à les résoudre”, déplore Malika Sorel. »

18:41 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags: nouvel économiste, castets, dictature morale, tabous |

04 mai 2011

Les Français apatrides sur leur propre terre, celle de leurs ancêtres

L’inquisition a frappé, par la voix de Mediapart. La ministre Chantal Jouanno a donc fait rouler la tête du directeur technique, qui n’aura même pas eu droit à un procès, fût-il stalinien. Laurent Blanc, lui, verra peut-être sa tête sauvée car, dixit Chantal Jouanno : « Pour le connaître, il prône plutôt le métissage ». Il faudra que le soviet suprême nous dise un jour ce que « métissage » signifie exactement.

Il est aujourd’hui important de se remémorer le comportement inqualifiable de certains joueurs de l’équipe de France de football lors de la dernière coupe du monde. Les langues s’étaient alors déliées pour porter à la connaissance du grand public l’absence totale de cohésion, le regroupement selon l’ethnie d’origine, la dictature exercée par certains joueurs pour lesquels on était allé jusqu’à imposer un certain nombre de contraintes à l’ensemble de l’équipe, y compris d’ordre alimentaire et sanitaire (douches séparées). Se souvient-on encore du préjudice énorme que cette « équipe » avait alors fait subir à la France en salissant son image devant les téléspectateurs du monde entier ?

Au micro de RTL, Christophe Dugarry révèle que le soir de 1998 où la France vient d’être sacrée championne du monde, alors que les joueurs prennent des photos dans les vestiaires, Lilian Thuram lance un : « allez les blacks, venez on va faire une photo tous ensemble ! » Imaginez que c’eût été un joueur blanc qui ait lancé « allez les blancs, venez on va faire une photo tous ensemble ! »… Alors, c’était donc ça, la France black-blanc-beur de Jacques Chirac ?

Un problème notable existe aussi du fait du comportement de joueurs dotés d’une double nationalité. Le Monde : « Lors de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, neuf footballeurs français ont joué la compétition avec une autre équipe que les Bleus, alors qu’ils avaient porté le maillot de l’équipe de France en sélection de jeunes. Ces “binationaux” sont nés et ont grandi dans l’Hexagone, mais ont choisi de jouer pour le pays d’origine de leurs parents. »

La gauche comme la droite pratiquent depuis fort longtemps la discrimination positive au profit des personnes d’origine étrangère. J’en avais longuement parlé dans Le puzzle de l’intégration. Le critère ethnique est même mentionné en toutes lettres dans la Charte de la diversité instituée en octobre 2004 par Jean-Pierre Raffarin, alors Premier ministre.[1] Engagement n°3 de la Charte de la diversité : “Nous [les entreprises signataires] nous engageons à chercher à refléter la diversité de la société française et notamment sa diversité culturelle et ETHNIQUE dans notre effectif, aux différents niveaux de qualification.”

La Charte de la diversité incite, dans les faits, les entreprises à favoriser le recrutement de ceux qui ne sont pas d’origine européenne. Cela se transforme en discrimination négative vis-à-vis des Français de souche européenne.

Voici un extrait d’Immigration-intégration : le langage de vérité.

« Sur le terrain, la pratique de la discrimination positive se transforme, de manière très concrète, en discrimination négative envers les Français de souche européenne : “L’Oréal fait de la discrimination positive et l’assume […], déclare le directeur général du groupe Jean-Paul Agon. Aujourd’hui, lorsque nous rencontrons un candidat qui a un prénom d’origine étrangère, il a plus de chances d’être recruté que celui qui porte un prénom français de souche.[2]” Ces propos discriminatoires à l’égard des Français de souche ont été tenus par le dirigeant d’un groupe qui emploie 12 000 personnes en France. Autre illustration : “À compétences égales, eh bien désolée, on choisira la femme ou on choisira la personne venant d’autre chose que le mâle blanc pour être clair.[3]” Ces propos discriminatoires à l’égard des hommes blancs ont été tenus par Anne Lauvergeon, patronne d’un groupe français qui emploie 50 000 personnes. Imaginons que de tels propos aient été tenus à l’encontre d’autres couleurs que la couleur blanche ; toutes les associations de France et de Navarre auraient rué dans les brancards. Là, il ne s’est rien passé. Comment expliquer, par ailleurs, que de tels propos et attitudes n’aient pas été sanctionnés par la loi ? Parce que le racisme est devenu, comme je l’ai précédemment évoqué, un concept à géométrie variable, qui ignore superbement les comportements qui frappent les Français de souche européenne. Le 14 mai 2009, le ministre de l’Immigration félicitait le groupe L’Oréal pour sa politique de recrutement et le gratifiait du “label diversité” [4]
[…]
Par exemple, le racisme dirigé contre les Français de souche européenne ne semble guère les émouvoir. Leur indignation est sélective. Eux qui font feu de tout bois, se gardent bien de s’interroger sur cette tendance aujourd’hui à l’œuvre sur le sol français : “Entre le 1er janvier et le 30 septembre 2010, 485 cimetières et lieux de culte ont été dégradés : 410 l’ont été au préjudice de sites chrétiens, dont 179 cimetières et 231 lieux de culte.[5]” Autrement dit, 85 % des dégradations de lieux de culte ont visé en 2010 des sites chrétiens ! Les Français ont-ils le sentiment que cette information a été relayée par les médias, ou que leurs représentants politiques ont témoigné la moindre compassion, à défaut d’indignation ? Le comportement de ces censeurs porte de surcroît atteinte au vrai combat contre le racisme, car, mettait en garde Claude Lévi-Strauss, “en banalisant la notion de racisme, en l’appliquant à tort et à travers, on la vide de son contenu, et on risque d’aboutir au résultat inverse de celui qu’on recherche.[6]
 »

Si vous y réfléchissez bien, nous ne sommes plus du tout en France dans une politique de méritocratie républicaine, mais dans une politique clairement fondée sur un critère de préférence extra-nationale. Et comme l’avait très bien relevé notre ami Jugurta, les Français d’origine extra-européenne qui ont réussi leur intégration et se sont assimilés subissent le même sort que les Français de souche européenne.

Voici ce que déclarait Nicolas Sarkozy le 26 octobre 2005, en tant que Ministre de l’Intérieur, dans une conférence-débat sur le thème Un défi républicain : la discrimination positive à la française, le ministère de l’Intérieur s’engage : « La première fois, Ministre de l’Intérieur, où j’ai réuni les préfets, j’ai demandé à mes collaborateurs : “Y-a-t-il quelque chose qui vous choque ?” Ils m’ont répondu : “Rien du tout. Tout est normal.” Ben moi y’a quelque chose qui me choquait. Parmi les préfets, il n’y avait que des Christophe. Enfin, des Pierre, des Louis, des Jean et c’est amusant, et parmi les préfets ils étaient tous de la même couleur. Je vous laisse la deviner. »

Encore un extrait d’Immigration-intégration : le langage de vérité : « Les Français se sentent aujourd’hui apatrides sur leur propre terre, celle de leurs ancêtres. Pour qu’ils reprennent confiance en eux et en l’avenir de la France, il est urgent qu’ils se réapproprient le droit élémentaire qui leur a été confisqué – celui d’exprimer et d’assumer ce que “Français” signifie dans leur tête, leur cœur, leur âme et surtout leur inconscient collectif ».

____________________________

[1] La Charte de la diversité en entreprise a été instituée en octobre 2004 (Jean-Pierre Raffarin). Elle comprend actuellement 3076 entreprises signataires, dont la liste peut être consultée ici

[2] Jean-Paul Agon, « L’Oréal fait de la discrimination positive et l’assume », propos recueillis par Nathalie Brafman et Stéphane Lauer, Le Monde, 13 juillet 2007.

[3] Propos tenus par Anne Lauvergeon lors du Women’s Forum à Deauville, Journal de France 2, 16 octobre 2009.

[4] La création de ce label « diversité » a été annoncée par le Président de la République dans son discours à l’École polytechnique sur l’égalité des chances. Ce label a été créé par décret le 17 décembre 2008.

[5] Lettre adressée par Brice Hortefeux, Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités territoriales à Thomas Hammarberg, commissaire aux Droits de l’homme au Conseil de l’Europe, rendue publique le 2 novembre 2010.

[6] Claude Lévi-Strauss, Didier Éribon, De près et de loin, Odile Jacob, 1988.

23:25 Écrit par Malika SOREL | Lien permanent | Commentaires (70) | Tags: discrimination positive, diversité, racisme, raffarin, sarkozy, jouanno, dugarry, thuram |